version 5
a skin by bonbon

Forum Tokyo ghoul, basé sur le manga original de Sui Ishida. Avatar du même type en 200*320. Personnage de l'anime interdit à prendre, nous demandons des personnage fictifs car aucun lien avec Ken Kaneki ne sera fait. Cela se passe également à Tokyo.
Nous recherchons davantage de membres pour le groupe de la CCG.
Il reste encore une place pour un top partenaire.


NOTRE PLAYLIST



1: HORIZON - MIYAVI
2: 「P ♢ S」PALE FLESH - FULL MEP
3: THE PRODIGY - THE DAY IS MY ENEMY
4: RIB - FORTY SEVEN (ヨンジュウナナ)
5: ENTROPY - [SOULS TEAM]

Purgatoire [Pv Ishi / Hibiki



 

Partagez|
Purgatoire [Pv Ishi / Hibiki
ON EST EN 2016, CA VA BOUGER CETTE ANNEE !
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
Goule ▬ Kamakiri
Messages : 196
Date d'inscription : 25/05/2015

Informations
arrondissement: 12ème
Groupe: .Kamakiri
Rang: S




Où étais-je ? Je ne voyais que les ténèbres autour de moi, je ne sentais plus rien...Étais-je mort ? Pourtant j'arrivais à entendre des hurlements lointains, je voyais des images flous...Qu'est-ce qui pouvait bien se passer à la fin ?

***

La vie était paisible pendant cette dernière journée de soleil et de chaleur avant la fin de la soirée, les Citoyens de Tokyo marchaient dans la rue du 14ème arrondissement en parlant entre eux, certains allant dans des cafés après une journée de travail, les légers embouteillages habituels parsemant la route tandis que les jeunes se réunissaient pour profiter de la fin de journée.

Puis sans crier garde, une explosion retentit au beau milieu de la route dans une détonation de flamme alors qu'une voiture s'envola pour s'écraser contre la vitrine d'un magasin. Avant que les premiers cris de paniques ne résonnent, les regards se tournèrent vers l'origine de l'accident n'en comprenant pas la raison. Puis un Homme balbutia vers les autres :

"-Un...une...UNE GHOUL !
-Prévenez le CCG !
"

Mais tandis qu'une créature à peine humaine se relevait après avoir remonté des entrailles de la terre, une vague de panique saisit les Humains qui fuyaient dans touts les sens en hurlant. La Ghoul les observait sans réagir, à peine consciente de ce qui l'entourait tandis que huits bukakus se balançaient dans son dos avec la forme de pattes d'araignées tandis qu'elles étaient recouvertes d'une sorte exosquelette.
Mais son corps était pratiquement entièrement recouvert d'une solide couche de RC tandis que huits yeux semblaient visibles sur le crâne du jeune garçon qui en était la base. Le son l'agaçait et c'est dans un rugissement de colère que la Ghoul chargea dans la foule à une vitesse surhumaine en tranchant, écrasant et perforant dans des giclées de sang les civils sans distinction.

Les cris résonnaient partout tandis que la Police arrivait, impuissante, sur la scène de carnage alors que leurs balles ne servaient à rien contre à cette ghoul de feu. Tournant ses yeux vers les effrontés, elle chargea dans un fil écarlate vers eux avant de ravager le vulgaire barrage de voiture.

"-Crevez...Crevez...CREVEZ !"

De l'écume coulait des lèvres du monstre qui souriait d'un air malsain tandis que la folie le dévorait puis il baissa son visage pour venir mordre dans le corps d'un des policiers. Les Humains étaient si fragiles...
Pendant plusieurs minutes, le carnage ne cessa guère tandis que des voitures brûlaient, des vitrines étaient brisés et les victimes se comptaient déjà à plusieurs dizaines mais le Diable Noir releva ses yeux vers les nouveaux arrivants en manteau qui s'approchaient de lui. Le CCG....

***

Je ne me contrôlais plus, je ne ressentais que de la haine, de la souffrance. Je n'avais qu'une envie : Détruire. J'en avais assez de tout ça...Mais pourquoi j'essayais encore de m'accrocher à la raison ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Membre de la CCG
Messages : 73
Date d'inscription : 19/09/2015
Age : 18
Localisation : 14e ▬ Nerima.

Informations
arrondissement: 14e.
Groupe: CCG.
Rang: inspecteur ▬ 1ère classe.




► egypt central - white rabbit (nightcore)

« Opération goule de feu dans Nerima : toutes les unités sont nécessitées dans le quartier commercial immédiatement. Une goule dans un état second a détruit plusieurs commerces et laisse derrière elle une crevasse dans le sol et de plus en plus de corps. Elle possède un kagune rinkaku séparé en quatre et un kakuja similaire au premier, sûrement développé par du cannibalisme qui expliquerait son attitude folle, et semble être blindée par ses cellules RC. Elle a déjà tué plusieurs officiers de police et semble complètement insensible aux armes à feu classique. Je répète.. »

Pas besoin d'en entendre plus., Hibiki était déjà en route avec sa valise argentée à la main. « Oishī oishī.. ~ » se répétait-elle avec un petit sourire satisfait. Pouvoir étudier une goule la rendait toute joyeuse, mais l'étudier en action était d'un plaisir bien supérieur, alors ne parlons pas de la tuer. Elle fut un des premiers inspecteurs sur le terrain, contemplant le chaos comme on contemple une œuvre d'art ; les yeux pétillants, fascinés, et un petit frisson parcourant son échine au rythme des cris. C'est qu'on ne voit pas une goule de feu tous les jours, et que pour une amoureuse des goules comme Hibiki c'était comme son anniversaire, mais en mieux. Enfin, à l'exception que ce n'était pas un petit chien dans une boîte qu'on lui offrait, mais une bête affamée et bavante, et de plus sans même un papier cadeau ou un nœud sur la tête. Tête qui semblait d’ailleurs vide, à en juger par l'éclat absent de ses yeux, et ses actions répétitives. C'est ce qu'il arrive à un cannibale fou, vous me direz. La goule, qui regardait dans sa direction quelques instants auparavant, changea de centre d'intérêt, ce qui ne plût guerre à Hibiki. En un éclair, son manteau anthracite virevolta dans un bruit tranchant, et la valise qui était jusqu'ici dans sa main rasa le sol sur plusieurs mètres en arrière, ouverte. L'Inspectrice prit en main son jouet préféré, issu d'un kagune du même type que celui de sa proie, avec lequel elle lui mit un grand coup dans le dos. C'était le moment, enfin !

Elle glissa jusque dans l'angle mort de la proie, et s'immobilisa en restant sur ses gardes malgré tout. Son vêtement caractéristique retomba comme à l’accoutumée, tout élan perdu, dans un léger bruit de froufrou. La brise balaya ses cheveux alors que ses lèvres s'ourlèrent légèrement, puis son visage devint lumineux et accueillant. « Bonjour, comment allez-vous ? » Son ton était beaucoup trop posé pour être celui d'un enquêteur, c'était ici la " groupie de goules " qui parlait, et qui en passant voulait se taper la discute avec un monstre. Quoi de plus normal ? « Il fait bon aujourd'hui, vous ne trouvez pas ? » Décidément, elle était beaucoup trop mielleuse, et même si elle parlait avec une goule rare ça ne pouvait pas être la seule explication.. C'est louche. Personne ne semblait y prêter attention, puisque le loup qui prenait en chasse ces pauvres brebis leur fichait enfin la paix, peu leur importait la raison.
electric bird.

 

_________________

HOMO HOMINI LUPUS EST ▬ live and die alone.
january is the color of her skin, february are her lips so inviting, silk hair as short as her fuse ; she's been damaged, she's been misused. - miw, wasp
fait chier en #800000.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Goule ▬ Kamakiri
Messages : 196
Date d'inscription : 25/05/2015

Informations
arrondissement: 12ème
Groupe: .Kamakiri
Rang: S




Le Diable Noir suivit des yeux soudainement l'inspectrice tandis qu'il comprenait légèrement ce qui se passait. Il sentait l'odeur appétissante que dégageaient les cellules RC qui formaient l'arme de la Femme, son estomac gronda alors qu'elle venait vers lui mais dans la folie qui dévorait le monstre, il ne fit que contempler l'arme avant de se faire frapper dans le dos. D'une pulsion de ses jambes, il bondit de l'autre côté de la rue en glissant pour faire face à l'inspectrice qui s'était glisser dans son angle mort. Elle semblait lui parler mais il ne comprenait rien, il entendait mais n'écoutait pas, il était trop tard. Tout ce qu'il désirait, c'était dévorer l'origine de cette odeur...Et sa manieuse.

"-Meurt...MEURT !"

Lâchant un cris de rage, la Ghoul déploya ses bukakus dans les airs en bondissant vers la petite souris qui osait lui faire face avant de les ramener, pointes en avant et de frapper de toutes ses forces là où elle se tenait, l'onde de choc en brisa le sol et termina de morceler une vitrine mais Hibiki avait largement les moyens d'éviter une telle attaque de plein fouet. Puis d'un mouvement de ses pieds, le Diable Noir virevolta dans les airs en balançant ses appadices vers la Femme dont il sentait l'odeur dans une suite d'attaque rapide mais frénétique, sans réfléxion.

"-Je vais te briser !"


Puis quelque chose se mit à éclater en sanglot avant de se taire. Posant ses yeux écarlates sur une voiture non loin d'ici, le Diable Noir les plissa en direction de la Femme qui essayait de faire taire son enfant, tout deux cachés dans la voiture. Crispant ses muscles, la Ghoul sembla sur le point de bondir sur ces innocents mais elle ne poussa qu'un cris atroce comme si elle souffrait intérieurement.

Puis l'odeur de l'Inspectrice lui revient tandis que la Ghoul frappait autour d'elle de son kagune, fracassant tout ce qui pouvait l'être en cherchant à écraser la jeune groupie qui lui collait autour mais ce n'était plus qu'une bête de vaines pulsions, qui ne semblait même plus apte à bouger tandis qu'une nouvelle couche de RC commençait à la recouvrir une fois de plus. Mais la Mère et la fille ne furent jamais touché.

***

Pourquoi est-ce que je repensais à ce jour où j'ai vue mes Parents mourir...? Je vis alors des images flous, des flammes, une fille avec une étrange arme qui ressemblait à un Kagune puis les pleures d'un enfant. Soudainement, j'essayais de reprendre le contrôle de moi même mais...Je ne pouvais rien faire, j'étais seul...

***

La Ghoul lâcha un gémissement en serrant les dents, ses bukakus venant l'encercler elle même comme un mur de protection tandis que quelque chose semblait l'empêcher de se mouvoir à la guise de sa frénésie sanglante. Puis, à peine audible, un voix brisé s'échappa de la gueule sanglante du garçon.

"-Aidez moi..."
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Membre de la CCG
Messages : 73
Date d'inscription : 19/09/2015
Age : 18
Localisation : 14e ▬ Nerima.

Informations
arrondissement: 14e.
Groupe: CCG.
Rang: inspecteur ▬ 1ère classe.




► egypt central - white rabbit (nightcore)

Il faut avouer que la jeune femme avait songé à la probabilité d'une telle réaction, mais n'espérait pas qu'elle soit si immédiate. Elle grimaça légèrement, conservant quand même sa mine agréable et satisfaite. « Oh.. ça n'a pas l'air d'être la grande forme pour vous, en tout cas. » Un cri de rage fendit l'air, et en voyant le corps de la goule se contracter et se balancer dans sa direction, elle dégagea illico presto la voie en glissant vers la droite, contre un mur opposé à celui près duquel elle se tenait quelques secondes en arrière. Celui-ci explosa à cause de la chute, en plus de la vitrine qu'il abritait et du sol autour, dans un fracas lourd de gravas et des sifflements de verre brisé. Cependant, Hibiki n'eût pas le temps de constater plus que cela les dégâts, puisqu'une nouvelle attaque s'abattait sur elle. Elle eut à peine le temps de l'éviter, le kagune de la goule ayant déchiré une partie du manteau de l’Inspectrice par son inadvertance. « C'était juste.. » Elle se mordit la lèvre, nettement plus embêtée. Elle devrait en racheter un, maintenant. Mais quitte à en acheter un nouveau, autant réduire celui-ci en lambeaux au combat.

Mais le monstre ne sembla plus de cet avis. Figé, il observait une mère et son enfant dans leur voiture, apeurés et pour l'enfant, en larmes. Hibiki allait se lancer sur la voiture avant son adversaire pour la protéger, mais le second cri de celui-ci la stoppa dans son élan. Ce n'était pas un cri d'attaque, ni de provocation, ça sonnait plus comme.. un énorme gémissement de douleur. La créature souffrait de ses blessures et de son état mental. L'Inspectrice attendit patiemment, étudiant les réactions de sa proie pour contrer ses attaques. Pendant quelques secondes, elle fût calme ; mais ça ne dura pas, et d'un coup le kagune multiple se déchaîna sur tout le périmètre à sa portée, dont lequel la jeune fille faisait partie. Elle tenta premièrement de s'en éloigner, puis y vit une brèche pour affaiblir les attaques - et surtout un moyen de se protéger de celles qu'elle ne pouvait éviter. Elle se mit alors en garde, sa quinque devant elle, et frappa chaque tentacule titanesque qui passait vers elle. Elle eu le temps de porter trois coups, qui ne brisèrent pas les armes de RC mais ralentirent leurs attaques. Malheureusement, Hibiki fût trop confiante et un coup de kagune qu'elle penserait plus lent s'abattit violemment contre son ventre et la propulsa à terre. Elle y git quelques instants, sentant sa tête tourner et du sang perler dans ses cheveux et sur son bras droit, le côté sur lequel elle s'était réceptionnée. Elle grogna de douleur, ce dernier lui faisant plutôt mal et étant couvert de bouts de verre qui pénétraient ses chairs, certes moins que si son bras avait été nu mais qui lui faisaient quand même assez mal. Avec un peu de courage, Hibiki se leva, ayant par chance juste quelques douleurs peu importantes aux jambes. Les attaques à répétition cessèrent, la goule semblait essoufflée. Elle s'approcha de celle-ci, un regard confiant collé à la superglue sur le visage. « Enfin tu te décides à te calmer ? Tu m'as fait mal tu sais, ce n'est pas très gentil. Arrête de me résister, tu mourras dans tous les cas. » Même si à première vue l'idée de tuer un si beau spécimen ne satisfaisait guère l'Inspectrice, en revoyant sa pensée, voir ces chairs pleines de poches RC exploser et gicler dans une marée rouge, ces os forts craquer comme des mikados et ce crâne se répandre sur le sol était en fin de compte un spectacle assez intéressant. Hibiki changea alors d'avis ; pourquoi laisser le meilleur pour la fin à ses collègues ? C'est elle et elle seule qui allait faire couler le sang de cet être démoniaque pour lequel elle se passionnait tant.

Hibiki se transforma dès lors en furie. Ignorant la douleur et la terreur dans son corps, autour d'elle, et son bras qui lui permettait à peine de tenir sa bien aimée arme, elle se rua vers la goule à quelques mètres d'elle. Celle-ci avait adopté une position plutôt étrange, de repli il aurait semblé, enveloppé dans son kagune comme le ventre maternel enveloppe un fœtus. C'est ça, une position fragile de l'intérieur, mais impénétrable. « Impénétrable, ça c'est ce que nous allons voir. » Un sourire mauvais se greffa sur ses lèvres pour accompagner son regard plus qu'explicite, Hibiki assena sa quinque sur la goule avec une force que seule la rage lui conférait. Mais après maintes tentatives pour priser la carapace de RC, autant sous forme de kagune que sous celle de l'espèce de protection qui couvrait le corps de la bête, l'Inspectrice crût y laisser son arme qui se contentait de rebondir dans un bruit creux et métallique contre la paroi de protection de RC. Elle continua, convaincue qu'elle pourrait céder tôt ou tard sous son assaut imperturbable, puis y mit encore plus de conviction au rythme où Hibiki basculait dans la folie. Elle tenta tout : des coups de biais, de front, de l'enfoncer entre deux tentacles, de les couper, rien n'y faisait. Rien, absolument rien, peut importe les efforts. Hibiki poussa à son tour un cri de rage, mettant toutes ces forces dans son ouvrage, refusant l'abandon.
electric bird.

 

_________________

HOMO HOMINI LUPUS EST ▬ live and die alone.
january is the color of her skin, february are her lips so inviting, silk hair as short as her fuse ; she's been damaged, she's been misused. - miw, wasp
fait chier en #800000.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Goule ▬ Kamakiri
Messages : 196
Date d'inscription : 25/05/2015

Informations
arrondissement: 12ème
Groupe: .Kamakiri
Rang: S






Pourquoi elle ne fuyait pas ? Je devenais de plus en plus lucide tandis que des images filtrés de mon état actuel grâce à la posture dans laquelle je me trouvais. Je n'aimais pas ne pas me contrôler, je ne me sentais pas entier en plus de ça comme si ma peau était plus qu'étroite. J'étais si seul...Ni familles, ni amis...Rose...

***

Les coups de l'Inspectrice frappait de plus en plus sans que le Diable Noir ne réagisse comme si on le retenait de l'intérieur. Il n'était pas d'un spécimen blindé à la base mais la surcharge de cellule le rendait aussi résistant. Les sirènes chantaient dans les environs, celles de la police mais également des urgences et des pompiers. Grondant dans son cocon, la Ghoul sentit que des Policiers venaient sauver la Mère et sa fille...Le courage des Humains. Une ghoul ne défendrait jamais ainsi un des siens.
L'Inspectrice lâcha alors un cris de rage tandis que ses coups reprenaient de la puissance, si il s'approchait d'une blindé, il ne l'était cependant pas réellement. Soudainement, un de ses appendices se brisa en révélant les rayons aveuglant du soleil tandis que l'arme de l'Humaine le frappa de plein fouet dans le visage en le faisant percuter une voiture, le visage en sang tandis que la couche de RC brisait révélait une légère partie des traits du garçon.

***

Etait-ce de la souffrance que je venais de ressentir ? Je remuais mes doigts tandis que mon corps répondait légèrement à mon ordre. Puis je ressentis la présence de ceux que j'avais dévoré comme une entité propre dans mon esprit. Le remord me dévorait...Le remord ? Ils dévoraient eux aussi !

"-Laissez moi..."

J'allais plaindre des ghouls qui s'entre-dévoraient de base ? Qui massacrer des Humains pour le plaisir ? Putain, ce Zéro que m'avait-il fait ? Un lavage de cerveau ? Je ne savais plus qui j'étais mais une chose m'importait encore. Une seule chose.

***

Profitant de l'immobilité du Diable Noir, les attaques surgirent à nouveau pendant que son bouclier était brisé, chacun des coups perforant les couches d'armures de RC puis tranchant ses chairs tandis qu'il ne réagissait pratiquement plus à l'Inspectrice. Il semblait avoir abandonné à vrai dire...mais tandis que le Femme pouvait reprendre confiance, il bondit dans une pirouette acrobatique sur le toit de la voiture avant de déployer ses derniers crochets vers le mur le plus proche, commençant ainsi à escalader le cenre commercial jusqu'au toit, en piteux état.
L'Inspectrice n'était pas allé de main morte, sans scrupule semblait-il envers les siens mais l'instinct de survie primait sur le reste. Il ne devait pas rester dans la rue...C'est alors qu'il fut éblouie par le spot d'un Hélicoptère qui passa au-dessus du bâtiment, dévoilant les restes de la Ghoul de feu.

"-Rose..."

L'Inspectrice qui le pourchassait, arriva finalement sur le toît du bâtiment pour découvrir que la Ghoul se tenait face à elle en souriant à pleine dent dans un air sinistre tandis que son corps se régénérait à une vitesse grand V, ses chairs et ses muscles s'enroulant à nouveau tandis que son kagune lui même se réparait. Il était récouvert d'une couche de RC encore mais plus légère, deux cornes sur le front tandis que les cellules cachés son visage. Cette fois, il ne lui laisserait pas le temps d'attaquer en première en faisant l'appanache de toute sa rapidité dans en bondissant vers elle avant de lui tourner autour à une vitesse à peine visible jusqu'à la frapper de ses appendices plusieurs fois...
Mais ce n'était qu'une ruse.
Changeant ses appuis, il bondit dans les airs au-dessus d'elle en éclatant de rire avant d'abattre l’intégralité du kagune sur elle dans une attaque plus brutale que fine, brisant le toit dans une explosion de débris, le béton se brisant dans le son des cables d'aciers trancher qui déchiraient l'air une fois libéré de cette pression.

***

La poussière flottait dans le hall du centre commercial en le cachant dans une brume épaisse tandis que des débris tombaient encore du plafond de temps en temps. Des plaques de bétons recouvraient le sol en offrant de nombreux abris à ma cible tandis que je gardais mon kagune en suspend autour de moi, mes queues se balançant doucement dans les airs alors que j'observais les lieux à la recherche de cette Inspectrice. J'avais repris conscience ? Je m'en rendais enfin compte tandis que je baissais mes yeux vers ma main. Du moins, je sentais encore la folie proche de moi mais...Différemment.

"-Où te caches-tu, Inspectrice ?! Je te dois des remerciements."

J'observais les alentours en me tournant pour chercher une tignasse, un manteau ou que sais-je encore puis je me concentrais sur mon odorat malgré la poussière qui me génait atrocement avec celui-ci. Je me demandais dans combien de temps les renforts arriveraient...Et depuis combien de temps j'avais perdu le contrôle.

"-Montres toi...N'aies pas peur."

Je me préparais à toute éventualité mais je n'avais rien à craindre d'une simple Colombe seule...Non ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Membre de la CCG
Messages : 73
Date d'inscription : 19/09/2015
Age : 18
Localisation : 14e ▬ Nerima.

Informations
arrondissement: 14e.
Groupe: CCG.
Rang: inspecteur ▬ 1ère classe.




► lindsey stirling & lzzy hale - shatter me

Un sourire victorieux et légèrement - beaucoup - psychotique déforma son visage dès que la goule vola sous ses coups hasardeux. Elle avait réussi à briser un morceau de son kagune ! Elle avait réussi, malgré tout ! Hibiki fût prise d'un fou rire nerveux ; elle avait réussi à l'atteindre dans son excroissance de RC et au visage, mais pas à tuer la goule. Ce serait la prochaine étape, donc. Elle s'élança vers le monstre, toujours à terre car visiblement pas remit de sa chute, et le couvrit à nouveau de coups propulsés par l'espoir. Elle entendit les couches de RC se briser, craquer, les vit se réduire en un sol désertique durant une saison sèche tant elles étaient striées de coups et de craquelures, son kagune était mâché par les coups et ouvert à maints endroits, mais l'Inspectrice continuait à se déchaîner. Elle la tuerait.

Mais Hibiki se vit propulsée dans une chute de plusieurs mètres, autant en hauteur qu'en longueur. Elle crut mourir, mais refusa d'abandonner même en sachant la plus plausible issue du combat. En quelques instants, elle était debout sur ses jambes, tremblante et en sang, ayant encore plus mal aux endroits où elle avait déjà mal, la vision floue et le cerveau embrumé. La goule grimpait à l'immeuble, non, sur le toit du centre commercial. Hibiki n'avait plus trop les yeux en face les trous, mais elle attrapa sa quinque et brisa la vitre du rez de chaussée pour grimper plus vite aux escaliers. Elle se hissa jusqu'au second étage, et arrivé à celui-ci elle ne su trop comment monter sur le toit. Elle chercha un plan d'évacuation de secours, et comme par magie découvrit l'escalier correspondant, menant au toit. La goule était là, en train de se régénérer, son regard pour l'Inspectrice semblant haineux et malsain. Elle fut prise d'un frisson d'adrénaline, sûrement mêlé à de la peur, mais surtout fait d'adrénaline. Sa quinque se plaça automatiquement entre ses deux mains, tandis que tout son corps se posta en position de combat. Elle était prête à l'assaut, qui n'allait pas tarder à arriver. « Qu'attends-tu pour m'achever, hein ? » Son air était arrogant, peut être trop vu que l'attaque se déroula dans la seconde où elle finit sa phrase ; et en y repensant, elle douta du lien qu'il y avait entre ces deux faits. La goule bondit dans sa direction, et Hibiki eut tout juste le temps de se décaler pour ne pas se prendre une goule propulsée à pleine vitesse dans la poire. Elle allait lui assener un coup, mais le rata, tenta un deuxième qui finit de la même manière, puis un troisième. Le monstre lui tournait autour à une vitesse où Hibiki le voyait à peine, et n'arrivait pas à cerner ses mouvements. Puis un coup de kagune s'abattit dans son dos, la mettant à genoux. Elle fût surprise, trembla au sol sans comprendre, jusqu'à ce qu'un second coup lui passe juste au dessus de la tête. Elle se mit en boule, regroupant ses genoux entre ses bras et sa tête entre eux deux. De cette manière, les coups l’effleuraient seulement car elle était plus proche du sol, et pour ceux ayant été portés plus bas, ses points vitaux étaient protégés. Impossible de luter contre une bête portant des attaques si rapprochées et rapides, il fallait jouer la carte de la défense.

Les coups s'arrêtèrent quelques secondes. L'Inspectrice ouvrit un œil, et vit la goule juste au dessus d'elle, toutes ses appendices pointées vers son adversaire, laissant tout son poids et son élan s'écraser sur elle. L'attaque semblait très puissante mais lente, alors Hibiki eut le temps de rouler plus loin et de balancer son arme à quelques mètres du choc pour ne pas la laisser se briser. Mais c'est alors le sol qui se brisa sous son corps frêle et abîmé. Elle eut à peine le temps d'attraper sa quinque avant de tomber, la touchant du bout des doigts, et celle-ci lui échappa dans sa chute. Elle n'avait plus d'arme. C'était la fin.
Plus de son, plus d'image. Comme un programme télévisé coupé en plein vol. Juste un sifflement, et la sensation désagréable de gravas sous son corps brisé. Quelques instants passèrent, le son et l'image revinrent, comme si l'ingénieur technique revenait sur le plateau après sa pause pipi en pleine émission. Elle était comme un vase de verre qu'on aurait laissé tomber, en miettes. Ses muscles ne lui répondaient qu'à peine, tout son corps lui faisant mal. Elle tenta de se lever du tas de gravas sur lequel elle était tombée ; encore heureux qu'elle soit tombée dessus que dessous d'ailleurs, c'est au moins une chance. Mais elle étouffa un cri de douleur, de peur de se faire repérer en position délicate. Une barre d'acier, sûrement des fondations de l'édifice, s'était plantée dans son ventre quand elle était tombée, en perçant le gilet protecteur qu'elle portait pourtant en dessous de ses vêtements. Et pour couronner le tout, la goule la cherchait ouvertement. Pas d'arme, blessée gravement, devant une goule de feu.. Hibiki préféra fermer les yeux et attendre la mort.

Par chance, des gravas tombèrent encore du plafond. Non, pas pour l'achever, même si ça aurait peut être été la meilleure solution ; perdre une inspectrice comme Hibiki aurait sûrement été assez embêtant pour le ccg, cependant. Sa quinque, qui se trouvait à quelques centimètres de sa main quand elle avait chuté, venait de chuter à son tour dans un gros bruit métallique caché par celui des fondations qui venaient de s'écrouler avec. Elle tenta de ramper jusqu'à elle, mais fût retenue par la plaie qui lui fit pousser un gémissement de douleur difficilement étouffable. Hibiki tenta d'arracher la barre de fer à son socle pour se déplacer sans déclencher une hémorragie, mais ne fit que à proprement parler remuer le couteau dans la plaie, même si l'arme n'était pas un couteau ici. Elle respira un grand coup, et se leva brusquement pour faire sortir la barre de fer, fixée sur un morceau de béton et trop lourde pour être soulevée de toute façon. Elle arracha un bout de son manteau, qui avait par je ne sais quelle magie tenu jusqu'ici, et le plaça tant bien que mal entre sa peau et son gilet pour empêcher le sang de trop couler. Elle attrapa alors sa quinque, et se leva avec tout le courage qu'il lui restait encore, grimaçant de douleur et haletant de fatigue. « Me remercier ?.. » Sa voix, fragile et enrouée, était teintée d'espoir et d'amour. L'idée d'avoir aidé une goule, ces êtres qu'elle aimait tant, lui redonna confiance. Elle sortit des gravas et accéléra le pas, manquant de proprement se casser la gueule plusieurs fois, et boitilla sur tout le chemin. Une fois la goule en vue dans tout ce brouillard de poussière créé par l'éboulement, elle lui sourit et saigna du nez. Surprise, Hibiki s'essuya très peu sensuellement sur sa manche, les jambes tremblantes à la fois de douleur, de fatigue, et d'euphorie, avant de cracher du sang.
electric bird.

 

_________________

HOMO HOMINI LUPUS EST ▬ live and die alone.
january is the color of her skin, february are her lips so inviting, silk hair as short as her fuse ; she's been damaged, she's been misused. - miw, wasp
fait chier en #800000.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Goule ▬ Kamakiri
Messages : 196
Date d'inscription : 25/05/2015

Informations
arrondissement: 12ème
Groupe: .Kamakiri
Rang: S




"Me remercier ?.. "

Je me retournais vivement vers l'origine de la voix en apercevant la silhouette de l'Inspectrice parmis les nuages de poussière en dévoilant un sourire qui n'avait rien de bien rassurant. Elle semblait en piteux état, à tel point que j'étais étonné qu'elle soit encore debout et puis c'était quoi ce sourire d'ailleurs ? Je penchais la tête avec perplexité en me disant qu'elle n'était plus du tout un danger surtout dans mon état actuel : Je me sentais invincible.
Mes appendices se balancèrent subitement en créant une bourrasque de vent pour dégager la poussière qui nous dérangeait puis je m'approchais d'elle en l'observant de mes yeux écarlates avec un sourire amusé sur les lèvres jusqu'à être plus qu'à quelques mètres à peine d'elle, elle était mignonne mais je ne la sentais vraiment pas, comme si j'avais face à une folle.

"-Te remercier, oui...J'avais perdu le contrôle en-dessous mais grâce à toi, j'ai réussi à reprendre la main sur mon corps. A vrai dire, je ne pensais pas les Colombes aussi tenace d'ailleurs..."

Je lâchais un rire amusé qui rendait quelque chose de franchement terrifiant avec ma carapace de RC qui me recouvrait le corps tel exosquelette d'une araignée puis je bondis vers elle d'un seul mouvement en me posant à quelques centimètres de son visage mais elle avait encore des reflèxes ! Je vis son quinque venir vers moi pour me frapper de plein fouet mais il en faudrait plus pour m'avoir.
Les rayons du soleil percèrent finalement les fenêtres du centre Commercial tandis que la journée approchait de sa fin, les reflets de l'arme de l'Inspectrice brillant tandis qu'elle tournoyait dans les airs une fois que l'une de mes queues l'avait saisi avant qu'elle ne m'atteigne pour la désarmer.

"-J'aimerais connaître ton nom, petite Colombe ? Avant que je ne te remercie d'une mort rapide et indolore."

Je l'observais d'un air plus sérieux, je désirais réellement connaître son nom pour me souvenir d'elle. Je n'avais pas réellement envie de la tuer mais c'était ainsi que cela devait se passer entre le CCG et nous, les Ghouls. Alors je préférais en finir avec elle d'une façon rapide et sans souffrance puis soudainement des balles sifflèrent dans le Hall d'entrée en rebondissant sur ma carapace sans dégats. La police était revenu jouer les héros...?
Puis je vis une ombre arrivait plus rapidement que la normal des Humains, profitant des nuages de poussières en cherchant à m'attaquer par un angle mort. D'un mouvement de mes appendices, je bondissais vers le ciel dans un salto des plus gracieux en plissant les yeux de colère. Finalement, mes crochets se plantèrent dans un des murs de ciment du bâtiment tandis que j'observais la nouvelle Colombe qui était venue en aide à l'Inspectrice.

"-T'es qui toi...?"

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Membre de la CCG
Messages : 73
Date d'inscription : 19/09/2015
Age : 18
Localisation : 14e ▬ Nerima.

Informations
arrondissement: 14e.
Groupe: CCG.
Rang: inspecteur ▬ 1ère classe.




► evanescence - haunted (instrumental)

Quel beau spécimen. Ce kagune si gracieux, si puissant, ce corps entraîné pour le combat, ce regard déterminé à on ne sait trop quoi. Hibiki bavait silencieusement devant la goule, et ne sourcilla même pas quand une de ses queues lui passa devant, chassant la poussière de la pièce tandis que quelques débris s'écroulaient encore. Son regard était émerveillé, silencieux, presque respectueux. Un frisson d'admiration remonta le long de sa colonne vertébrale, lui faisant oublier la douleur présente dans tout son corps mais surtout son ventre perforé. Il était désormais si proche, pas assez pour le toucher en tendant le bras, mais presque ; il restait inaccessible, juste observable, comme un tableau ou une sculpture dans un musée. Hibiki écouta patiemment cette voix nouvelle, différente de celle qu'elle entendait auparavant de cette bouche qu'elle fixait. Combien de cadavres avait-elle pu contenir, autant d'humains que de goules ?

Elle l'écouta parler, plus calme et concentrée qu'avant. Elle observa attentivement ses gestes, et se mit en garde dès qu'elle vit la goule s'approcher d'un seul coup. Quelques secondes à peine, leurs visages furent très proches, trop proches. Tellement proches que ça en devenait dangereux, et qu'Hibiki regretta de ne pas avoir réagit plus tôt en mettant un grand coup de quinque dans le vide. Il avait déjà bougé. Elle grommela de mécontentement et de douleur, le monstre avait bougé trop vite. Elle se plaça dans une position plus confortable, toujours en garde, la quinque devant elle. « Je suppose que je dois prendre tout cela comme un éloge. » L'Inspectrice préféra se ramener à son rang premier, celui de première classe, et de calmer la folle de goules en elle ; même si cette partie là d'elle savourait les compliments qu'on venait de lui offrir. Un rayon de soleil orangé frappa son arme déjà très luisante, créant des reflets lumineux happés dans l'ombre par la goule qui l'avait saisie simplement de l'une de ses queues. Le visage d'Hibiki se figea, sa vue se troubla et elle souffert de vertiges durant quelques secondes. La douleur au ventre était maintenant difficilement supportable et lui donnait un mal de crâne atroce, additionné à celui provoqué par sa chute dans la rue. Une fois qu'elle revint à ses esprits, elle se contenta de trembler, ne se sentant pas capable de récupérer sa quinque vu son état. Il fallait quelqu'un d'autre pour l'aider, mais visiblement elle était la seule du ccg à avoir réagit si vite à l'appel du devoir. Elle se mordit la lèvre. « Stupides collègues, vous allez donc me laisser mourir ici ? » pensa-t-elle en écoutant la goule. Alors elles ressentent vraiment de l'empathie, comme elle le supposait : les goules ne sont pas tant éloignées des humains que ça. Ou bien elles connaissaient juste l'ironie, pour demander une telle chose pour ces raisons là. Allait-elle vraiment tuer Hibiki ? Sans doute. Les goules sont semblables aux humains après tout, elles jettent ce qui ne leur sert plus à rien.

« En quoi mon nom pourrait-il t'intéresser, si tu comptes me tuer ? » Elle sourit d'un air provocateur. « S'il t'intéresse, alors prouve moi que tu vaux mieux que ces humains qui veulent te tuer. Je ne suis pas comme eux. » Bip, argument seulement en partie valable. Hibiki n'était pas rentrée au ccg pour éradiquer les goules, pas à proprement parler. A ses yeux, étudier un problème valait bien mieux que juste taper dessus ; même si taper était quand même un bien agréable jeu. « Ce serait stupide de tuer la seule personne qui est de ton côté dans tes ennemis.. Mais fais comme tu le souhaites après tout. » Elle se tût, son sourire perdura quelques secondes puis s'estompa. Des coups de feu. L'inspectrice se traîna tant bien que mal à l'abri sous des gravas plutôt solides, préférant mourir écrasée comme une crêpe que tuée injustement. Autant utiliser cette diversion à son avantage, non ? Mais celle-ci fût de courte durée. Un autre manteau gris comme le sien, qu'elle semblait reconnaître. Junpei.

« Tiens tiens, salut ! ~ » fit-elle en sortant de sa cachette et en faisant un petit signe poli de la main, toute sourire, comme à son habitude.
electric bird.

 

_________________

HOMO HOMINI LUPUS EST ▬ live and die alone.
january is the color of her skin, february are her lips so inviting, silk hair as short as her fuse ; she's been damaged, she's been misused. - miw, wasp
fait chier en #800000.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Membre de la CCG
Messages : 42
Date d'inscription : 11/10/2015

Informations
arrondissement: Nomade
Groupe: CCG
Rang: Associate special class





« Opération goule de feu dans Nerima : toutes les unités sont nécessitées dans le quartier commercial immédiatement. Une goule dans un état second a détruit plusieurs commerces et laisse derrière elle une crevasse dans le sol et de plus en plus de corps. Elle possède un kagune rinkaku séparé en quatre et un kakuja similaire au premier, sûrement développé par du cannibalisme qui expliquerait son attitude folle, et semble être blindée par ses cellules RC. Elle a déjà tué plusieurs officiers de police et semble complètement insensible aux armes à feu classique. Je répète.. »


Un sursaut réveilla l’inspecteur qui, depuis presque une heure déjà, ronflait paisiblement à la table d’un café quelconque. Valise à ses côtés, il se remettait un peu de la nuit de la veille où il avait vraisemblablement préféré brûler la chandelle auprès de jolies demoiselles que de reprendre ses forces pour le lendemain. Au final, il se retrouvait fatigué et la portefeuille léger. Mais il ne s’en plaignait pas, loin de là. La soirée avait été bonne et de qualité. Juste que maintenant, il fallait reprendre un peu ses forces avant d’affronter une menace quelconque.

Il n’eut pas le temps de se réveiller qu’il était déjà en route, les yeux mi-clos et l’envie de retrouver son lit plus grande que jamais. Il n’avait écouté qu’à moitié les explications, mais s’il devait se fier à l’expérience, lorsqu’il arriverait le problème serait déjà réglé. Puis, des inspecteurs zélés en quête de promotion, il y en avait tellement qu’ils sauteraient tous sur l’occasion de se faire valoir un peu. Pour ça, il n’était pas inquiet.

Sauf qu’à force de pénétrer le territoire où la goule faisait ses ravages, il voyait bien que la situation semblait être toute sauf sous contrôle. On alignait les blessés, on recouvrait les morts. Les policiers s’affairaient, mais aucune trace du CCG. Et ça, ça l’inquiétait. Était-il le premier sur les lieux ? Impossible. Il demanda des directions, on lui pointa le centre commercial où un volute de poussière s’échappait par les sorties. Il y avait du grabuge et à en voir les regards insistants des autres, tous semblaient d’accord pour que Junpei s’en mêle le plus vite possible. Il grimaça d’insatisfaction, mais l’adrénaline faisait son travail. Il n’était plus fatigué. Puis, s’il laissait un inspecteur mourir par sa paresse, il aurait plus qu’une tape sur les doigts. Il matérialisa sa quinque et se précipita tête première dans le centre commercial.

Il chercha son chemin petit à petit, se fiant aux sons pour se retrouver dans ce nuage de poussière et arriva face à la scène plus que désastreuse. Sa collègue, empalée comme une brochette et une goule accrochée au mur qui tapait la discussion sans pression. «Merde, merde, merde…» siffla-t-il entre ses dents. Si elle était dans cet état, il ne donnait pas cher de sa peau. Enfin, c’était un peu trop tard pour reculer, non ? Il bondit alors vers la goule, cherchant à l’attaquer dans son angle mort, mais celle-ci s’enfuit aussi vite. Au moins, Hibiki n’était plus en danger imminent.

«Allons, allons. Ça ne se fait pas de tuer des gens. Après, les goules se plaignent qu’on leur fait du mal.»

Il se tourna alors vers l’ennemi du jour, lui faisant face de son regard blasé habituel.

«Je ne suis qu’un humble passant qui va se faire taper sur les doigts s’il ne ramène pas au moins la fille en vie. La goule c’est un plus.»

Grand numéro, mais il n’était pas aussi confiant de ses capacités que cela. On attribuait son rang à sa léthargie et à sa nonchalance plutôt qu’à ses talents de combattant, mais avait-il seulement une chance ? Il dit alors à l’intention de Hibiki.

«Tu peux te battre encore où tu commences à voir la lumière à l’autre bout ?»

Il tint son arme devant lui et bondit à une vitesse surprenante vers la cible. Son quinque était constitué d’un katana relié à son  fourreau avec une chaîne. Il fit tournoyer celle-ci avant de la projeter vers la goule, créant une diversion. De sa main libre, il tenta un coup vers le corps de la goule, anticipant une contre-attaque qu’il chercherait à éviter avant tout. S’il n’était pas sûr de pouvoir la battre, il pourrait l’amuser pendant un instant. Puis bon, ses qualités d’athlète n’étaient plus à prouver.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Goule ▬ Kamakiri
Messages : 196
Date d'inscription : 25/05/2015

Informations
arrondissement: 12ème
Groupe: .Kamakiri
Rang: S




"Je ne suis qu’un humble passant qui va se faire taper sur les doigts s’il ne ramène pas au moins la fille en vie. La goule c’est un plus.
-Tst..."

Cet Inspecteur ne signifiait rien de bon, me disais-je, les autres Colombes ne tarderaient sûrement pas et je n'avais pas encore l'habitude de cet état changeant car oui, je le sentais en moi avec une étrange souffrance que mes poches RC étaient en train de muter. Puis c'était qui ce type ? Son visage ne me revenait vraiment pas, ni ses paroles. Les Humains nous chassaient, nous torturaient et nous utilisaient comme cobaye...Que penserait-il si nous nous battions avec leurs os ?
Puis je posais mes yeux écarlates sur les reflets de son arme quand il se mit en position avant de bondir vers moi, plus rapide que je ne le pensais en voyant son air flegmatique. Dévoilant mes dents en un sourire sadique alors que je pouvais suivre ses mouvements aisément mais j'avais envie de m'amuser encore un peu avant de partir.

Dans un tourbillon cramoisie et noir, la moitié bikaku se placèrent devant moi en se refermant sur la Lame de son quinque tandis que je voyais venir sa main libre vers moi. Il ne me semblait pas si fort que cela finalement...Contractant mes appendices RC, je le tirais par son arme dans les airs en le balançant comme on le ferait avec une balle au bout d'une chaîne, vers le sol avant de bondir pour m'écraser en bas en éclatant de rire.

"-Et bien, et bien...J'espère que tu vas m'amuser plus tout de même. Tu as conscience que je vais te crever sinon ? En fait, je le ferais doucement...Que la souffrance dure."

Je lançais un regard haineux vers la Colombe en pensant aux lentes agonies que les miens vivaient entre leurs mains. Je haïssais les Ghouls, certes mais je haïssais plus encore les Colombes pour la vie atroce que les miens vivaient dans ce monde. Traqué, tué, torturé...Puis je cherchais des yeux la Femme en la repérant de mon odorat avant de bondir en arrière quand l'Homme tenta une nouvelle attaque avant de se préparer à une contre-attaque de ma part. Il était malin mais il n'avait pas encore assez d'expérience...je profitais de son attaque pour attérir près d'un des piliers du Centre Commerciale où j'enroulais mes bikaku lentement.

"-Je vais vous faire une fleur. L'un de vous survivra...Simplement pour raconter que celui qui a causé ce bain de sang est le Diable Noir. Et que le CCG soit prévu...Je le briserais aussi facilement que ce bâtiment !"

Puis je contractais mes appendices autour du pilier en le brisant comme si il était en sucre, ce qui provoqua une secousse dans le Magasin tandis que d'autres débris tombaient du plafond, du bêton, des barres en aciers ou encore des articles du commerce au-dessus. J'éclatais de rire en observant ce chaos tandis que je sentais des vagues de pulsions m'assaillir l'esprit. Putain...Je perdrais de plus en plus la boule mais j'aimais ça. Il restait encore trois piliers à briser...Puis je vis mes ennemis se mettre en mouvement.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Membre de la CCG
Messages : 73
Date d'inscription : 19/09/2015
Age : 18
Localisation : 14e ▬ Nerima.

Informations
arrondissement: 14e.
Groupe: CCG.
Rang: inspecteur ▬ 1ère classe.




► evanescence - haunted (instrumental)

Junpei, enfin. A vrai dire, elle espérait quelqu'un, mais pas forcément lui ; en voyant ses cernes prononcées elle aurait vraiment préféré être secourue par quelqu'un d'autre. D'habitude, ils partageaient un point commun : leur ardeur au combat, et le fait qu'ils sont sans pitié. Mais cet inspecteur était aussi connu pour son manque de rigueur vis à vis de ses heures de sommeil - et Hibiki ne voulait même pas savoir à quoi il les consacrait - qui entrainait souvent un manque de concentration et de force important. Et vu sa tronche actuellement, il n'avait pas beaucoup dormi.. Elle avait du soucis à se faire, et devrait plutôt songer à retrouver sa quinque pour se défendre, qui ne semblait plus en possession de la goule de feu. Cependant, Junpei avait gardé éveillé son sens de l'humour, ce qui fit doucement sourire l'Inspectrice. Sourire qui devint plus confiant, chassant la plaisanterie pour du sérieux. « Non, la lumière est encore loin. Mais ma quinque aussi, c'est ça le problème. » Hélas elle mentait à moitié, puisque la douleur était telle qu'elle avait déjà du mal à se tenir droite, et marcher jusqu'à sa quinque atterrie dans les gravas à a peine quelques mètres d'elle ne serait sûrement pas une partie de plaisir, surtout si la goule s'en mêlait.

Elle profita du fait que son collègue tente une attaque pour tenter elle-même de se déplacer. Elle étouffa un gémissement de douleur devant l'horreur qu'elle subissait intérieurement. Ses chairs étaient déjà fendues par la plaie, mais avoir tenté d'extirper l'arme de son socle en la secouant dans tous les sens était la pire idée qu'elle pouvait avoir ; ses chairs étaient bouilles dans son ventre sur au moins dix centimètres, mais par chance ses organes vitaux semblaient plus ou moins intacts. Cependant on pouvait voir l'autre tache de sang, celle de sortie, près d'une de ses hanches, et ce n'était pas très bon signe. Malgré tout, elle continua son chemin en grimaçant et en haletant d'horreur : ça pissait le sang. Elle replaça le bout de tissu sur la plaie pour bien colmater la fuite, et Hibiki finit par atteindre sa quinque, victorieuse. A ce moment là, elle entendit un bruit plus tonitruant encore que ceux qu'elle ignorait au profit de son propre périple de blessée, et se tourna vers le son titanesque. La goule avait enroulé son kagune sur un pillier porteur, et venait de le briser comme on brise une chips, dans un bruit de béton éclaté et d'acier brisé combinés. L'Inspectrice rejoint alors Junpei, traînant la patte mais tentant de penser à autre chose pour se sortir de ce pétrin. A la proposition de la goule, la jeune femme se contenta de froncer les sourcils. « On devrait s'enfuir, et vite. Même à deux, on ne peut rien contre elle. Je suis blessée, donc un poids. » intima-t-elle à son aîné, qu'elle devançait cependant déjà en grade. Il y eut des éboulements, encore. Du verre brisé, du béton qui se fracassa au sol dans un bruit atroce, des nuages de poussière qui prenaient à la gorge, et j'en passe. Vu l'ampleur de la situation, soit ils mourraient tués par la goule, soit ils mourraient asphyxiés par l'air ambiant. Comment allait-ils se sortir de là, et tous les deux vivants ?

Une idée traversa alors son esprit. « Si tu cours pour ta vie, il te poursuivra. Tu réussiras à t'enfuir, et moi à me traîner dehors. Et si ça ne marche pas.. cours quand même, et je mourrai. » La dernière phrase n'étant pas pensée, elle n'allait bien entendu pas y laisser sa peau ; rien que d'y penser c'était hors de question, plutôt sacrifier Junpei. Elle savait que la goule n'allait pas les laisser partir comme ça de toute façon, alors autant fuir discrétos pour se sauver.
Aucune entrée principale de l'étage n'était accessible. Hibiki profita donc du flou poussiéreux créé par l'éboulement pour retourner dans les premières ruines du bâtiment, histoire de chercher une brèche vers l'étage d'en dessous pour échapper au prédateur, visiblement mécontent de sa fuite. Il y en avait bel et bien une, très étroite et tombant environ 5 mètres plus bas, ce serait donc très compliqué de descendre sans se blesser plus, voire même sans se tuer. Elle hésita un instant, puis se dit que si elle ne tentait pas elle ne saurait pas et que la goule semblait se rapprochait très rapidement, alors elle se glissa dans la faille en laissant sa quinque planquée sous les gravas ; elle irait la chercher plus tard. Pour le moment elle se mit en boule tant bien que mal pour amortir la chute, ce qui marcha assez bien même si l’atterrissage ne se fit pas en douceur pour autant.
electric bird.

 

_________________

HOMO HOMINI LUPUS EST ▬ live and die alone.
january is the color of her skin, february are her lips so inviting, silk hair as short as her fuse ; she's been damaged, she's been misused. - miw, wasp
fait chier en #800000.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Membre de la CCG
Messages : 42
Date d'inscription : 11/10/2015

Informations
arrondissement: Nomade
Groupe: CCG
Rang: Associate special class




Est-ce qu’il y a plus humiliant que d’être tournoyé comme une girouette dans les airs? Lâcher prise résulterait à une silhouette écrasée contre un mur ou bien projeter dans le vide s’il touchait une fenêtre avant. Il tint bon jusqu’à ce que la créature décide de l’écraser au sol. C’était bien là son erreur. Junpei profita du momentum pour se positionner in extremis de façon à atterrir jambes premières, posant une main au sol, ses muscles luttant contre la pression générée. Ses muscles tinrent bon, mais non sans douleur. Il se redressa, légèrement ébranlé sans pour autant le faire sentir à l’autre. Il en avait plus contre sa quinque à cet instant que contre la goule elle-même.

«Putain de quinque casse-couille. Ils auraient pas pu me refiler un truc un peu mieux? Je plains la bête qui est morte pour devenir ça.»

M’enfin, il devrait faire avec pour le moment. Il concentra son regard sur la créature qui lui parlait. De mauvais poil, apparemment.

«Hey ho, du calme. Personne ne va mourir aujourd’hui. Enfin, pas nous du moins.»

C’est qu’il semblait zélé, le type. Sa rancœur pour le CCG n’était plus à faire, mais il ne comprenait pas le problème. Si les goules n’étaient pas, il n’y aura pas de raison pour le CCG d’exister. Ultimement, il en va aux humains de se défendre, non? C’est légitime. Bonne nouvelle, Hibiki semblait assez en forme pour se sauver. Encore mieux, elle avait la présence de le camoufler comme un plan révolutionnaire. Si ses cernes rendaient grâce à sa fatigue, son cerveau était vif, lui. Puis, il y avait une faille dans son plan. La poussière n’était pas un obstacle pour une chose comme celle-là qui pouvait la repérer à l’odeur. Il serra les dents. Puis, qu’est-ce qui dit qu’il ne se jettera pas sur un charognard pour éliminer le maillon faible, hein?

«Idiote, fout le camp. Je vais le retenir.»

Le retenir, oui, mais pour combien de temps? Parce qu’il était clairement désavantagé. En plus, ce cinglé voulait faire s’écrouler le centre commercial au complet sur la gueule de Junpei… et de toutes les personnes qui étaient encore prisonnières de l’endroit. Des quatre piliers soutenant l’endroit, trois persistaient. S’il en cassait un deuxième, ça deviendrait dangereux. À trois, les chances que l’édifice s’écroule sur lui-même étaient d’approximativement 100%. Que faire, que faire.

«Bon écoute, je sais que t’es en colère, que tu fais ta crise d’adolescence, mais voilà le plan. On se bat un peu bien peinard, tu fous le camp avant que les renforts arrivent, j’ai pas à me fendre le cul et tout le monde est content, ça te va?»

Pour le moment, protéger les piliers en attendant la Deus Ex Machina. Faute de moyens, l’attaque frontale est la seule issue. Cela dit, il reste sur la défensive, faisant prévaloir la défense. Son but n’est que de retenir, d’être un obstacle, une entrave. En espérant qu’elle envoie mieux que des pions comme renforts et le tour sera joué.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Goule ▬ Kamakiri
Messages : 196
Date d'inscription : 25/05/2015

Informations
arrondissement: 12ème
Groupe: .Kamakiri
Rang: S




«Bon écoute, je sais que t’es en colère, que tu fais ta crise d’adolescence, mais voilà le plan. On se bat un peu bien peinard, tu fous le camp avant que les renforts arrivent, j’ai pas à me fendre le cul et tout le monde est content, ça te va?»

Je plissais les yeux en penchant mon visage sur le côté en regardant ce type avec animosité tandis que je sentais l'odeur de l'Inspectrice glissait plus loin : Elle essayait de fuir ? Son sang dégageait une si forte odeur que je n'aurais aucun mal à la retrouver me disais-je. Les renforts d'allaient pas tarder également, ce qui voulait dire que je devais faire vite pour en finir ici. Un de mes bikaku repoussa un débris qui manqua de s'écraser sur moi puis j'avançais en marchant vers l'Inspecteur en soupirant.

"-Franchement, ce n'est pas comme si j'avais envie de te tuer...En fait, je vais te laisser survivre, toi."

J'avançais vers lui en souriant soudainement puis mes bibaku filèrent en glissant sous les plaques de bétons qui s'étaient écroulées du plafond avant de les saisir en s'enroulant autour tels des serpents puis d'un seul mouvement je les balançais vers l'Inspecteur en éclatant de rire. Mais il était plus rapide qu'il ne le laissait paraître, ce que je pouvais une fois de fois remarqué quand il s'en sortit vivant...Cependant, d'une poussée de mes pieds je fonçais vers un des piliers avant de le briser d'un coup surpuissant de mon kagune en dérapant sur le sol tandis que la colonne de pierre explosait en milles morceaux.
Cette fois, une partie de ce qu'il restait du toit et des étranges grondèrent avant de céder en chutant dans le vide dans un amas de ciments, de bois alors que l'acier rebondissait partout dans le hall en piteux état. Plus qu'un, l'Inspecteur semblait s'en douter...Mauvaise pioche. Deux pointes de mon Kagune se plantèrent dans le sol puis me projetèrent en l'air alors que je retombais près de la Colombe en souriant férocement. Chance ou non, lorsque j'envoyais un de mes bikaku pour le transpercer, celui-ci réussit à dévier l'attaque et son sabre me laissa une entaille sur le visage alors que je reculais en riant.

"-Décidément, tu m'auras amuser finalement. D'ailleurs ! Pensais-tu que je n'avais pas vue ton magnifique sacrifice ?" Je dévoilais mes dents dans un rictus des plus sadiques, presque hilare."-Tu pensais qu'elle aurait une chance de s'enfuir ? Imbécile. C'est elle qui mourra aujourd'hui."

Puis mon kagune se contracta autour de moi à la manière d'une fleur qui se ferme lorsque le soleil se couche avant de frapper autour de moi dans un cercle destructeur avec mes queues de RC dans une marée de débris avant de courir vers l'entrée du Hall en brisant les morceaux de pierres qui bloquaient la sortie. Je posais mes yeux écarlates sur les camions qui venaient d'arriver, plein à raz bord de foutus colombes mais je n'allais pas risquer de les affronter, pas maintenant.
C'est alors que je sentis son odeur...Alors que les Colombes se préparaient à une attaque de ma part, je bondissais sur le mur du Magasin en cherchant des yeux cette Inspectrice qui jaillit finalement en chutant vers le sol. J'envoyais alors un de mes bikaku l'encerclait avant qu'elle ne s'écrase sur le sol pour la cueillir dans mon étreinte avant de sauter en arrière en évitant plusieurs tirs RC des Colombes en grognant. Puis je frappais les murs du Magasin dans saut où je tournoyais dans les airs, mon kagune envoyant de nombreux débris pour aveugler mes ennemis...

"-Tu viens avec moi, toi..."

Je lançais un regard rieur vers l'Inspectrice que je tenais dans mon kagune avant de filer vers la route que j'avais brisé en jaillissant des catacombes de la Ville, je repoussais une voiture en flamme puis je me laissais tomber dans les entrailles de Tokyo. Nous tombions dans un des nombreux tunnels sous-terrains mais je savais lequel suivre...Je m'enfonçais donc vers le sud en retenant l'Inspectrice avec moi.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Membre de la CCG
Messages : 73
Date d'inscription : 19/09/2015
Age : 18
Localisation : 14e ▬ Nerima.

Informations
arrondissement: 14e.
Groupe: CCG.
Rang: inspecteur ▬ 1ère classe.




► evanescence - haunted (instrumental)

Jusqu'ici, elle avait l'impression de s'en sortir plutôt bien et pourrait aller se mettre à l'abri. Peut être que Junpei serait déjà mort d'ici là, mais à ses yeux elle devait sauver sa peau avant de penser à son collègue. Le camion de la ccg était là, il venait d'arriver, elle le vit en tombant, entendant ses moteurs encore chauds gronder tandis que d'autres inspecteurs en sortaient. Pas besoin d'aller chercher du renfort pour Junpei, c'était déjà ça. Le renfort serait plus pour elle, qui n'avait pas touché le sol durant sa chute. Elle se retrouvait enveloppée, prise au piège, dans une bikaku du monstre, chaude, pleine d'énergie, douce malgré tout. Il avait beau tout détruire sur son passage, son étreinte restait prudente et pas agressive, ce qui n'aggrava pas les blessures de l'Inspectrice. D'ailleurs, celles-ci avaient été réveillées par sa chute et aussi sa réception, mais étrangement elles s'étaient rendormies. L'étreinte de la goule l'apaisait, et même si la peur la saisissait et son coeur battait à en exploser, elle se sentait aussi sereine que si elle subissait une étreinte maternelle.

Hibiki fût comme transportée dans un autre monde. Elle vit ses collègues viser la goule, s'attaquer à elle à distance à défaut de trop s'approcher et de blesser l'Inspectrice, la voiture en feu voler. Mais c'est comme si elle ne pouvait rien faire, immobile, blottie dans le kagune qui la tenait, sa conscience était abandonnée quelque part ailleurs. Et sa quinque aussi, ce qui était nettement plus embêtant. Au moment où elle réussi à reprendre possession d'elle-même, et vit le trou béant dans lequel la goule était en train de sauter. C'était celui par lequel elle était apparue, en perforant la route bétonné et sûrement plusieurs mètres de terre encore, jusqu'aux égouts. Paralysée de nouveau par la peur, elle arrêta de penser et contempla le paysage. Enfin, paysage c'est un bien grand mot, vu ce qu'elle devait regarder : des égouts, tout bonnement. C'est ici que les goules vivent alors ? Non, la goule continua de descendre plus bas encore, dans les entrailles de la ville, des sous-terrains gigantesques et insoupçonnés. En tant qu'Inspectrice, Hibiki connaissait l'existence de ces sous-terrains mais n'y était descendue que quelques fois, et dans ses souvenirs ils n'étaient pas aussi vastes. Son kidnappeur prit un tunnel, apparemment sûr de sa direction, et s'engagea à l'intérieur. Il faisait très sombre, trop sombre pour y voir quoi que ce soit. Peut être était-ce déjà la mort qu'elle voyait ?

Le vent frais créé par la vitesse balayait ses cheveux noirs sur son visage pâle. Elle se sentait désormais oppressée par le kagune qui la tenait, mais ne pensa pas à se débattre ; elle aurait sûrement besoin de ses forces plus tard, et raviver ses douleurs calmés semblait purement inutile. Elle avait froid, et l'arme de RC qui la tenait et paraissait chaude quand elle l'avait saisie était maintenant aussi froide et humide que le corps d'un serpent. Combien de temps encore cette mort temporaire allait-elle durer, si elle ne la tuait pas vraiment en chemin ? « Vas-tu me tuer, ou me laisser mourir ? » murmura-t-elle le regard vide et la tête penchée, sans doute pour elle-même, puisque la vitesse et le vent produit par celle-ci ne permettraient pas à la goule d'entendre sa question.
electric bird.

 

_________________

HOMO HOMINI LUPUS EST ▬ live and die alone.
january is the color of her skin, february are her lips so inviting, silk hair as short as her fuse ; she's been damaged, she's been misused. - miw, wasp
fait chier en #800000.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Membre de la CCG
Messages : 42
Date d'inscription : 11/10/2015

Informations
arrondissement: Nomade
Groupe: CCG
Rang: Associate special class





(Junpei vous laisse un tour en semi tête à tête avant de sortir les gros cannons. Il apparaît donc pas ce tour-ci, mais il y a une demi-douzaine d'inspecteur de niveau variable)

Un mouvement rapide pour éviter une mort certaine, puis il brisa un autre pilier. Sérieusement, c’était même pas drôle de voir à quel point il n’avait aucune chance dans ce scénario. Même en tant que leurre, il n’avait qu’à le pousser un peu sur le côté et Junpei était inutile. C’était à la fois vexant et chiant. Il n’a jamais détesté son manque de puissance autant qu’à cet instant et l’envie de lui faire goûter la misère l’obsédait de plus en plus. Rancunier? Il le découvrait lui-même à cet instant, à vrai dire. Puis bon, il n’avait pas l’habitude d’affronter une goule de feu, alors des goules qui lui résistaient plus que cinq minutes n’étaient pas monnaie courante.

En plus de la chose, le terrain lui portait préjudice également, s’écroulant alors qu’il devait éviter les deux. Déjà las à la base, il ne voulait plus se battre, étant déjà très mauvais perdant à la base. Pourtant, toujours porté par ce sentiment de rancune, il persistait, parvenant à placer une attaque entre deux esquives, bien que cela ne suffise pas en aucun cas. La goule n’avait pas les yeux sur lui, évidemment, il n’était pas une cible aussi fragile à cet instant précis. Un autre grondement, un autre affaissement, juste le temps qu’il détourne les yeux pour que la goule ne cherche à sortir, s’emparer de la fille et fuir vers son nid ou une autre connerie dans le genre.

Junpei sortit à son tour, légèrement esquinté, mais en bonne santé, à la plus grande surprise des inspecteurs présents. Quant à lui, il tirait la gueule, visiblement insatisfait, se craquant la nuque de manière désintéressé. Un officier s’approcha alors et l’intima de lui rapporter la situation.

«Qu’est-ce qu’il y a à dire?» maugréa-t-il avant de finalement abdiquer. «Une goule de feu, incapable de raisonner et qui se la joue à la King Kong en kidnappant l’inspectrice dans un état critique…» Il marqua une pause, profitant de l’air frais et dégageant la poussière de ses narines de manière très civilisée avec ses doigts. « Il y a des civils à l’intérieur, le centre commercial est sur le point de s’effondrer sur lui-même. Envoyez des inspecteurs capables retenir la bête…» Il s’arrêta, avant de finalement admettre, les dents serrées. «Il est fort, faites pas vos héros.»

Une demi-douzaine d’hommes furent alors envoyés vers le trou, en défense à la jeune inspectrice qui vivait déjà sur du temps emprunté. Même s’il n’était qu’un inspecteur de deuxième classe, Junpei savait mieux. Il savait que les forces envoyées ne suffiraient pas à venir à bout du Diable Noir. Il se dirigea vers le camion du CCG, poussa le scientifique à l’intérieur et commença à fouiller. Du coin du regard, il trouva ce qu’il cherchait. Il en ramassa deux, au diable les dépenses, un rictus en coin. Ignorant ses supérieurs, il se dirigeait vers le trou. Après tout, c’était devenu personnel, maintenant. Il se demandait combien de points d’expérience une goule comme celle-ci pouvait bien valoir aux yeux de ses camarades.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Goule ▬ Kamakiri
Messages : 196
Date d'inscription : 25/05/2015

Informations
arrondissement: 12ème
Groupe: .Kamakiri
Rang: S




Je suivais le chemin qui me revenait légèrement en tête mais surtout l'odeur de cadavre qui émanait des couloirs sombres de ces catacombes. J'avais également laissé des marques sur les murs dans mon instant de folie, des crevasses profondes les marqués de par en par là où j'avais du les frapper dans ma rage bestiale. Le calme revenait en moi à présent, le silence me faisait du bien ainsi que l'air plus frais des sous-terrain tandis que je tenais fermement l'Inspectrice en appuyant sur sa plaie dans le ventre pour qu'elle ne perde pas son sang.

« Vas-tu me tuer, ou me laisser mourir ?
-Ni l'un, ni l'autre."

Je lui jettais un regard en arrière en lui souriant légèrement avant d'arriver devant une brèche énorme qui s'ouvrait sur les ruines d'une étrange arène, aucune lumière ne l'éclairait mais l'odeur des corps était plus forte que jamais ici. Sautant dans le vide, je me réceptionnais en bas dans un nuage de poussière en lançant un regard dans la salle...Était-ce moi qui les avait tous tué ? Autour de nous, à peine visible dans la pénombre, gisait des centaines de corps de ghouls à moitié dévoré, les entrailles glissant sur les pavés sombres dans des flaques de sang sombre.
C'était là où j'avais livré un combat avec Zéro contre le Bufle, une Ghoul de feu qui avait manqué de nous tuer avant que...je ne perde le contrôle. Je relâchais la Colombe sur le sol en marchant parmi les cadavres avec une pointe de culpabilité car même si j'en jouais le rôle, je n'aimais pas tuer mais je devais à présent accepter le monde que j'avais choisi. Celui de la violence, de la mort. Je ramassais finalement mon masque qui flottait dans une marre de sang puis je le passais sur mon visage tandis que mon kagune disparaissait, ainsi que la couche de RC qui me recouvrait.

"-Tiens...C'était ce qui couvrait Rose ? Donc..."

J'observais les légères plaques de RC qui flottaient en tombant de mon corps en comprenant mieux ce qui s'était passé le soir où j'avais découvert Rose dans une ruelle, près de deux cadavres de Colombes puis en soupirant, je revenais vers l'Inspectrice qui n'avait même pas tenter de fuir. Qu'aurait-elle pu faire d'ailleurs dans son état ? J'étais torse nu, ma chemise avait volé en lambeau durant ma transformation et même mon sarouel était en bien mauvais état. Les fibres de RC de mon second état avait laissé des marques sur ma peau mais elle guérissait déjà à vue d’œil.

"-Tu m'as dit un moment que tu étais peut-être ma seule amie parmi les Colombes, n'est-ce pas ? J'ai une proposition à te faire mais je ferais vite."

Je relevais légèrement mon visage, mon étrange masque digne d'un Shinobi cachant celui-ci tandis que mes cheveux flottaient en bataille. Les renforts arrivaient plus rapidement que je ne le pensais, cela allait se finir en bain de sang me disais-je en soupirant mais je notais une odeur familière...Il était ici, lui aussi. Je reposais mes yeux écarlates sur la Femme en songeant à mon véritable objectif, je prenais un risque en le lui disant.

"-Je désire changer le fonctionnement du monde actuel et j'aimerais que tu m'y aides. Je n'ai pas le temps de m'expliquer mais n'aimerais-tu pas vivre dans un monde où tu pourrais te lier d'amitié avec une Ghoul sans risquer de te faire tuer ? Retrouves moi dans le 12 arrondissement, je t'en parlerais plus al..."

Hélas, le temps me manquait vraiment. Un de mes bikaku jaillit en quelques secondes et poussa sèchement la Colombe plus loin sans qu'elle ne s'y attende puis la seconde d'après, un Quinque en forme de masse frappa à l'endroit où je me tenais. Je n'avais pas eu le temps de l'éviter pleinement en poussant la Colombe mais d'un bond, je ne ressentis qu'une brûlure au bras là où l'arme m'avait taillé le gras. Soupirant, je reculais tandis que douzes Inspecteurs tombaient devant moi en me lançant des regards venimeux.
Je baissais les yeux sur mon bras droit dont glissait un fils de sang chaud puis j'avisais mes poursuivants avec autant de haine qu'eux. Parler serait inutile avec ceux-là alors je laissais ma haine me prendre dans sa tendre étreinte, ce sentiment ardent qui semblait alimenter chacun de mes muscles tandis que mon armure de RC me recouvrait à nouveau.

"-Abattez le avant qu'il ne se transforme !"

Les Colombes bondirent vers moi en rugissant mais j'étais plus rapide qu'il ne le pensait. Je me lançais en arrière avant de glisser sur les pavés puis je déployais mon kagune en éclatant de rire, m'amusant enfin. J'enlaçais des cadavres dans mes queues que je lançais vers les Inspecteurs qui les tranchèrent dans difficulté...Puis aveuglé par le sang, ils ne me virent pas arriver. Une Demoiselle lâcha un cris de surprise quand j'apparus derrière le cadavre en lui enfonçant un des piques de mon kagune dans le cœur, le sentant presque battre quand je le perçais de par en par.
Soudainement, une onde de choc me percuta sur le flanc droit quand un des Inspecteurs me tira dessus une charge de RC avec un étrange quinque sûrement issu d'une ghoul ailé. Je dérapais sur le côté sous la puissance du tir mais déjà je guérissais. Le pire était que j'avais enfin repris ma forme de Ghoul de feu. Balançant mes appendices dans les airs, je repoussais deux attaquants en arrière puis je baissais les yeux sur deux Hommes qui s'étaient glissés entre leur collègue pour me transpercer de leurs épées.

"-Crèves, sale monstre !
-Monstre ?"

Ils clignèrent des yeux lorsque leur charge s'arrêta sèchement puis baissèrent leurs yeux vers leur ventre où les traversaient deux de mes bikaku, du sang s'en écoulant soudainement avant que je les arrache en passant entre eux d'un air serein. Je m'avançais vers les autres colombes en les fixant de mes yeux luisants, dévoilant un sourire des plus mauvais vers ces vulgaires chasseurs. Monstre...Hein ?

"-Si je suis un monstre, qu'êtes-vous ? Des anges ? Non...L'Humanité est le pire des monstres. De l'abattage industrielle à la destruction de notre Terre, vous vous prenez pour des saints mais vous n'en êtes rien."

Ils m'avaient réellement énervé. Que savaient-ils des miens ?! Que croyaient-ils qu'ils étaient ? Nous n'avions pas le choix de les manger, nous ne pouvions manger que deux uniques choses : Les Humains et les Ghouls. Eux pouvaient manger n'importe quoi et en plus de ça, ils enfermaient des êtres-vivants dans des cages géantes en les massacrant à la chaîne...C'était nous les monstres ? Je bondissais vers eux en rugissant de rage, je haïssais ce monde.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Membre de la CCG
Messages : 73
Date d'inscription : 19/09/2015
Age : 18
Localisation : 14e ▬ Nerima.

Informations
arrondissement: 14e.
Groupe: CCG.
Rang: inspecteur ▬ 1ère classe.




► bring me the horizon - don't go

Ses yeux écarlates s'entrouvrirent, vides et aveugles, savourant la réponse inattendue de la goule. Ses cheveux fouettèrent son visage qui se déformait dans un petit sourire sincère, adressé à son sauveur, le même que celui qui avait manqué de la briser. On dit souvent que chercher à réparer un cœur brisé auprès de la personne qui l'a détruit conviendrait à le broyer d'autant plus, mais est ce que cet adage s'appliquerait-il au domaine physique ? Une chose était sûre, Hibiki s'apprêtait à éluder la question. Elle ferma de nouveau les yeux, s'abandonnant au froid ambiant et à la sensation de force qui compressait son ventre et stoppait ainsi l'hémorragie. Il y eut soudainement l'odeur du sang, qui prenait l'Inspectrice à la gorge. Ça ne pouvait pas être le sien, vu la quantité qu'il devait y en avoir, mais même en ouvrant les yeux tant bien que mal elle ne fut pas capable de le savoir. La seule chose qu'elle voyait, c'était des traits blancs de lumière soulignant des tas, peut être des corps ? Était-ce tous ceux qu'il avait tué, lui ?

Il la laissa tomber au sol, pas de bien haut cependant, mais dans une flaque de sang. Ses mains tombèrent dans le liquide poisseux qui collait entre des doigts, plus ou moins coagulé, et sûrement en trop grande quantité pour l'être. A ce moment là la douleur de son ventre revint, et elle dût appuyer de toutes ses forces sur celui-ci pour recréer l'étreinte du kagune, qui l'avait sûrement tenue en vie jusqu'ici. Combien y avait-il de corps dans cette fosse ? Elle ne pouvait le distinguer. Tout ce qu'elle voyait était la forme de la goule, elle aussi soulignée par un trait de lumière claire, s'éloigner en marchant dans le sang. Elle sembla attraper quelque chose à terre, et des bruits de chute furent trahis par le liquide écarlate à ses pieds. Hibiki ignorait de quoi il pouvait s'agir, et s'en fichait un peu. Elle l'entendit marmoner, mais ne comprit pas, peut être ne voulait elle simplement pas comprendre, ou réservait-elle son audition pour les évènements prochains ?
Elle leva les yeux vers le monstre, qui s'était décidé à lui donner à nouveau de l'attention. Elle l'écouta patiemment, penchant la tête et contemplant son masque ; c'est donc ça qu'il était aller pêcher plus loin ? Il semblait différent, différent des humains dans un premier temps, mais aussi des autres goules, et ce depuis le début. La plupart d'entre elles ne souhaitaient pas la paix, et c'était compréhensible : pourquoi faire la paix avec la seule source de nourriture qu'ils peuvent consommer ? Lui, il avait observé la mère et sa fille en proie à la peur en pensant que personne ne le voyait, mais l'Inspectrice l'avait vu. Elle ignorait les raisons de sa transformation en kakuja et n'avait porté aucun jugement dessus jusqu'ici, mais elle y voyait maintenant un acte d'humanité plus humain que ceux que les humains font eux-mêmes. Pour ces raisons, pour que d'autres goules comme lui naissent, pour que le monde arrête de se déchirer, elle était d'accord avec lui et irait dans le douzième le chercher. Mais ça, elle n'eut pas le temps de lui dire, comme lui de finir sa phrase, car ses collègues étaient là et semblaient ne pas savoir ce qu'elle savait. Hibiki tendit la main à la goule pour s'excuser de s'être fait sauver au prix d'une blessure de quinque, mais rien de sortit de sa bouche. Elle reposa alors sagement sa main, baissa la tête quelques instants, et partit se mettre à l'abri quelques mètres plus loin, dans un coin, en boule contre un mur.

Elle ne suivit ensuite l'action qu'avec sa bande son. Des cris, des glissements, des pas, des tirs, des bruits d'arrachement, des craquements, et le bruit flasque des organes sortis encore chauds et luisants du corps. Des chutes, aussi, des murmures, des morts. En comptant, la goule avait déjà tué six des collègues d'Hibiki descendus la sauver. Celle-ci gardait les yeux fermés, sereine. Elle souhaitait leur venue, mais pas maintenant ; plus maintenant. Grâce à lui, une humaine et une goule pourraient enfin s'allier pour faire comprendre à la face entière du monde que ce n'est pas comme ça que tout devrait se passer. Une fois de plus elle sourit, entrouvrant un regard toujours aussi vide mais qui se teintait à nouveau, affirmant de cette manière les dires de la goule. Si ses collègues savaient ce qu'elle pensait, et ce qu'elle s'apprêtait à faire en le nom de leurs 'ennemis'..
Hibiki se remit sur ses pieds, avec difficulté mais elle finit par y arriver. Il fallait qu'elle fasse quelque chose, et pas juste qu'elle reste dans son coin en le laissant faire tout le sale boulot. Il ne fallait pas qu'elle le laisse mourir alors qu'ils pourraient faire tant de choses ensemble, pas qu'elle doutait de ses capacités, mais autant avoir toutes les chances de son côté. Elle marcha à tâtons dans les flaques de sang, enjambant les cadavres de goules mais aussi de ses alliés, et se tint le ventre en grimaçant. Dès que ses collègues la virent, le silence fût. Ils l'observaient tous, en silence, espérant que la goule ne se retourne pas pour la tuer sûrement. Mais il n'en était rien. Sur son chemin, Hibiki compta bien six cadavres en manteau gris, et six autres encore sur pied. Elle leur adressa un regard neutre, vide, et une fois arrivée au niveau de la goule elle tourna son regard vers celle-ci. Elle entrouvrit les lèvres pour parler, pour le remercier et lui dire qu'elle viendrait, mais elle fût arrêtée par sa logique qui lui dit de ne rien dévoiler maintenant et par ses cordes vocales désobéissantes. L'Inspectrice se contenta alors juste d'incliner la tête respectueusement, les yeux clos, pensant tout fort ce qu'elle aurait aimé lui dire même tout bas, en espérant que son esprit le comprenne de lui même si ce n'était pas par une forme de télépathie quelconque.
« Tu m'as sauvé la vie, plus que j'ai sauvé la tienne. Je t'en dois une ; je te sauverais la mise pour cette fois, mais je ne te garantis rien pour la prochaine.
Je serai là. »


Elle lui adressa un maigre sourire, puis elle reporta son attention sur ses collègues et s'avança fébrilement vers eux. A quelques mètres d'eux, elle s'écroula sous la fatigue et la douleur après avoir murmuré « Un docteur.. ». Son ventre dégoulina de sang, tout comme sa bouche tandis que ses yeux restaient mi-clos, parce qu'elle eut à peine la force de les fermer complètement.
electric bird.

 

_________________

HOMO HOMINI LUPUS EST ▬ live and die alone.
january is the color of her skin, february are her lips so inviting, silk hair as short as her fuse ; she's been damaged, she's been misused. - miw, wasp
fait chier en #800000.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Membre de la CCG
Messages : 42
Date d'inscription : 11/10/2015

Informations
arrondissement: Nomade
Groupe: CCG
Rang: Associate special class




À son tour, il descendait dans le gouffre abyssal, les sous-terrains où les goules se réunissaient pour commettre on ne sait quoi. Guidé par ses confrères sur le chemin à emprunté, il se réparait également avec l’aide des traces laissées par les bons soins de la goule de feu, comme une invitation à le rejoindre pour valser une fois de plus. Sauf que Junpei avait eu sa leçon la première fois et ne cherchait pas à répéter l’expérience. Ce serait d’ailleurs relativement embarrassant de tomber deux fois dans le même panneau. La situation était un peu désespérée et les mesures l’étaient autant. Il n’avait aucune idée de ce que la goule, l’esprit embrouillé de démons quelconques, pouvait bien penser et bien franchement, cela ne l’intéressait guère. Il avait suffisamment sur la conscience avec tous ces gens morts par sa faute aujourd’hui. Il déambula dans les tunnels, suivant une source faible de bruit, d’armes entrechoquées et d’ordres balancées à l’arrache. Il accéléra le pas avant d’être aveuglé par la luminosité de l’arène et d’assister au carnage. Si ces inspecteurs ne faisaient pas le poids, il se demandait bien comment il était encore en vie lui-même. Un témoignage intéressant suscita son intérêt alors qu’il entrait à son tour, main derrière le dos, visiblement amusé. Du moins, autant que son expression neutre était capable de le montrer.

«Comment peux-tu prétendre que nous sommes des monstres? Est-ce que tu nous vois chasser des gens pour les manger? Si votre race n’existait pas, il n’y aurait pas un besoin pour ce genre de mesures. Peux-tu vraiment nous en vouloir de défendre nos femmes, enfants et amis? Tout ce que nous faisons est légitime en ce sens. L’urgence de la situation se passe de la morale. Au fond, les goules sont la propre raison de leur souffrance. Souffrance que vous nous imposez par la suite. Déplorable.»

Il regarda autour de lui, la multitude de corps jonchés, des goules à moitié dévorées, une multitude de matériel pour construire des quinques. Il aurait eu envie de crier jackpot, mais autre chose pressait davantage. Mettre hors d’état de nuire le soi-disant Diable Noir. Il sortit de son dos deux grenades à gaz CRc qui utilisaient un peu le même mécanisme que les défenses de la prison des goules. Un gaz qui inhibe la formation du kagune, rendant la goule vulnérable l’espace d’un instant. Instant qui, espérait-il, serait suffisant pour marquer la fin de la bête. C’était une technologie coûteuse et encore mal développée, mais il espérait que ça ne lui fasse pas défaut maintenant. Sinon il risquait bien plus qu’une simple tape sur les doigts. Il activa la première, la lança vers la goule, celle-ci explosa une fois rendue à proximité de sa cible, laissant la goule aux prises avec les inhalations toxiques. Il activa la seconde à ses pieds, de manière à couvrir la totalité de l’arène. Le gaz avait également pour effet d’inhiber les quinques des goules défuntes, les rendant inutilisable par le CCG, mais il espérait qu’on passe sous silence ce point. Il dit alors aux officiers en place.

«Profitez de l’occasion pour couvrir les issues, ne la laissez pas s’échapper!»
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Goule ▬ Kamakiri
Messages : 196
Date d'inscription : 25/05/2015

Informations
arrondissement: 12ème
Groupe: .Kamakiri
Rang: S




J'observais l'Inspectrice qui s'approchait d'un pas difficile en ressentant de la compassion à son égard, j'admirais vraiment son courage tout en sachant qu'elle n'avait pas l'endurance, ni mon don à me régénérer. Mais je ne m'attendais pas à ce qu'elle se retourne vers moi, à tel point que mon kagune se contracta près à une agression mais elle n'en fit rien. Qu'est-ce qu'elle tenta de me dire ? Je ne l'entendrais sûrement jamais mais son regard en disait plus encore. J'avais l'impression qu'elle me remerciait pour la laisser en vie pourtant n'étais-je pas en train de tuer les siens ?
Puis elle me tourna le dos en s'approchant des siens d'un pas fatigué en demandant un Docteur à ceux-ci, en urgence. Si ils partaient, ce bain de sang prendrait fin pour cette fois-ci, je n'avais pas plus envie de le continuer d'avantage. Entre les ghouls et les Humains, j'en avais assez de tuer les...

«Comment peux-tu prétendre que nous sommes des monstres? Est-ce que tu nous vois chasser des gens pour les manger? Si votre race n’existait pas, il n’y aurait pas un besoin pour ce genre de mesures. Peux-tu vraiment nous en vouloir de défendre nos femmes, enfants et amis? Tout ce que nous faisons est légitime en ce sens. L’urgence de la situation se passe de la morale. Au fond, les goules sont la propre raison de leur souffrance. Souffrance que vous nous imposez par la suite. Déplorable.
-Parles en à la vache que vous avez découpé en morceaux pour le repas, imbécile..."

Lui, je ne l'aimais vraiment pas. Je posais mes yeux sur cet Inspecteur qui ne cessait de faire de plus en plus preuve de ce que je haïssais chez les Humains puis j'apercevais son regard vers les cadavres des ghouls...Mais je n'y voyais aucune compassion, qu'une envie macabre. Comme un coup de canon, l'adrénaline de la colère gonfla mes vaines, lâchant un grognement de rage avant de me taire en le voyant balancer une grenade vers moi. Me recouvrant de mon kagune, cherchant à protéger mon corps d'une explosion, j'haussais un sourcil en n'entendant que le sifflement qui relâchait un gaz devant moi.
Puis il en lâcha une à ses pieds avec cet air arrogant de celui qui savait quelque chose que je ne savais pas. Un gaz lacrymogène ne m'arrêterait pas, que croyait-il cet idiot ? C'est alors qu'un morceau de mon kagune craqua avant de tomber lentement vers les dalles tâchés de sang, suivi d'autres morceaux. Le Gaz était en train de me ronger mon kagune ?! C'était quoi ce truc, bordel !

«Profitez de l’occasion pour couvrir les issues, ne la laissez pas s’échapper!
-M'échapper ?! C'est vous qui devriez y songer...Vous êtes sur mon terrain !"

J'éclatais de rire, ressentant un plaisir inégalé quand à la surprise qu'ils allaient recevoir de ma part. Rien de tel que de briser la confiance de ses ennemis, rien ! J'avais déjà lutté dans l'arène en envoyant le Bufle dans un étage en-dessous, je savais donc qu'en brisant le sol, je pourrais les faire tomber en dissipant le gaz. Cependant, je n'oublierais pas cette arme...Décidément, le CCG était vraiment dangereux. Quelque chose bougea dans le nuage de fumée avant de frapper à quelques centimètres de moi, ce qui m'aurait atteint si je n'avais pas bondi en arrière à la dernière seconde mais avant qu'un autre coup ne m'atteigne, je frappais le sol en rugissant.
Mon kagune percuta les pavés sombres dans un éclat grave qui résonna dans l'arène tandis que des fissures serpentaient rapidement sur le sol de l'arène avant de se briser en nous emportant dans les ténèbres des sous-terrains jusqu'à la salle en-dessous où gisaient des cages de RC qui furent briser par les débris de pierres. Je retombais sur les pierres en bas en évitant d'un mouvement une plaque de pierre qui s'écrasa près de moi en m'aveuglant de poussière mais le gaz ne pourrait recouvrir entièrement les lieux.

"-Vous pensiez sincèrement que vous aviez une chance ? Je ne compte pas seulement sur ma force."

Je crachais vers le sol jongé de débris en reposant mon regard sur les nuages de poussières âcres qui me brûlait la gorge en apercevant les silhouettes aux longs manteaux gris qui se relevaient plus loin en comptant seulement la moitié. Les autres avaient dû réussir à éviter l'écroulement ou accompagnait la blessée vers les médecins. Mais j'avais plaisir à voir l'imbécile en bas avec moi...Puis un morceau de mon kagune se brisa en poussière soudainement. Le gaz m'avait bien amoché, une minute de plus dedans et j'en perdais mon armure.
Je m'avançais vers mes proies en rétractant mes bibkaku dans mes poches RC pour chercher à les régénérer plus rapidement en pensant que l'armure qui me recouvrait suffirait amplement, sans compter ma force surhumaine et ma régénération digne des Écailleuses. Ils n'étaient que les proies, autant s'amuser en leur compagnie en leur brisant l'estime de soit.

"-Les Humains se croient supérieur mais la chaine alimentaire fait bien les choses, nous avons toujours un prédateur naturel. Avez-vous déjà vue une biche essayer de tuer un Loup ? Une gazelle attaquait un Lion ? Tu parles de légitimité mais une Ghoul ne fait que défendre sa famille, ses amis contre des Inspecteurs qui chercheront à la tuer, torturer ou lui arracher ses poches de RC pour en faire des armes."

Je m'arrêtais à quelques mètres d'eux en les dévisageant, finalement, j'avais vraiment envie de voir quel réaction ils allaient adopter vis à vis d'un tel débat puis cela me faisait gagner du temps également. Sous-estimer des adversaires était dangereux, mieux valait jouer la carte de la prudence après la surprise des grenades. Mais les Inspecteurs se mirent en garde, semblant préparer quelque chose malgré leur situation mais mes yeux ne quittait par la silhouette de l'Homme qui était arrivé en derniers.

"-Franchement, vous donnez des leçons mais pour comparer la Ghoul à l'Homme, il faudrait imaginer les rôles inverses. L'Homme fait des usines où sont abattus les animaux pour créer sa viande, imaginez les Ghouls faire des usines pour abattre les Humains..."

Je me préparais également en glissant légèrement mes pieds près à éviter les attaques à venir en décidant de lutter sans mon kagune pour le moment, je ne l'utiliserais qu'en derniers recours pour me protéger ne voulant pas risquer de le perdre...puis cela me ferait de l'exercice. Zéro m'avait conseillé d'apprendre à me battre ainsi, je devais encore m'améliorer puis synchronisé mes mouvements avec huits bikaku me demandaient encore plus de concentration que je n'en supportais.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Membre de la CCG
Messages : 42
Date d'inscription : 11/10/2015

Informations
arrondissement: Nomade
Groupe: CCG
Rang: Associate special class




Le sol s’effondre, il jure, tout le monde tombe. C’était comme une mauvaise pièce de théâtre où le protagoniste a toujours un truc sous la manche pour renverser la situation. Ça en est presque ridicule. Et puis quoi encore? Il va y avoir toutes les goules du quartier qui vont se rameuter? Junpei en avait marre. Marre qu’on se foute de sa gueule, marre de ne pas avoir un meilleur quinque, marre qu’aucun inspecteur spécial ne se soit ramené pour contrer la situation. Les grenades étaient son meilleur recours, justement parce qu’il n’avait rien d’autre. Des inspecteurs mourraient à gauche et à droite et quant à lui, il se demandait encore comment il pouvait être encore en si bon état.

Il avait espéré, que le gaz soit plus efficace. Il ne l’avait jamais vu en action, mais en connaissait les caractéristiques. En théorie, une exposition inhibait l’apparition du kagune ainsi que la régénération cellulaire, perturbant les cellules RC. Il savait aussi que le gaz avait une densité étonnement élevée, alors ce n’était qu’une question de temps avant qu’il ne redescende par la gravité et continue ses ravages. Cela dit, le coussin de poussière formé offrait un léger sursit à la goule. Elle avait rangé son kagune, c’était un plus pour eux. Les ressortir serait un effort considérable et leur qualité serait moindre, faible et friable. Que faire, que faire? Il semblait vouloir discuter, alors il lui offrirait ce qu’il voulait.

«Pourquoi essais-tu de t’approprier un caractère humain? La réalité est pourtant simple. Votre survie dépend de nous. Les goules ont besoin de tuer des humains pour survivre. L’inverse n’est pas vrai. Même si vous étiez les créatures les plus gentilles au monde, vous devez nous tuer pour vivre. Vous êtes fondamentalement la seule et unique menace. Le CCG n’est que le résultat de votre mode de vie.»

Junpei leva les mains en l’air, comme s’il se rendait. Il ne l’attaquerait pas, ce serait inutile. Il écouta ce qu’il avait à dire, sans pour autant comprendre son point de vue, tant il se basait sur de fausses équivalences. Il le corrigea.

«Tu commets une faute importante dans ton discours. Tu compares des êtres capable de raison à des animaux. Quoi qu’on en dise, il est beaucoup plus immoral de tuer un être humain qu’un animal. Nous avons même l’obligation de vous offrir une mort rapide et le plus indolore possible. Après, si tuer une goule nous permet de sauver ne serait-ce que dix vies humaines, nous avons tout à gagner.»

Cela dit, si lui n’attaquerait pas, les autres inspecteurs le voyait sans doute différemment. Deux inspecteurs, première classe s’il se souvenait bien, approchèrent la goule en direction opposées, prêts à attaquer leur cible armé de leur quinque bikaku. L’attaque était orchestrée de manière à ce que advenant le cas où le Diable Noir cherchait à contrattaquer, deux autres inspecteurs interviendrait avec leurs quinque ukaku et s’il venait à sauter dans les airs, un autre quinque ukaku, le même qu’il avait confronté tout à l’heure, se préparait à attaquer.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Goule ▬ Kamakiri
Messages : 196
Date d'inscription : 25/05/2015

Informations
arrondissement: 12ème
Groupe: .Kamakiri
Rang: S




Les Humains avaient plus de raison que les animaux ? Cela me lâcha un ricanement mauvais. Décidément, ce type était totalement perdu dans l'illusion que donnait ce monde mal fait, il n'y avait rien de plus à gagner à discuter avec lui. Je soupirais de lassitude en ayant réellement plus rien à gagner à discuter avec ceux-ci, au moins l'autre Colombe m'avait elle écouté. M'aurait-elle également compris ? Je le serais bien assez tôt. Qu'avaient-ils prévu de faire à présent ? Le gaz redescendrait prochainement et je pourrais alors retourner dans la salle au-dessus sans risquer de m'en reprendre à nouveau mais j'avais fait une erreur, je sentais que mes cellules qui formaient mon kagune étaient devenu plus fragile que jamais.
Peut-être n'aurais-je pas du le ranger mais il était trop tard à présent. Mes yeux suivirent le mouvement des inspecteurs qui venaient vers moi dans une formation précise, propre et parfaite. A tel point que je n'apercevais que les autres en arrière qu'au derniers moment avant de finalement bondir en arrière en évitant les attaques sur mes flancs. Je restais plus rapide qu'eux, il en faudrait plus pour m'abattre.

"-Vous êtes perdus...Si vous ne pouvez comprendre alors vous n'avez plus qu'à mourir."

Les Inspecteurs qui tenaient les ukakus ouvrirent le feu dans la seconde même après mon esquive mais j'avais déjà prévu la prochaine action à venir, je soulevais une plaque de pierre avec ma force de ghoul pour me couvrir des tirs mais cela ne résista pas comme je l'espérais. La pierre éclata dans morceaux tandis que des projectiles parvenaient à briser mon armure de RC en me faisant lâcher un grognement de douleur. Décidément, je fatiguais également. Les deux Inspecteurs avec un quinque bikaku arrivèrent alors en face de moi, leurs armes filant vers mon corps sans que je n'ai le moyen de les arrêter.
Mes dents brillèrent devant leurs yeux quand je bondissais directement dans leur attaque, leurs armes me déchirant la chair dans une effusion de sang qui éclaboussa le sol recouvert de débris. Cette douleur était si forte ! La brûlure des armes dans mes flancs, du sang coulant...Je serrais alors la barre en fer que j'avais ramassé dans les débris en la plantant d'un seul mouvement dans le crâne de celui de droite.

"-ATTENTION !"

L'autre Inspecteur bondit en arrière en arrachant son arme de mes entrailles mais en plissant les yeux, je lançais la barre en acier vers son visage dans un tir sifflant, rapide et précis. Son corps chuta sur le sol dans un bruit sourd alors que je reprenais mon souffle, mes flancs ouverts profondément...Ils m'auraient sûrement tué si je n'avais pas eu mon armure de RC.
Les tirs fusèrent à nouveau mais je les évitais cette fois-ci en ramassant le quinque d'un des inspecteurs que j'avais pourfendu puis je bondissais dans le nuage de gaz pour remonter à la surface alors que celui-ci arrivait dans la pièce d'en bas. Des tirs partirent vers moi mais en faisant tournoyer le quinque de mon derniers adversaire, je les déviais de justesse ! Cependant, le Quinque se brisa dans mes mains par la suite.

Retombant sur mes pieds une fois en haut, je grimaçais en sentant mes blessures m'incendiaient le corps. Cependant, je concentrais mes cellules pour accélérer la régénération de mon corps qui avait considérablement ralentie avec ce putain de gaz. J'approchais finalement de mes limites pour l'heure...Si seulement je n'avais pas eu cet accès de folie.
Tellement de cadavres...J'étais fatigué. Je bondissais vers le trou par où nous étions tous arrivé avant de m'enfoncer dans les sous-terrains à toutes vitesses avant que les colombes n'aient le temps de remonter. Il n'en restait plus énormément mais j'étais trop faible à présent. Si seulement...Non, j'avais appris énormément avec ce gaz, cela allait m'être plus qu'utile à l'avenir.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé








Revenir en haut Aller en bas

Purgatoire [Pv Ishi / Hibiki

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

Sujets similaires

-
» Ishi Berurēnu, Sekizai» Ishi, petite flamme» Que ce passe-t-il?! Où suis-je?» Au coeur du feu [Pv Ishi + une autre perosnne libre]» Fics crossover remake sur Kuroshitsuji : quand les Enfers et le Purgatoire s'en mêlent
Page 1 sur 1
Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
-