version 5
a skin by bonbon

Forum Tokyo ghoul, basé sur le manga original de Sui Ishida. Avatar du même type en 200*320. Personnage de l'anime interdit à prendre, nous demandons des personnage fictifs car aucun lien avec Ken Kaneki ne sera fait. Cela se passe également à Tokyo.
Nous recherchons davantage de membres pour le groupe de la CCG.
Il reste encore une place pour un top partenaire.


NOTRE PLAYLIST



1: HORIZON - MIYAVI
2: 「P ♢ S」PALE FLESH - FULL MEP
3: THE PRODIGY - THE DAY IS MY ENEMY
4: RIB - FORTY SEVEN (ヨンジュウナナ)
5: ENTROPY - [SOULS TEAM]

NAOTO KAGARI » LIBÉRÉ, DÉLIVRÉ ! FEAT. NOBUBU



 

Partagez|
NAOTO KAGARI » LIBÉRÉ, DÉLIVRÉ ! FEAT. NOBUBU
ON EST EN 2016, CA VA BOUGER CETTE ANNEE !
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
Citoyen
Messages : 144
Date d'inscription : 30/08/2015
Age : 28
Localisation : DANS UN OCÉAN DE PAPILLONS

Informations
arrondissement: 20ième
Groupe: Citoyen
Rang: Demi-portion




naoto kagari
LIBÉRÉ, DÉLIVRÉ ! FEAT. NOBUBU
lieu - suginami, appartement de nobuharu chikara horaire - midi

La matinée démarra de façon fort ennuyeuse pour Naoto, puisqu'il l'avait passé dans son pensionnat, à suivre un cours de rattrapage obligatoire. Bien entendu, le collégien mit tout en œuvre pour y échapper. Il essaya de se défiler en quittant sa chambre en catimini ; cet objectif en tête, il avait même sauté le petit-déjeuner, son deuxième repas préféré de la journée (après le goûter cela va de soi). Cette tentative se solda par un échec et il se fit cueillir à l'entrée de l'internat par son responsable.

On le traîna de force jusqu'à un bureau, où il perdit les heures suivantes à simuler du travail et à rêver de liberté en poussant des soupirs plaintifs. Fixant la porte d'un air blasé, il marmonnait en boucle les mêmes protestations : il avait faim, faim, faim … son ventre criait famine, tandis que ses gargouillis incessants brisaient le silence de la salle d'étude. En plus, ça tombait mal pour lui, ces révisions l'empêchaient de suivre son programme du jour, et il prévoyait justement de rendre visite à Nobuharu !

Naoto relisait pour la dixième fois son exercice – un problème mathématique à la consigne obscure – lorsqu'il aperçut une échappatoire. Tout d'abord, il bricola la cartouche de son stylo plume pour qu'elle explose dans ses mains. Les doigts couverts d'encre bleue, il demanda ensuite l'autorisation d'utiliser les toilettes. S'en suivit une évasion digne d'une série télé ; il enjamba la fenêtre du premier étage, glissa le long d'une gouttière jusque dans la cours avant d'en escalader la grille. Il s'élança alors, libéré, délivré! dans les rues du vingtième arrondissement.

Un quart d'heure plus tard, le collégien se présentait devant l'immeuble de Nobuharu, trépignant d'impatience à l'idée de goûter sa cuisine. Il entra dans le hall tout excité mais évita l'ascenseur, qui affichait encore sa fameuse pancarte « hors service ». Nobuharu l'avait taquiné de nombreuses fois à ce sujet. Il attirait souvent son attention sur les bruits bizarres qui s'en échappaient la nuit. Si le bon sens pousse naturellement à suspecter la présence d'un clochard, Naoto, quant à lui, était persuadé qu'un monstre démoniaque avait élu domicile dans l'ascenseur. Il lui avait même donné un nom : « le Déstructator ». Naoto longea prudemment le mur vers l'escalier en gardant ses distances et gravit les dix étages au pas de course.

Il arriva au dixième étage tout essoufflé, mais pas complètement épuisé, vu qu'il tira assez d'énergie dans ses réserves pour tambouriner contre la porte … du voisin.

« NOBUUUUUUUUUUUUUUUUUU~ »

S'écria le garçon en frappant de plus belle, jusqu'à ce que la porte s'ouvre sur une vieille dame pas commode qui pointa vers lui un doigt accusateur en le traitant de voyou. Elle se lança dans une critique acerbe de la jeunesse, la politique au Japon, l'écologie, le voisinage, les envahisseurs étrangers, le réchauffement climatique, le clochard de l'ascenseur et les parents incapables d'éduquer leur gosse – pas forcément dans cet ordre précis. Naoto se répandit en excuses et déguerpit sur la pointe des pieds. Il recula jusqu'à la porte de Nobuharu, la bonne cette fois, et appuya sur la sonnette.

« Nobuuuuuuuuuu … »

Il chuchotait, le collégien ayant vraisemblablement l'intention de se montrer plus discret. Mais bon à ce niveau, c'était déjà râpé, puisqu'il resta adossé contre le bouton … la sonnerie retentissait, ininterrompue, dans le couloir de l'immeuble.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Citoyen
Messages : 210
Date d'inscription : 25/08/2015

Informations
arrondissement: 20 éme
Groupe: .Citoyen
Rang: Aisé







Nobuharu était assis dans son canapé... Assez retourné par tout ce qui lui était arrivé depuis peu il s'était décidé à rester ici pour se reposer... Shiki étant partis ... "Faire les courses"...

Il ne s'attendait certainement pas à recevoir de la visite aujourd'hui, pas aprés l'engueulade avec le voisin d'en face, celui-ci étant venus pousser une gueulante lorsque Nobu et Shiki avaient jouer à la console pour la énième fois... Et Nobu avait eu le droit à un gage particulièrement odieux.

Il était dans un silence qui le pesait, l'habitude de l'action, la nécessité même... Il préférait de loin se déplacer à rester assis ainsi... Mais son état l'obligeais à rester assez statique... C'est pourquoi il adorait passer son temps en cuisinant. Et quel surprise lorsqu'il entendit la douce voix... Enfin douce, l'hurlement de Naoto, suivis d'une série de coups violent sur du bois, et l'énième crise de rage de la voisine...

"... Ooooh..." Souffla-t'il en se redressant, se dirigeant vers la porte, alors que la sonnette retentissait... Fort.....Longtemps même...

"Il s'est endormis dessus cet hurluberlus ?" s'enquit-il en ouvrant la porte a la volée, observant ainsi le jeune Naoto, sursautant de plus belle devant lui..

Nobuharu était en débardeur, ses avants bras couverts de bandages, et son épaule présentant elle aussi un bandage, plus sobre qu'il y a quelques jours. Son jean était quelque peu tâché, une marque descendant le long de sa jambe droite, comme si celui-ci avait fais tomber un pots de confiture dessus... Ou autre chose à la couleur rouge...

"Ha... Donc c'était bien toi... Tu n'es pas en cours à cette heure là toi ? " Demanda Nobu en se tournant vers l'horloge derrière lui... Naoto, une vraie anguille, profita de cette instant pour se glisser dans son appartement, comme pour imposer sa présence. Bien que cela ne gênait pas réellement Nobu'... En effet, cela ajouterais de l'action. Et probablement aussi quelques tâches ménagère après le passage de cette boule de nerf.

"... Fais comme chez toi... Donc, je paris que tu viens avec une idée bien précise...Hm ?" Demanda Nobu, tout en se dirigeant vers la cuisine, s'emparant déjà d'un tablier.

Que la cuisine commence ! Se disait-il... Aprés tout, il pourrait ainsi s'occuper et amuser Naoto...ET probablement aussi enrichir son Dentiste... Il se demandait si ce jeune homme n'avait pas une carte d'abonnement depuis le temps.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Citoyen
Messages : 144
Date d'inscription : 30/08/2015
Age : 28
Localisation : DANS UN OCÉAN DE PAPILLONS

Informations
arrondissement: 20ième
Groupe: Citoyen
Rang: Demi-portion




naoto kagari
LIBÉRÉ, DÉLIVRÉ ! FEAT. NOBUBU
lieu - suginami, appartement de nobuharu chikara horaire - midi

Il n'attendit pas l'invitation de Nobuharu pour envahir l'appartement. Dès que la porte s'ouvrit, il se faufila à l'intérieur et avança, les bras levés, dans une posture de victoire. Il ne prit même pas la peine d'enlever ses chaussures et son manteau en entrant. Pour le coup, il faisait vraiment comme chez lui. Il courut jusqu'au salon et se laissa tomber comme une enclume sur le divan, envoyant voler au passage tout ce qui traînait dessus. Bombardier Nao au rapport ! La base est attaquée, je répète, la base est attaquée !

Quand Nobu demanda s'il n'avait pas autre chose à faire, et à tout hasard, des cours à suivre, Naoto réagit comme un gamin soupçonné d'une bêtise. Il baissa immédiatement les yeux vers le sol en balançant les jambes d'avant en arrière. Hummm tiens, des pieds, comme c'est intéressant !

« Hmmmmmm … non … »

C'était un mensonge, mais … euh … à peine ? On imposait ces rattrapages qu'aux plus mauvais élèves, ceux dont les résultats devenaient désastreux. Ça ne concernait donc que les cancres et les cas vraiment désespérés. Alors bon, ces cours n'étaient pas réellement obligatoires … en quelques sortes … juste … hum, fortement conseillés ? Cela dit, le fait que Naoto soit dernier de sa classe et ce loin, très loin derrière ses petits camarades, ne jouait pas en sa faveur ; il faisait clairement partie de la cible.

« Qu'est-ce qui t'es arrivé … ? Tu t'es fait mal ? »

Demanda le collégien en remarquant tout à coup les bandages de Nobuharu. Il avait l'air mal en point. Il se leva du canapé et s'approcha du jeune homme, les sourcils froncés, d'abord inquiet puis fasciné. Il commença à tourner autour de lui en le bombardant de questions, têtu et agaçant comme un moustique.

« Tu t'es coupé en cuisinant ?! C'est pas trop profond ? T'as été à l'hôpital ? Oh dis, dis, t'es monté dans une ambulance ? Une fois on m'a emmené dans un camion de pompier mais bon, j'étais dans les pommes alors je m'en souviens pas … ils m'ont donné des bonbons quand je suis sorti … et en parlant de bonbons, regarde ! Je veux faire ça !»

Il fit un dernier tour aux côtés de Nobu, après quoi, il se précipita vers son sac à dos qui l'attendait sagement sur le canapé. Il tira sur la fermeture éclair et plongea la main à l'intérieur pour en sortir une revue de cuisine. Naoto feuilleta une dizaine de pages en marmonnant des commentaires presque inaudibles. Il retourna au sommaire, ouvrit le magazine à la page vingt-trois, puis le brandit fièrement sous son nez.

« C'est pas trop mignon ?! »

La page en question présentait une série de pop cake taillés en poulpe, en poisson et en tout plein d'autres bestioles tout aussi sympathiques. Il y avait également des biscuits multicolores en forme de licorne et du pain d'épice.

« Oh, mais dans la recette ils disent qu'il y a de la cannelle … j'aime pas la cannelle … tu crois qu'on peut mettre quoi à la place ? »


Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Citoyen
Messages : 210
Date d'inscription : 25/08/2015

Informations
arrondissement: 20 éme
Groupe: .Citoyen
Rang: Aisé







Ha...Et voilà, le bombardement de question.. Que dire, que faire, qu'expliquer à ce jeune homme ?

« Qu'est-ce qui t'es arrivé … ? Tu t'es fait mal ? »

Et voilà qu'il lui tournait autour, une véritable pile, une boule de nerf... Pas que Nobu' n'appréciait pas ce caractère, mais disons que le bombardement incessant de questions commençait à briser la forteresse qu'il avait bâtis.

« Tu t'es coupé en cuisinant ?! C'est pas trop profond ? T'as été à l'hôpital ? Oh dis, dis, t'es monté dans une ambulance ? Une fois on m'a emmené dans un camion de pompier mais bon, j'étais dans les pommes alors je m'en souviens pas … ils m'ont donné des bonbons quand je suis sorti … et en parlant de bonbons, regarde ! Je veux faire ça !»

"Haaa...Tu ne t'arrêtes donc jamais hein ? Fais comme chez toi... ET pour ça, c'est rien... Un accident a l'université... Lors d'une autopsie un peu d'acide m'est tombé dessus...J'ai les bras couverts de cloques et rongés par endroîts...Tu veux voir ? " Dit-il, en commençant à détacher les bandages, s'attendant bien évidemment à ce que la curiosité de Naoto soit stoppée par une peur bleu du sang et des blessures horribles.

"Tu veux faire ça... C'est ça ? "Dit-il tout en regardant le livre de cuisine, une recette assez simple... M'oui... Il devrait s'en sortir sans trop de mal. Enfin, il savait aussi très bien que le jeune Naoto ne toucherait pas une once de pâte, mais cela ne le gênait pas, ça l'occuperait... Il s'ennuyait tellement ainsi cloîtré.

« C'est pas trop mignon ?! »

"Ca correspond à ton caractère, je l'admets."

« Oh, mais dans la recette ils disent qu'il y a de la cannelle … j'aime pas la cannelle … tu crois qu'on peut mettre quoi à la place ? »

"Autre chose que de la cannelle... Euhm, vu les ingrédients, peut-être qu'un peu de vanille, ou un autre aromates que j'ai à disposition fera l'affaire... Je vais voir ce que j'ai, vient déposer le livre sur le bar."

Alors qu'il, terminait ses paroles il se dirigea tranquillement vers la cuisine, sifflotant. Ouvrant machinalement le placard où il déposait ses divers aromates...

"Alooooors... Est-ce que je dispose encore de gousses de vanille .. ?" souffla-t'il tout en fouillant dans ses aromates, sortant toute une ribambelles de produits, européens, américains...Australien...

"Ho..J'ai une idée, au lieu de la cannelle , je te laisse le choix, j'ai du poivre, mis à petite dose tu ne le sentiras pas et il rehaussera le goûts... OU de la vanille. "

Il glissa vers la table avec l'ingrédient choisi par Naoto, commençant à préparer son matériel de cuisine en sifflotant.

"Alors...Tu as donc finis les cours plus tôt aujourd'hui ? " Demanda-t'il, sachant bien que Naoto ne devait certainement pas avoir finis les cours... Il le connaissait déjà bien.

"Ho, j'y pense, j'ai un... Nouveau colocataire. Shiki. Il n'est pas très bavarre, mais il s'améliore."Dit-il, suivit d'un léger rire.

"Ha, tant que j'y suis, que t'est-il arrivé de nouveau à toi ? Tu t'améliores dans tes cours ?" Demanda-t'il, après tout, autant lancer la conversation.. SHiki n'était pas là, et Nobu s'était ennuyé depuis le début de la matinée.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Citoyen
Messages : 144
Date d'inscription : 30/08/2015
Age : 28
Localisation : DANS UN OCÉAN DE PAPILLONS

Informations
arrondissement: 20ième
Groupe: Citoyen
Rang: Demi-portion




naoto kagari
LIBÉRÉ, DÉLIVRÉ ! FEAT. NOBUBU
lieu - suginami, appartement de nobuharu chikara horaire - midi

Naoto talonna le jeune homme, le suivant tel un petit chien jusque dans sa cuisine. Il déposa la revue sur le bar et s'assit sur un tabouret pendant qu'il vidait ses armoires, poussant un petit « ah ! » enthousiaste à chaque nouvel ingrédient. Incapable de rester en place plus de cinq minutes, il se leva finalement de son siège et vint coller son nez contre la table. Quand Nobuharu proposa de remplacer la cannelle par du poivre, Naoto ouvrit de grands yeux ronds. Dans sa petite tête blonde, un gâteau devait être doux, sucré et fondant dans la bouche. N'ayant jamais cuisiné de sa courte vie, sa conception du poivre s'arrêtait à « ça pique » alors forcément, l'idée lui parut hallucinante.

« Hein ? Du poivre ?! Mais … pourquoi tu veux mettre du poivre dans mes biscuits ?! On va prendre de la vanille, j'aime bien la vanille. »

Il attrapa les aromates un à un et les fit tournoyer entre ses doigts pour en déchiffrer les étiquettes. Certains noms lui parurent bien étranges. Le curcuma notamment, et le garam ma … mala … masa … machin chose, mais qu'importe, ça n'avait pas l'air d'être le genre d'épices à mettre dans un gâteau. Encore que … ses connaissances culinaires étaient ultra limitées. Il ramassa les gousses de vanille posées devant lui par Nobuharu.

Naoto éluda délibérément la question sur ses cours terminés de manière prématurée. Il ne pensait pas Nobuharu prêt à le sermonner sur ce point, mais il ne voulait pas prendre le risque d'être mis à la porte. Ce serait dommage, alors qu'il était si proche de se remplir l'estomac de délicieux gâteaux ! Il resta donc muet (pour une fois !) et pensif devant sa vanille jusqu'à ce que le cuistot change de sujet en mentionnant un dénommé Shiki.

« Oh, un colocataire ? Il est là ? »

Le collégien regarda dans son dos, comme s'il s'attendait à ce que le jeune homme apparaisse soudainement sur le pas de la porte. Ce qui n'arriva évidemment pas. Il se rassit sur la chaise, un peu déçu. Il ne le rencontrerait pas aujourd'hui.

« C'est quelqu'un de ton université ? Il vient d'emménager ? »

Naoto aurait pu poser des milliers de questions sur le nouvel arrivant mais Nobu aborda à nouveau le chapitre des cours, ce qui le calma aussitôt. Il se mit à se tortiller sur son tabouret, un peu honteux. Il n'avait pas envie de discuter de ses échecs scolaires mais fit l'effort de répondre à sa question malgré tout. Il ne pouvait pas éviter ce sujet éternellement. OH MON DIEU Naoto arrivant à une conclusion raisonnable et presque adulte, on aura tout vu.

« Bah, pas grand chose en fait … j'ai eu un F en maths … et un D en japonais … »

Il essaya de prendre un air détaché mais sa gêne crevait les yeux. Sa mère l'avait envoyé en pension pour améliorer ses notes ; ah ça, son prochain bulletin ne manquerait pas de l'impressionner … par sa médiocrité cela s'entend. Elle finirait bien par se rendre compte de l'évidence : son fils était un gros nul. Vite vite, changeons de conversation !

« Ah ! Hier je suis allé au centre commercial de Shibuya, ils ont ouvert une nouvelle boutique ! Ça s'appelle le Paradis des bonbons. Il y a vraiment de tout, ils vendent même des revues de cuisine, c'est là que je l'ai achetée, mais c'est un peu cher … ah, sinon, dimanche je suis allé à un salon sur l'espace avec Todo et Ritsu, c'était trop bien. Tu savais qu'il y a pas de son dans l'espace ? Ça doit être super flippant ! Oh, et Venus et Uranus, c'est les seules planètes qui tournent à l'envers dans le système solaire ! C'est bizarre non ? Et aussi, y'a un professeur à l'exposition qui a parlé d'étoiles magnétiques – ça s'appelle aussi des magnétars – eh ben, elles sont tellement magnétiques qu'elles pourraient démagnétiser des cartes de crédit à 200 000 km de la Terre ! »

Naoto fit une pause pour reprendre son souffle. Il eut alors une expression de génie, le genre qu'on a en criant « eureka » et sauta sur ses deux pieds.

« Oh attends je vais te filmer en train de cuisiner ! »

Il sortit son portable de sa poche, un vieux modèle à clapet rose alourdi par une pléiade de straps, en bidouilla un peu les touches avant de le pointer vers Nobuharu. Tiens d'ailleurs, il fallait peut-être commencer par photographier l'environnement de travail ? Naoto pivota sur lui-même et entreprit de filmer toute la cuisine, en bon apprenti reporter.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Citoyen
Messages : 210
Date d'inscription : 25/08/2015

Informations
arrondissement: 20 éme
Groupe: .Citoyen
Rang: Aisé







Nobuharu était amusé par la vivacité de Naoto, cela lui faisait réellement plaisir que quelqu'un d'aussi vivant lui rende visite. Même si Shiki devenait de plus en plus causant, il restait assez morose.

"Malheureusement, non, il n'est pas là. Il est partis faire quelques courses le bougre. " Répondit calmement Nobu alors qu'il rassemblait son matériel, se trouvant d'ailleurs à quatre pattes obligé à fouiller pour retrouver un plats, que le dit colocataire n'avait pas été capable de ranger à la bonne place....

"Rah...Bon sang... Ha ! Le voilà !" Se précipita-t'il de dire en extirpant un gros bol en métal, dans lequel il posa calmement ses oeufs en les sortants du frigo.

"C'est quelqu'un de ton université ? Il vient d'emménager ?" Demanda Naoto, alors que Nobu filait d'avant en arrière dans sa cuisine, a l'allure d'une machine ayant un code précis, déposant chaque ustensiles à sa place prédestinée, au millimètre près.

"Ha, non, Shiki n'est pas de mon université non.. Je l'ai croisé alors qu'il fuguait de chez lui, ses parents lui en voulaient pour la médiocrité de ses notes, à quelle points qu'ils ne veulent plus l'héberger et voulurent l'envoyer dans un pensionnat.. Il est majeur et à donc pris la décision de partir." Il prit une bonne respiration avant de souffler longuement. "Du coups, quand je l'ai croisé dans la rue, et qu'il est tombé dans les vaps, j'l'ai ramené ici... Il est un peu fébrile. Il dort mal aussi... Y'a des moments il hère dans la maison en zombie...."

Il ricanna un instant avant de faire le zombie, dans une imitation remarquablement.... Comment dire... Ha oui, hilarante.
Il lui demanda ensuite comment se déroulait les cours, et l'écouta attentivement.

"Un D en Japonais ?! Tu vois que tu t'améliores ! Je te l'avais dis ! Tu es le meilleur ! " Il s'approcha de lui avant de lui ébouriffer les cheveux. "Tu sais que si tu souhaites un peu d'aide, j'suis là. Après tout, un élève aussi doué que moi peut bien faire le prof à mi-temps d'un p'tit gars comme toi !"

Il ria légèrement avant de retourner vers ses ingrédients, semblant faire la liste de tout ceux-ci. Tandis que Naoto racontait sa petite vie.

"Ah ! Hier je suis allé au centre commercial de Shibuya, ils ont ouvert une nouvelle boutique ! Ça s'appelle le Paradis des bonbons. Il y a vraiment de tout, ils vendent même des revues de cuisine, c'est là que je l'ai achetée, mais c'est un peu cher … ah, sinon, dimanche je suis allé à un salon sur l'espace avec Todo et Ritsu, c'était trop bien. Tu savais qu'il y a pas de son dans l'espace ? Ça doit être super flippant ! Oh, et Venus et Uranus, c'est les seules planètes qui tournent à l'envers dans le système solaire ! C'est bizarre non ? Et aussi, y'a un professeur à l'exposition qui a parlé d'étoiles magnétiques – ça s'appelle aussi des magnétars – eh ben, elles sont tellement magnétiques qu'elles pourraient démagnétiser des cartes de crédit à 200 000 km de la Terre !"

Le bougre n'avait aucune limites ! Ses poumons tenaient le rythme d'un marathon durant sa diction.

"Hé bien, tu en fais des choses, j'aimerais bien sortir un de ces quatre, tu m'accompagneras ?  On ira à cette boutique, je t'achéterais quelques kilos de bonbons ! Comme la dernière fois ! " Il ria très légèrement, semblant un peu songeur. Cela remontait à un certains moment que Nobuharu n'avait pas acheté de bonbons à son jeune camarade... Le pauvre devait-être en diète et mourir de faim pendant ses cours ! ... Bien qu'il lui avait acheté deux bons kilos la dernière fois. Comment ça il le gâte trop ?

« Oh attends je vais te filmer en train de cuisiner ! »

"Comme bon te semble, Journaliste Kagari ! " Répondit-il alors qu'il s'était tourné, fouinant dans son armoire à aromates. "Mince...J'étais sûr d'en avoir encore quelques unes... Ha ! Les voilà ! "

Il sortit la petite bouteille fermait par un vieux bouchon en liège, dans laquelle se trouvait quelques fleurs d'oranger séché, dégageant une odeur exquise et forte lorsque le petit bouchon disparaissait du sommet de la bouteille en verre.

"Tiens, sens-moi ça, tu en pense quoi ? On pourrait faire un gâteaux à plusieurs étages, et du coups plusieurs parfums ! " Dit-il, alors qu'il sortait un peu de verveine européenne, et fouillait par la suite dans son frigo à la recherche de quelques fruits qui s'accorderaient en goûts avec ses ingrédients présents.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Citoyen
Messages : 144
Date d'inscription : 30/08/2015
Age : 28
Localisation : DANS UN OCÉAN DE PAPILLONS

Informations
arrondissement: 20ième
Groupe: Citoyen
Rang: Demi-portion




naoto kagari
LIBÉRÉ, DÉLIVRÉ ! FEAT. NOBUBU
lieu - suginami, appartement de nobuharu chikara horaire - midi

Naoto fit la grimace quand Nobuharu commença à ébouriffer ses cheveux. Ah non, pas encore ! Mais qu'est-ce que c'était que cette manie ! Les adultes ne pouvaient donc pas s'empêcher de mettre le désordre dans ses boucles blondes ? Un peu plus tôt, c'était la grand-mère du konbini, et encore avant le petit vieux de la bibliothèque … y avait-il un sens caché derrière cet ébouriffage, un message secret que seules les grandes personnes pouvaient comprendre ? Ou alors, c'était un genre de réflexe spontané ? Ils voyaient sa tête et là, bam ! Ça les prenait comme une démangeaison ? Bizarre … Dès que Nobu retira sa main, Naoto s'empressa de se recoiffer en bougonnant, redonnant à ses cheveux leur position d'origine, qui n'était pas beaucoup plus ordonnée.

« Tu sais que si tu souhaites un peu d'aide, j'suis là. Après tout, un élève aussi doué que moi peut bien faire le prof à mi-temps d'un p'tit gars comme toi ! »

« Héhé, oui euh … je fais des progrès t'as vu … je suis méga balaise … »

La bonne blague ! Non, aucune amélioration à l'horizon, il avait juste (mal) recopié sur sa voisine. Mais après avoir reçu les félicitations de son ami, le garçon n'osait pas avouer la tricherie. Il avait un peu honte … il n'avait pas prévu de mentir, c'était venu comme ça. Heureusement Nobu n'insista pas trop lorsqu'il changea de sujet.

« Hé bien, tu en fais des choses, j'aimerais bien sortir un de ces quatre, tu m'accompagneras ?  On ira à cette boutique, je t’achèterais quelques kilos de bonbons ! Comme la dernière fois ! »

« Ouais, carrément ! Ah mais, ce week-end je vais à l'aquarium avec une amie, mais on peut y aller après si tu veux ? Je te propose pas de venir avec nous hein, en plus, elle est un peu lourdingue cette fille … elle parle trop et elle est hyper collante ! Mais comme la dernière fois, c'est elle qui m'a aidé à faire mon devoir de maths je lui ai promis de l'accompagner. J'espère qu'il y a des dauphins ! La dernière fois qu'on y est allé, y'avait pas grand-chose à voir mais depuis ils ont rajouté un bassin, alors, peut-être qu'il y aura des dauphins, ou alors des requins, ou peut-être des murènes … mais j'aime pas les murènes ça me fout les jetons, je sais pas trop pourquoi … je crois que c'est depuis que j'ai vu la petite sirène quand j'étais petit, dans le dessin animé elles me faisaient trop peur, j'en avais fait des cauchemars ! Mais ils devraient mettre des dauphins, parce qu'il y a déjà tout un bassin de méduses alors que bon, les méduses on s'en fout, ça intéresse personne. A la limite des pieuvres … les pieuvres, c'est cool. Tu sais que la pieuvre géante, eh bah elle peut soulever jusqu'à une tonne avec ses ventouses, et elle en a près de deux cents ?! Tu crois qu'ils les ont compté comment ?  Ils ont payé quelqu'un pour ça ? Mais s'ils ont mis des dauphins, j'espère qu'on sera assez proches, oh t'imagine si on pouvait nager avec ? Mais bon ce sera pas possible … »

Alors que Naoto s'apprêtait à sortir son portable pour vérifier si la natation à dos de dauphin faisait partie du planning de l'aquarium, Nobuharu dégaina un nouvel ingrédient. Comme d'habitude, le jeune homme était très bien équipé – culinairement parlant hinhin – il avait à sa disposition de toutes les épices et de tous les aromates. L'appartement de Nobu, c'était un peu la banque gastronomique du quartier. Quand vous toquiez à sa porte pour quémander de l'huile, il en sortait non pas deux, mais quatre variétés ; puis il vous demandait ce que vous comptiez en faire avec un regard inquisiteur ; puis il réécrivait votre recette en changeant la moitié des ingrédients ; si vous aviez de la chance, il vous laissait alors repartir, mais même à l'abri dans votre cuisine, vous vous attendiez presque à le voir surgir de la gazinière pour contrôler la cuisson de votre plat.

« Tiens, sens-moi ça, tu en pense quoi ? On pourrait faire un gâteaux à plusieurs étages, et du coups plusieurs parfums ! »

« Ça sent trop bon ! C'est quoi ? Oh, on peut faire une couleur différente pour chaque étage ? Pour faire un arc-en-ciel ? Ah, mais je me rappelle pas, c'est quoi les couleurs de l'arc-en-ciel ? Attends je regarde sur google. »

Le clapet de son portable s'ouvrit dans un déclic, et il pianota aussitôt à la recherche de cette information cruciale.

« Rouge, orange, jaune, vert, bleu, indigo, violet. »

Le blondinet releva le bout de son nez, triomphant. Nobu disposait sûrement de tous les ingrédients nécessaires à l'élaboration de cette future œuvre culinaire. Après tout, il avait une SUPER cuisine. Au pire, ils iraient faire des courses ! Tiens d'ailleurs en parlant de courses, il n'était pas parti en faire, son nouveau colloc ? C'était quoi déjà son petit nom ?

« Il est malade, Shiki ? »

Naoto jeta vers le cuisinier un regard un peu inquiet. Tomber dans les pommes au beau milieu de la rue, ça ne lui semblait pas très normal.

« C'est nul les pensionnats. Il a eut raison de partir. Ma mère aussi, elle m'y a envoyé à cause de mes notes. Ça a rien changé, je suis toujours aussi nul. Je crois qu'elle voulait juste se donner bonne conscience … maintenant, si j'me plante, ce sera pas de sa faute. Les adultes, quand ils ont plus envie d'être responsable de quelque chose, ils paient des gens pour qu'ils l'assument à leur place, c'est moche. »

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé








Revenir en haut Aller en bas

NAOTO KAGARI » LIBÉRÉ, DÉLIVRÉ ! FEAT. NOBUBU

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

Sujets similaires

-
» NAOTO KAGARI » SERA-T-IL AU DÉTOUR DE LA RIVIÈRE ?» NAOTO KAGARI » PURR PURR~» [Distribution] Hoopa : Libéré, Délivré !» Les dix commandements du libéralisme mondialisé . ERICQ PIERRE PAS LADAN !» Libéralisation et production agricole : le riz en Haiti
Page 1 sur 1
Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
-