version 5
a skin by bonbon

Forum Tokyo ghoul, basé sur le manga original de Sui Ishida. Avatar du même type en 200*320. Personnage de l'anime interdit à prendre, nous demandons des personnage fictifs car aucun lien avec Ken Kaneki ne sera fait. Cela se passe également à Tokyo.
Nous recherchons davantage de membres pour le groupe de la CCG.
Il reste encore une place pour un top partenaire.


NOTRE PLAYLIST



1: HORIZON - MIYAVI
2: 「P ♢ S」PALE FLESH - FULL MEP
3: THE PRODIGY - THE DAY IS MY ENEMY
4: RIB - FORTY SEVEN (ヨンジュウナナ)
5: ENTROPY - [SOULS TEAM]

L'horreur d'hiver [PV Ishi / Tsukiya / Kute]



 

Partagez|
L'horreur d'hiver [PV Ishi / Tsukiya / Kute]
ON EST EN 2016, CA VA BOUGER CETTE ANNEE !
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
Goule ▬ Kamakiri
Messages : 196
Date d'inscription : 25/05/2015

Informations
arrondissement: 12ème
Groupe: .Kamakiri
Rang: S




Blood Blood Blood


La journée touchait à sa fin, le soleil descendait rapidement derrière les hauts immeubles de arrondissement en plongeant le ciel dans une teinte cramoisie propre aux crépuscules. Dans un vrombissement électrique, les lampadaires s'allumèrent alors que les voitures klaxonnaient sur les routes, embouteillaient par l'heure de la débauche tardive. La fraîcheur de l'hiver laissait des nuages de vapeurs s'échapper de mes lèvres, mes doigts étaient engourdies par le froid de la nuit tandis que j'avançais vers l'un des bars du quartier où les jeunes se retrouvaient pour boire en cette fin de semaine, un terrain de chasse parfait.
Une sonnette tinta lorsque j'entrais dans un pub où le gérant passait uniquement de la pop à ma grande déception, à telle point que j'eu cru que mes oreilles allaient saigner plus d'une fois. Reniflant les alentours, l'odeur de l'alcool me pinça les narines avant que la douce et délicieuse odeur des Humains ne m'apaisent l'odorat. M'asseyant sur un tabouret devant le comptoir, j'observais les personnes présentes d'un air désintéressé avant de finalement m'arrêter sur la fille qui me regardait en coin près de moi et de lui sourire légèrement. Elle me rendît le sourire.

***

Honnêtement, c'était une chasse des plus faciles me disais-je en soupirant alors que j'avançais dans la rue, les mains dans la poche central de mon gilet alors que la fille se tenait à mon bras en peinant pour tenir debout. N'avait-elle pas remarqué que je ne touchais pas à mon verre ? Vraiment, ces Lycéenne étaient des idiotes. Les mecs n'étaient pas différents, à vrai dire.
Elle se nommait Sakuya, un nom amusant et elle vivait à une heure d'ici. Personne ne la chercherait dans les alentours avant demain, à n'en pas douter et il serait déjà trop tard car ma chasse aura prit fin bien avant. Nous entrions dans une ruelle à l'écart de la cohorte de fêtard, le silence revînt alors que les lampadaires se faisaient plus distant ici.
L'endroit était parfait, ma douce Sakuya, c'est ici que prendra fin ta vie. La chair des Ghouls n'avaient pas très bon goût, j'avais également besoins de garder mes idées clairs et rien ne valait la viande humaine pour cela. Et puis, il faudrait que je cesse de me justifier, je mangeais de tout en faisant fi de l'espèce. Ainsi, je posais ma main sur sa hanche en la tournant vers moi, lui souriant.

"-Sakuya, je dois te dire...
-Je sais."

Elle approcha ses lèvres vers mon visage en fermant ses yeux alors que je dévoilais un sourire en coin qu'elle ne put voir. Ce comportement m’écœurait déjà quand je vivais discrètement dans mon Université, fallait-il s'étonner du nombre de victime ? Franchement, si ces jeunes crevaient, c'était bien leur faute.

"-Non tu ne sais pas..."

Lorsqu'elle comprit qu'elle n'atteindrait jamais mes lèvres, elle entrouvrit ses yeux avant d'ouvrir la bouche dans un cris muet lorsqu'elle découvrit mon véritable visage aux yeux écarlates. Mais il était à présent trop tard, mes dents s'enfoncèrent dans son cou alors que son sang chaud m'éclaboussait le visage et me remplissait la bouche de ce goût qui m'avait manqué. Cette saveur sublime ! Ah...Je m'étais retenu de dévorer ceux qui m'avaient l'air appétissant depuis si longtemps que je n'en pouvais plus, juste car j'avais besoins d'eux.  
Elle, je n'en avais pas besoins et elle était à moi. A moi seul. Finalement, elle parvint à pousser un cris strident qui ne dura à peine quelques secondes avant qu'elle ne commence à se noyer dans son propre sang. Laissant son corps chuter sur le sol glaciale, je me laissais tomber sur elle pour la dévorer entièrement, mes dents rappant sur les os de son fragile corps. Faim, faim...J'avais si faim. Qu'elle était cette odeur qui approchait ? Ce n'était pas un Humain...
Je me relevais en glissant ma main sous mon gilet pour tirer mon masque, le glissant sur mon visage recouvert du sang de ma victime alors que j'observais la ruelle et les environs à travers ce visage écarlate aux pointes sombres, faisant penser aux masques de certains mangas avec des shinobis.

"-Montres toi."
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Goule ▬ solitaire
Messages : 23
Date d'inscription : 16/02/2016
Age : 27

Informations
arrondissement:
Groupe: .Goule Indépendante
Rang: B




Tsuyaki avait beaucoup de chance d’un certain point de vue. Ses amis, anciens étudiants et jeunes inspecteurs de la CCG, semblaient tout autant accros au café que lui. Ainsi, jamais ils n’avaient le temps de l’inviter au restaurant et passaient le plus clair de leur temps libre à boire cette seule nourriture commune entre leurs deux espèces. Il souriait à leurs blagues, s’amusait de leurs idioties, prenait un air sérieux quand ils parlaient de leurs différentes enquêtes, de leur lubie folle de trouver un « monstre » qui tenait devant eux, à leur table. Ironie du sort, il jouait à merveille la frustration de ne rien avoir pu faire pour sauver leur ami commun, de ne pas pouvoir les suivre, alors qu’il savait mieux qu’eux tous qu’il avait avalé son camarade morceau de chair par morceau de chair. Encore une fois, il était vu comme celui qu’il fallait plaindre, celui qui était trop faible, qui se serait fait tuer en deux secondes par une goule s’il en voyait une. La bonne blague… Enfin, cette mascarade prit fin d’elle-même quand ils se séparèrent tous dans un au revoir bon enfant. Ces plats de choix auxquels il ne toucherait pour rien au monde pouvaient maintenant rentrer chez eux chacun de son côté, reprendre sa gentille petite vie baignée dans un mensonge grotesque.

Le garçon se mis alors l’oreillette droite de son casque puis alluma un peu de musique pour finir sa soirée, s’apprêtant lui aussi à rentrer dans son studio. La faim ne le tiraillait pas vraiment, cela faisait pu de temps qu’il avait eu le droit à son repas et il était loin d’être gourmand. Certaines fois il faisait des excès mais… certains mets ne pouvaient pas se refuser quand ils se présentaient à lui, si ? Agressions, extorsions… Certains avaient tendance à s’attaquer à la mauvaise personne, alors forcément, quand leurs petites lames se tordaient sur sa peau, ils comprenaient qu’ils étaient foutus, et lui, il trouvait son repas de fête. Pour ce genre de soirée de gourmandise, rien de mieux que Kabukichô de toute façon, et là, ce n’était pas vraiment la bonne zone pour faire des écarts. Après tout, il venait de passer sa soirée non loin de la zone avec des inspecteurs de la CCG et ses cibles étaient bien trop reconnaissables, toutes fichées pour diverses crimes ou plaintes dans les fichiers de la police, alors forcément, remonter jusqu’à « L’inquisiteur » comme ils l’avaient appelé ne serait pas compliqué.

Cependant, deux choses l’interpelèrent alors qu’il passait non loin d’une allée sombre, un cri court et strident puis une odeur reconnaissable entre mille, celle d’un restaurant dont les fumées des plats chauds venaient vous caresser les narines et activer vos papilles, cette sensation qui, instantanément, sans que vous n’ayez un quelconque contrôle sur la situation, vous ouvrez l’appétit. Aucun doute n’était alors possible pour le jeune homme qui savait qu’un humain venait de mourir dans ce petit couloir. Jetant de rapides coups d’œil à gauche puis à droite, vérifiant s’il était bien seul et pas suivi, il se faufila dans la pénombre puis enfila son masque, jamais trop prudent. Celui-ci, aux allures de momie immaculée qui faisait ressortir de façon bien plus prononcée ses yeux noirs et écarlates était un masque intégral surmonté par la capuche de son veston. Ce masque et cette façon de s’encapuchonner étaient apparemment devenus sa « signature » selon les dires des autres goules et des rumeurs qu’il entendait. Plus il s’approchait de l’épicentre du repas, il sentait une autre odeur autant familière que la précédente, celle d‘une goule, comme lui. Avant même qu’il n’eut le temps de rebrousser chemin, une voix s’éleva, lui ordonnant de se montrer. Il lâcha un soupir, n’ayant pas vraiment envie d’affronter qui que ce soit puis se dévoila à son interlocuteur masqué. Son masque était teinté de rouge et de noir. Cette goule était assez connue et autant dire que Tsuyaki s’en méfiait comme de la peste. Une goule cannibale dérangée d’humeur aussi changeante que la teneur de ses repas et prenant un certain plaisir à faire souffrir ses proies.

« On revient à des plats plus conventionnels à ce que je vois, Diable Noir ? Je suppose que je suis en sécurité là que tu as engloutie un bon casse-dalle ? »

Bien que dissimulé derrière son masque, on pouvait entendre dans la voix du jeune homme un certain ton sarcastique sur ses dernières paroles. Il savait que ce n’était pas le cas. Son raisonnement était logique, certes, mais allez parler de raisonnement avec un fou et il vous demandera si c’est une région ou une danse folklorique. Avec Ishi Mikami, c’était la même chose selon Tsuyaki, la logique pouvait bien aller voir ailleurs s’ils y étaient car il venait, bien malgré lui, de mettre les pieds dans un sacré bourbier.

« Au fait, chasser pas loin d’une branche des Chercheurs de Crosses aux Goules… Je savais pas que tu aimais vivre dangereusement… »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Citoyen
Messages : 39
Date d'inscription : 21/01/2016




Une belle fin de journée dit donc, je suis avec deux membres de ma bande, ils viennent de vandaliser un vieux magasin après l'avoir volé et battu le gérant, ils ont vidé la caisse, et pris quelque truc genre batte de baseball, des trucs à manger et des objets à vendre sur le Ebay plus tard , on rigole comme des cons et ont fait peur aux autres citoyens qui passent proches de nous, mon regard est mesquin, je me sens bien avec mes deux amis. Je me tourne vers eux et l'un me regarde en montrant sa poignée avec une montre et il disparaît plus loin dans une rue, bon je tourne mon regard vers le dernier, il me rassure qu'il reste plus longtemps lui. Je lui propose de saccager une école pour rire , il rigole et me répond d'un signe de la tête, nous rentrons de façon assez suspecte dans l'école et armée de batte de baseball, a brisé fênetre table et autres choses dans l'école, une fois cet acte complètement terminé , nous nous enfuyons par la fenêtre et j'esquive donc les quelques agents de police qui ont été envoyé par les agents de service que nous avons frappé ou effrayé.

Mon vielle ami me fait signe qu'il doit lui aussi rentrer, bon je vais encore trainer dans la ville comme un SDF, je vis pour le moment dans les petits foyers d'accueil ayant vraiment rien à faire de trouver un appartement pour le moment. Bon c'est bien pour la vie privée sachant que là-bas tout le monde sait ce que tu fais. Un énorme cri stride m'extirpent de mes pensées, c'était quoi se bruit, je m'empresse de courir vers la provenance du bruit, je suis parfois curieux et c'est un de mes vilains défauts, assez énervant bon le bruit vient d'une sombre ruelle assez sinistre, j'ai vu assez de film d'horreur pour savoir ce qui va se passer si je rentre dans cette ruelle, puis j'entends des gouttes tombées au sol, le son est vraiment étrange, bon ma curiosité est maximale maintenant, je m'approche de cette sombre rue et je passe mon regard vite fait et derrière un mur, un cadavre est au sol et deux hommes dont un masque
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Goule ▬ Kamakiri
Messages : 196
Date d'inscription : 25/05/2015

Informations
arrondissement: 12ème
Groupe: .Kamakiri
Rang: S




Blood Blood Blood


Une silhouette apparaît finalement à mes yeux, son visage me fait songer à mon premier masque avant que je n'arrache du cadavre d'une victime celui que je portais. Rien ne valait les bandages et la capuche lorsqu'on avait pas les moyens de s'offrir un véritable masque de Ghoul. Je m'abaissais sur ma victime en plongeant ma main dans son ventre en me demandant qui était cette ghoul, j'étais prêt à partager mon repas avec elle par générosité si elle le désirait. Enfin, juste avant que je ne la dévore à son tour mais je ne pensais pas en trouver aussi près du CCG, amusant.

« On revient à des plats plus conventionnels à ce que je vois, Diable Noir ? Je suppose que je suis en sécurité là que tu as engloutie un bon casse-dalle ? »

En sécurité ? Ma faim n'était jamais assouvi, je ne voyais d'ailleurs aucune raison de ne pas dévorer ce type. D'où me connait-il ? Était-ce Kamakiri qui m'envoyait un de ses chiens pour me ramener ? Ou alors une simple fouine qui n'aurait jamais du venir jusqu'à moi. Je n'appréciais pas son ton à mon égard d'ailleurs, ni sa phrase qui m'énervait légèrement. Un des lampadaires de la ruelle m'illuminait ainsi que le corps encore pris de spasme de la jeune fille.

« Au fait, chasser pas loin d’une branche des Chercheurs de Crosses aux Goules… Je savais pas que tu aimais vivre dangereusement… »

Fronçant mes sourcils, celui-ci venait de dépasser la ligne entre ma gentillesse et ma brutalité. D'une torsion, j'arrachais le crâne de la fille alors que ses cervicales se brisaient sous la traction avant que je la balance vers l'invité surprise. Alors que le sang giclait dans les airs, je poussais sur mes pieds en sautant jusqu'à la droite de la Ghoul en l'observant du coin de l'oeil.

"-Que sais-tu de moi, l'inconnu ? Tu me parles comme si tu me connaissais par coeur mais tu oses te tenir face à moi et me parler ainsi ?"

Je ricanais sans chercher pour l'heure à m'en prendre à lui directement, m'écartant seulement si il osait chercher à m'attaquer le premier. Ma faim était infime pour l'heure et j'avais encore le temps de m'amuser. Le sadisme, ce simple fait de laisser aller à la plus grande noirceur de nôtre âme et rien n'égalait le bonheur de le faire consciemment.
En l'observant de plus près, j'avais eu le temps de prendre en compte son physique ainsi que sa taille. Cette Ghoul ne me semblait pas un danger, elle n'avait pas cette odeur qu'avaient les monstres avec qui je m'étais battu. A vrai dire, il avait la même odeur, la même tenue que moi par le passé, ce qui me fit vagabondé dans mes souvenirs quelques instants.

"-Si tu veux, je te laisse en prendre un morceau. Elle a si bon goût...Sa chair est si tendre et si appétissante, presque sucré je dirais même."

Je riais doucement en m'approchant à nouveau du corps sans vie sur le sol en tournant le dos à mon invité surprise sans craindre une attaque surprise, sans même être sur mes gardes. Sûrement le sous-estimais-je ? Qui sait si il en profiterait ? Mais tandis que j'allais en revenir à lui, une nouvelle odeur glissa à mes narines : Celle d'un Humain et bien vivant. Mes yeux filèrent vers la cache de celui-ci, cherchant à l'apercevoir et réfléchissant à la façon de m'en charger.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Goule ▬ solitaire
Messages : 23
Date d'inscription : 16/02/2016
Age : 27

Informations
arrondissement:
Groupe: .Goule Indépendante
Rang: B




Ne pas montrer une quelconque once de peur, ne pas agir comme une proie, rester calme, Tsukiya avait appris à agir comme ça face aux goules cannibales. Après tout, il avait vécu avec l’une d’entre elle, il lui avait résisté, il s’était résisté à lui-même. Quel goût pouvait avoir une autre goule, pourquoi devenaient-ils accrocs à ce point à cette nourriture lui semblant morbide et contre nature ? Il essayait de ne pas porter de jugement sur elles, ne pas poser le même regard que celui qu’il voyait sur le visage des humains qui parlaient de lui sans le savoir. Il était compliqué pour lui de contenir sa curiosité, de vouloir comprendre la raison pour laquelle sa famille avait servi de repas à l’un de leur congénère. Ce qu’il savait du Diable Noir ? Peu et trop à la fois. Les affiches du CCG, le fait qu’il soit une goule cannibale face à laquelle il ne ferait sûrement pas long feu dans un combat à la loyal, mais aussi le fait qu’il était une possibilité de son avenir, une boule de cristal sur patte miroitant l’une des potentialités qui s’offrait à lui à certains égards. Plus important encore, il savait que c’était une goule, et il n’allait pas lui en vouloir de s’être nourri. Un humain allait-il critiquer un autre juste parce qu’il mange un sandwich dont il ne connait pas la provenance ?

Tsukiya attrapa la tête sans vie par les cheveux, laissant le sang goutter sur le sol, lançant un regard stoïque à ce morceau de viande puis regarda sans blêmir son interlocuteur maintenant bien proche de lui. Oui il osait se tenir face à lui. Non, il ne lui faisait pas vraiment peur et oui, cette façon de se sentir supérieur l’irritait fortement. Le petit ricanement du cannibale n’arrangea pas les choses, marquant bien que, même sans se connaître, ces deux-là n’étaient pas fait pour s’entendre quoiqu’il puisse arriver. Coopérer ? Peut-être. Agir ensemble pour leur survie contre un ennemi commun ? Sans aucun doute. Se serrer les coudes et boire un café ensemble ? Plutôt crever… Il voulait bien lui laisser un morceau de sa proie ? Trop aimable. Un autre regard sur le visage de la jeune femme décédée. Inconnue au bataillon, innocente jusqu’à preuve du contraire, comme dirait l’autre. Il pouvait se retenir. Alors que son interlocuteur « diabolique » était retourné à ses affaires sur son repas de la soirée, il avança sans aucune once de menace vers le corps puis déposa le crâne à côté.

« Merci, mais j’ai mon propre pêché mignon… Je préfère la nourriture ayant mariné dans ses propres crimes, plus satisfaisante… Plus épicée aussi. Quant à ce que je sais sur toi... Ton surnom ou ton régime alimentaire, des petites rumeurs, rien que personne ne sache déjà...»

Autant adopter sa façon de parler, et peut-être que lui-même avait vérifié les goules placardées par le CCG sur leurs panneaux, décrivant à peu de choses prêt leurs régimes alimentaires. Il n’y en avait que très peu qui se nourrissaient exclusivement de criminels en vie ou de délinquants trop présomptueux. Ce n’était qu’un caprice et il le savait très bien, mais ça lui évitait de plonger, restant ainsi sur le bord, ne faisant pas le grand saut vers sa propre folie latente, sa gourmandise acquise par les années d’éducation malsaine et réprimée par sa seule volonté. Pourtant, cette folie rongeait ses propres cordes en semblait impacter sur son mental. Une autre odeur vint alors à lui. Voyant la réaction de son interlocuteur, il comprit qu’il n’avait pas d’hallucination : un humain était proche, trop proche. Les pires scénarios défilèrent alors dans sa tête : un ami l’avait suivi ? Peu probable. Des colombes en patrouille ? Plus logique mais problématique, il serait alors associé à un congénère peu recommandable, ce qui n’était pas pour arranger ses affaires. Si c’était un simple civil, du moment qu’il n’avait pas vu leurs visages, tout allait bien.

« Si c’est une colombe, on le tue, sinon on l’effraie un peu, ça te va ? Pas besoin de laisser une trainée de cadavres ici, ça mettrait le feu aux poudres et la casse dans le secteur serait encore plus tendue…» Dit-il alors dans un murmure seulement perceptible par le Diable Noir. Cette idée arrangeait leurs affaires à tous les deux selon lui, alors pourquoi ce dernier s’amuserait-il à faire autrement si ce n’était par esprit de contradiction. Il éleva alors la voix de façon à être entendu par l’endroit d’où venait l’odeur.

« Et toi, là-bas, t’as intérêt à te montrer plus vite que ça si tu veux avoir une chance de survie ! »

Le ton se voulait sec, tel un ordre donné avec force mais sans hurlement. Imposer sa vision des choses par le respect plus que par le cri était toujours plus subtil et donnait moins une impression de doute envers soi-même.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Citoyen
Messages : 39
Date d'inscription : 21/01/2016




Foutue paresse de merde, à force d'avoir la flemme de marcher je me retrouve toujours dans ce genre de situation, dire que je pourrais être dans un bar en train de draguer de jolie fille, ou faire des choses. Bon ils m'ont déjà vue, j'espère que ce sont justes deux cannibale et non des goules comme ça je pourrais me les faire. L'un d'eux m'interpelle d'un ton sec comme s'il me donnait un ordre et je déteste ça, je m'avance lentement vers les deux personnages avec un sourire mesquin aux lèvres, je m'approche des deux mais je garde une distance de sécurité raisonnable. Je ne suis pas un suicidaire même j'en donne l'air, je déroule presque l'énorme chaine à ma poignée droit dans un énorme bruit métallique assez énervant à première vue , que j'apprécie réellement, je pourrais l'écouter pendant deux bonnes heures si je pouvais. Mais j'ai d'autres chat à fouetter. Je lève mon regard vers les deux cannibales à mes yeux , j'ai un regard presque moqueur, limite-je les invite à me manger, mais moi je n'ai pas peur de la mort. Le nombre de fois où j'ai frôlé la mort. Je ne compte même plus. Je suis enfin devant eux et je regarde les deux hommes d'un regard moqueur.

Je dévisage simplement les deux personnages et j'arrive à une conclusion assez étrange, l'homme avec du sang sur lui et son sourire machiavélique il devait être une sorte de méchant sadique qui mange des chatons et coupe des pénis pour les donner à des piranhas, et l'autre un homme en sweat banale qui semble à première vue gentil , il doit être un humble citoyen comme moi juste perdu devant ce monstre coupeur de zizi. Jusqu'à qui attrape une tête humaine et affiche un regardé entre... Je n'arrive vraiment pas à faire la différence entre dégout et " J'aime les têtes.''
Pour moi c'est presque la même chose, bon je vais prendre cela avec humour. Je tape fortement mes deux mains l'une contre l'autre et je rigole fortement presque comme un fou

''Jolie le film , bon les caméras ?? Après y aura un porno suédois ?
Peut être un porno Sado avec cette tête... Rhaa vous me faite vomir bande d'enfoiré..''


Je crache par terre de façon grossière j'avais presque envie de vomir, à cause du cadavre. Mais je ravale ma propre bile c'est assez dégueulasse et je recrache au sol, bon j'ai deux choix. Premier je fuis . Deuxième je l'oblige à me tuer et me libérer de ce p étain de vie. Deuxième option, Je me rapproche de plus en plus des deux monstres qui adore faire des trucs avec des cadavres.

Je suis enfin devant les deux enfin plus vers l'homme qui n'est pas taché de sang, celui qui tient la tête , et je lui touche le visage de ma main droite je lui touche même l’œil de mon index droit sans le vouloir, je voulais juste voir si j'étais dans un rêve ou que je m'étais endormie en chemin bourré comme un con, lorsque je remarque qu'il a mon index dans son oeil je le retire lentement en constatant que je suis dans le monde réel. Je m'excuse alors d'une façon presque originale

''Ooooops pardon , mais j'voulais juste voir si c'était un fucking rêve ou juste si j'étais bourré comme un con dans un coin de rue''


Je m'éloigne lentement et je prends mon téléphone dans ma poche pour le poser dans sur un muret non loin, je l'allume et je lance une musique exotique espagnole, et je semble taper un texte à même temps

''Bon c'est pas la bonne musique mais j'ai la flemme de changer , alors si y a un combat ont va combattre sur cette musique Hihihi !!''


Je balance mes deux bras vers l'avant pour les posers sur l'arrière de ma nuque en regardant les deux d'un regard encore moqueur cette fois , avant de hurler un truc incompréhensible en regardant le ciel, c'est alors que deux gars arrivent déguisés en Mexicain et commencent à danser la rumba d'un air presque timide.

''Bande d'enfoiré de merde danser mieux que ça sinon j'vous bute !''

''Chef vous êtes sérieux ?!''


''Ouaip salo !''


Ils continuent de danser tandis que moi je suis presque mort de rire, je m'approche des deux danseurs et je le frappe de mon dos au niveau de son dos comme un sauvage en hurlant.

''Danser mieux les gras du bide , parce que j'vais mourir aujourd'hui !!''


tandis que les deux murmurent en dansant

''P'tain il est complétement fou.''
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Goule ▬ Kamakiri
Messages : 196
Date d'inscription : 25/05/2015

Informations
arrondissement: 12ème
Groupe: .Kamakiri
Rang: S




Blood Blood Blood


« Si c’est une colombe, on le tue, sinon on l’effraie un peu, ça te va ? Pas besoin de laisser une trainée de cadavres ici, ça mettrait le feu aux poudres et la casse dans le secteur serait encore plus tendue…»

Je penchais la tête de côté en dévisageant ce type qui me donnait à présent presque des ordres, il ne me semblait pas dangereux pour moi mais son assurance m'en faisait douter finalement. Souriant en coin, il me faisait penser à moi par le passé, quand j'étais encore poussé par un semblant de justice et de morale. Amusant.

« Et toi, là-bas, t’as intérêt à te montrer plus vite que ça si tu veux avoir une chance de survie ! »

Soit, j'allais pour l'heure ne rien faire comme il me l'avait demandé, cela pouvait être des plus intéressant quand à la suite des événements. Peut-être que le dévorer ne serait pas si plaisant que ça maintenant, peut-être devrais plutôt le prendre avec moi comme on m'avait tiré de ma vie par le passé pour me changer à jamais.
Ensuite, il serait sûrement un allié intéressant, une sorte d'élève que je pourrais façonner à ma propre manière. Me relevant, j'avisais finalement l'Humain qui approchait en restant à bonne distance de nous. La nuit cachait en grande partie ses traits alors que mon masque cachait toute sorte d'émotion faciale que je pourrais affiché à son égard.

Il ne faut pas longtemps pour que mes yeux glissent sur la chaîne qui cliquetait aux poignets du jeune-homme, désirait-il se défendre avec ça ? Même sa distance de sécurité était futile face à une Ghoul, en tout cas une ghoul de mon genre. Le doux son cristallin de la chaîne m'apaisa légèrement néanmoins, elle me rappelait le 24ème et les tortures qu'on pouvait y faire, les chaines qui se balançaient aux poignets de ceux qui serviraient de repas aux autres.

''Jolie le film , bon les caméras ?? Après y aura un porno suédois ?
Peut être un porno Sado avec cette tête... Rhaa vous me faite vomir bande d'enfoiré..
''

Quoi ? Je clignais des yeux d'incompréhension face à cette phrase dont je ne me serais jamais attendu de la par d'un Humain envers deux Ghouls en plein milieu de la nuit dans une sombre ruelle. Je lâchais un rire fuser entre mes lèvres, ce type m'avait fait marrer très sincèrement. Il s'approche alors de nous, enfin plus de mon congénère qui doit avoir l'air, certes, moins dangereux que moi.
Pour ma part, je m'accroupi en ne manquant pas un seul instant de cette rencontre pour le moins comique alors que le jeune des rues, en vue de sa tenue et de sa façon de parler, tripote le visage de la Ghoul avec presque de l'insouciance avant de reculer.

Nous voila tombé sur l'un des plus étranges spécimens des habitants de Tokyo sans aucun doute, à vrai dire plus il parlait et agissait, plus je me disais que sans l'odeur d'humain qui émanait de sa chair, je l'aurais pris pour une Ghoul cannibale sans une once d'hésitation. Il saisit son portable et je lance un regard à la Ghoul près de moi, était-il en train de prévenir le CCG celui qu'il voulait garder en vie ? D'ailleurs, je ne connaissais pas le surnom de cette Ghoul.
Puis une chanson espagnol résonne dans la ruelle à ma surprise alors que je reviens à l'Humain, il voulait donc vraiment se battre ? Pourquoi pensait-il avoir une chance ? Était-il aussi insouciant ? En vue de son état, il devait avoir pris une drogue...Puis deux autres types arrivèrent en mexicain alors que j'en étais bouche-bée. Mon cerveau venait de lâcher, c'était un rêve ?

''-Bande d'enfoiré de merde danser mieux que ça sinon j'vous bute !
-Chef vous êtes sérieux ?!
-Ouaip salo !''

Je lâche un soupire, cherchant à reprendre mes esprits après ma stupéfaction. On disait de moi que j'étais fou mais je devais être le moins fou des cannibales de Tokyo et surtout, bien moins fou que ces types. Cependant, ils m'intéressaient, du moins, surtout leur Chef à première vue. Il ne semblait pas craindre les ghouls et était sûrement l'un des déchets de l’éducation du pays et aimerait peut-être devenir un véritable anarchiste ou simplement m'aider.
Je n'avais pas oublié mes projets, ni mes attentions envers les Humains car même si je venais d'en dévorer une -qui le méritait à ma vue- mon rêve restait inchangé, j'en avais fait la promesse à une amie. Mais avant de discuter avec eux, j'allais mettre les choses au clair. Nous n'étions pas sur un piédestal d'égalité.

"-Vous désirez vous battre, hein ? Vous pensez vraiment que vous en seriez capable ?"

Me relevant, mon kagune déchira dans un éclair écarlate le bas de mon dos en s'enfonçant dans le sol, me propulsant vers les Humains en moins d'une seconde alors que je passais entre leur garde pour atterrir derrière eux, mes pieds dérapant dans un virage à 380 degrés pour me retrouver le visage en face de leur dos alors que mes pointes filèrent jusque derrière leur nuque à tout trois avant de s'arrêter. Je n'avais déployé seulement que quatre des branches de mon kagune d'écailleuse, bien suffisant pour l'heure.

"-Ta chaîne ne te servira à rien face à moi, l'ami. Ni tes amis...Mais aimerais-tu savoir comment tuer une Ghoul ?"

Je ricanais en les laissant fuir mes pointes sans broncher, c'était comme être un chat qui s'amusait avec des souriceaux avec sadisme. Ma main se posa sur mon masque en le relevant sur mes cheveux en révélant mon visage aux yeux noirs et aux pupilles cramoisies, ce visage dont le bas était recouvert de sang encore frais.

"-J'aurais bien un plan à te proposer, une petite chose qui pourrait te rapporter gros à toi et les tiens si tu le désires. Qu'en dirais-tu, l'ami ?"

Je souriais en coin vers le Chef de cette bande, cette soirée était plus amusante que je ne l'aurais pensé au début.  




Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Goule ▬ solitaire
Messages : 23
Date d'inscription : 16/02/2016
Age : 27

Informations
arrondissement:
Groupe: .Goule Indépendante
Rang: B




Y avait-il une certaine drogue qui flottait dans l’air d’Ôta ? C’était bien la seule explication plausible à ce qu’il voyait maintenant, ou alors l’humain qu’il avait en face de lui, Kute, était sérieusement atteint. Ramener des potes à lui déguisés en mexicains… Il se rendait compte du danger dans lequel il les mettait pour se petit plaisir égoïste et sa soif de gloire foireuse? Déjà le coup de la caméra caché, c’était moyen, mais là… Voyant cette scène pour le moins incongru, Tsukiya ne put s’empêcher placer sa main sur son front, soupirant d’exaspération. Et puis cette façon de l’approcher, de le provoquer… La jeune goule qu’il était retenait ses pulsions, sa colère et son envie de bouffer cet être humain qu’il avait en face. Jamais on n’avait vu un steak aussi impertinent. Etrangement, les rôles s’inversaient peu à peu, le Diable Noir étant devenu plus calme, plus intéressé par la petite bande de déjantes qu’ils avaient maintenant en face.

Ishi leur proposa alors un marché tout en leur expliquant bien que vouloir les agresser était une bien mauvaise idée. Autant dire que cela avait intrigué le jeune Iwasaki mais ce qu’il savait, c’était qu’il n’interférerait pas. Après tout, ces trois idiots venaient de creuser leurs propres tombes, l’un en n’ayant aucune conscience, les deux autres en n’ayant pas assez de personnalité pour se démarquer. A cet instant précis, ils pouvaient se faire bouffer que cela lui était bien égal, ils venaient juste de gagner un allé simple pour les Darwin Awards. Son interlocuteur de la même espèce leur fit alors peur en utilisant sa vitesse et son Kagune pour montrer le fossé qu’il existait entre une goule et un humain, puis… Releva son masque ? Si Tsukiya avait pu être avec d’autres personnes, il aurait demandé à ce qu’on le pince pour être sûr de ne pas nager en plein délire. Machinalement, il se massa la tempe, comme pour se réveiller d’un mauvais rêve.

« Non mais où je suis tombé, encore… »

Il se posa alors, dos contre le mur, laissant les énergumènes parler entre eux. Cependant son regard balayait la scène, l’air renfrogné. Décidément, il ne voulait pas être mêlé à ça, leurs manigances de déjantés et des actions irréfléchies pour sentir le grand frisson du danger… Il posa alors son regarde sur Kute puis, l’air las, lança un simple.

« Juste une question… Tes envies suicidaires elles viennent d’où ? Si te couper un bras peut te remettre les idées en place, on peut arranger ça… Après tout, c’était pas comme si tu étais un exemple d’innocence, menacer ses camarades pour les mettre en danger… »

Oui, il lui faisait la leçon, comme on éduque un animal qui fait ce qu’il veut, ou un gamin trop turbulent qui cherche les limites de ses parents. Il se doutait bien que ce qu’il disait tombait dans l’oreille d’un sourd, mais que voulez-vous, il était comme ça. Et puis… S’il pouvait mettre un peu de plomb dans la cervelle de ce dégénéré, peut-être qu’il arrêterait ses conneries un instant et se remettrait en question ? C’était en tout cas ce qu’il espérait sans trop y croire. Bien entendu, il n’était pas non plus entièrement détendu et restait prêt à se défendre en cas de pépin, prêt à libérer son Kagune n’importe quand et, s’il le fallait, à en finir une bonne fois pour toute avec ce petit trio s’ils devenaient vraiment une menace.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé








Revenir en haut Aller en bas

L'horreur d'hiver [PV Ishi / Tsukiya / Kute]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

Sujets similaires

-
» Faut bien trouver une occupation... [ PV : Patte d'Hiver ]» Le nouveau thème d'hiver !» FB : Le Bal de l'horreur [Pv. Bear D. Seiko]» Design - Hiver 2011 | IMPORTANT |» Le parfum des roses d'hiver
Page 1 sur 1
Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
-