version 5
a skin by bonbon

Forum Tokyo ghoul, basé sur le manga original de Sui Ishida. Avatar du même type en 200*320. Personnage de l'anime interdit à prendre, nous demandons des personnage fictifs car aucun lien avec Ken Kaneki ne sera fait. Cela se passe également à Tokyo.
Nous recherchons davantage de membres pour le groupe de la CCG.
Il reste encore une place pour un top partenaire.


NOTRE PLAYLIST



1: HORIZON - MIYAVI
2: 「P ♢ S」PALE FLESH - FULL MEP
3: THE PRODIGY - THE DAY IS MY ENEMY
4: RIB - FORTY SEVEN (ヨンジュウナナ)
5: ENTROPY - [SOULS TEAM]

Angel Reverse • pv { Anna E. Miller & Gin Nakagawa



 

Partagez|
Angel Reverse • pv { Anna E. Miller & Gin Nakagawa
ON EST EN 2016, CA VA BOUGER CETTE ANNEE !
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
Citoyen
Messages : 18
Date d'inscription : 23/11/2015

Informations
arrondissement: 22e.
Groupe: Humain.
Rang:




Kyou ne savait pas trop s’il aimait tant les « endroits calmes » mais il aimait le calme alors ... Ce n’était pas pareil ? Sûrement pas fut sa réalisation. Il n’aimait pas Chiyoda. Il y avait toujours cette impression bizarre, celle qui le faisait frissonner sans raisons précises. Peu de personnes passaient par là, et il y avait surtout ce vilain air de riche qui puait de partout. C’était sûrement pour ça les frissons. Il détestait ce genre d’atmosphère. Il ne pouvait toutefois nier que ce genre d’endroit avait son charme. Quoique le brun pressa le pas pour rentrer.

Il n’était ici que pour le travail après tout. En temps normal, il ne bougerait pas de sa boutique. Mais la chose étant ; qu’un vilain fils à papa, lui aussi, ne voulait pas bouger de sa chambre. Il avait beau lui répéter que dans son local, il y avait moins de chance d’infection, on l’avait obligé à stériliser toute une pièce ... POUR UN BON SANG DE PIERCING D’OREILLE. Il avait crié à l’hérésie franchement mais a vite fait de retenir son cri de rage avant d’avoir sa paie. Après, vu la remarque pleine de bonne intention qu’il leur laissa avant de quitter ... Ils n’allaient sûrement pas l’appeler de si peu. Il était connu pour être un bon perceur, ceci dit ; meilleur tatoueur, quoique.

Il n’allait pas s’en plaindre, il adorait son métier. Mais s’il devait se payer la tête de fils à papa, il doutait lui-même garder son calme. Déjà qu’il agissait un peu bizarrement depuis quelques temps, il se devait d’éviter les problèmes. Même si ça reviendrait à dire, se débarrasser de son honnêteté. déconcertante. Sur ses pensées, il remit son sac à dos -avec tous ses ustensiles de torture, correctement et se dirigea vers la station. Son cœur lui paraissait de plus en plus léger à chaque pas qui l’éloignait de cet endroit et tant mieux franchement ! Peut-être serait-il assez léger pour s’envoler à chaque coup de vent.

S’envoler loin et faire un bond en avant ... Are ? Kyou plissa les yeux. Soit le vent était devenu un peu fort en réponse à sa requête, soit il était devenu trop léger, effectivement. Ou finalement, aucun des deux. Le brun tourna la tête sur le côté, une enfant venait de lui foncer dessus. Elle était TOMBÉE ? Qui fonce sur les gens pour ensuite tomber, sans déconner ? Le Takahashi paniqua intérieurement mais finit rapidement par se calmer. Il inspecta la jeune fille du regard ; Chevelure blonde, yeux bleues. Presque comme un ange ... Ou juste une étrangère.

Il se précipita vers elle et s’agenouilla à ses côtés en lui tendant la main. « Hey, ça va ? » Elle ne semblait pas être blessée. Ou du moins, il s’en rassura, en ne voyant pas de sang couler. Ceci dit, elle courrait vite, c’était un fait. Un marathon ? Haha. Il en doutait. Il ne put s'empêcher d'afficher ce regard inquiet malgré tout.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Citoyenne
Messages : 55
Date d'inscription : 30/10/2015

Informations
arrondissement:
Groupe: .
Rang:




DAMNATION.

Les rues défilaient et se ressemblaient toutes. Anna était complétement perdue, paniquée. Depuis sa récente ‘altercation’ avec une autre goule que Mary, sa ‘propriétaire’, elle avait été contrainte de changer ses habitudes et donc son parcours de sortie hebdomadaire. Le problème résidait dans cette étrange alcôve, justement. Anna ne connaissait pas le quartier. Pas du tout. Aussi, en constatant qu’elle ne savait plus comment faire machine arrière, l’adolescente senti son cœur s’accélérer d’un coup, telle une petite souris craignant de rencontrer d’affamés matous aux moindres recoins de ruelles. En soit, c’était presque le cas. Depuis son arrivée entre les mains de la goule britannique, la petite Miller avait appris à ses dépend que les apparences pouvaient être trompeuses, bien plus encore que l’on ne pourrait le penser. L’enfant souriant et avide de vie avait disparue depuis un an, maintenant.

TERREUR.

Son cœur bat la chamade. Une idée folle lui est venue. Et si elle tentait de s’enfuir ? Peut-être le pourrait-elle, finalement. Peut-être même qu’elle pourrait parvenir à retrouver ses parents et que tout irait pour le mieux ! Peut-être qu’avec un peu de chance, l’ange étranger pourrait même parvenir à rallier l’Ambassade d’Angleterre de la ville et en appeler au droit d’expatriation des ressortissants de son pays ! Oui, une belle idée que voici. Oui, une initiative complétement loufoque mais en laquelle Anna avait envie de croire. Et si sa frayeur ne désemplissait pas, au moins ses jambes étaient imprégnées d’une motivation certaine. Elle devait s’enfuir et vite. Une pareille occasion ne se reproduirait peut-être jamais.

HALÈTEMENT.

Contre sa menue poitrine, presque inexistante, Anna tient fermement son carnet. Il est le seul trésor qu’il lui reste, après tout, et contient le peu de connaissances sur la langue nippone que l’expatriée forcée a réussi à réunir grâce à son ami, Allen. Elle déglutit, il ne faut pas qu’elle s’arrête, sous aucun prétexte. Même pour reprendre son souffle. C’est suicidaire de se croire en sécurité ici, elle le sait. Et son courage fou ne lui pardonnerait pas de se faire attraper si facilement. Tout va vite, tout va si vite. Anna ne sait pas où elle va, elle se contente de courir toujours tout droit.

DOULEUR.

Sa gorge lui fait mal, lui donne la sensation très désagréable de vouloir s’enfuir de son corps. Voici la petite blonde fragile qui déboule de nulle part, depuis une ruelle sombre. Le soleil l’accueil à bras ouverts dans cette avenue plus ou moins fréquentée selon l’heure de la journée. Et Anna ne fait pas attention où elle va, justement. Tout arrive si vite… Elle n’a pas le ne temps de le voir venir. Une ombre, elle percute une ombre et se fait renvoyer en arrière, frêle comme elle est. Anna est une feuille, une feuille ballotée par le vent, une feuille bien loin de son arbre, de sa maison. Et la petite feuille tremble, elle a peur tandis que ses yeux se pose sur l’individu qu’elle a bousculé dans le vouloir. Il l’effraie. Sa voix est rauque, pour ses oreilles de précieuse. Elle a peur. « Goule… Go-…Gomen ! Gomenasai ! »

FRISSONS.

C’est tout ce qu’elle sait dire. Anna ferme les yeux et attend. Une main tendue vers l’inconnu, comme une barrière illusoire, reste statique. Cette vision est pitoyable. Et puis, son avant-bras laisse apparaitre des cicatrices de morsures, certaines récentes, d’autres non. Preuves irréfutables du passage de Mary. Anna n’est décidément qu’un objet perdu dans ce monde trop grand.

_________________

Can somebody help me?
#996699
Avatar par Skaemp - CCCRush
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Goule ▬ Kamakiri
Messages : 352
Date d'inscription : 29/11/2015
Age : 20
Localisation : oh, jamais bien loin.

Informations
arrondissement: le treizième ✱ nakano.
Groupe: kamakiri.
Rang: SS




angel reverse

Le quatrième arrondissement l'avait toujours mise mal à l'aise, avec ses maisons trop belles et ses gens trop propres sur eux. Chiyoda dégageait cette atmosphère hypocrite de richesse et de calme, de sécurité presque, alors qu'au fond, il n'existait aucun lieu à Tokyo où quiconque soit en réelle sécurité. Gin, elle faisait tâche dans ce quartier trop propret, trop net, elle détonnait avec ses cheveux roux en bataille, ses vêtements élimés trop grands pour elles, et son air de proie apeurée. Ne sois plus la proie, Gin. Tu dois apprendre à devenir le prédateur. De ses yeux verts comme l'absinthe, elle regardait autour d'elle sans cesse, vivement, frémissant à chaque bruit, à chaque ombre croisant son regard. Elle avait les bras croisés sur sa poitrine, ridicule carapace, comme pour se protéger du monde et des regards méfiants jetés à la volée par des humains trop riches, trop prétentieux. Elle se sentait trop à découvert, dans ces rues trop larges et trop propres. Gin, elle se terrait dans les ruelles, dans les sous-terrains, elle vivait dans l'ombre et ne s'était jamais sentie bien en pleine lumière. Elle avait l'impression que chaque parcelle de sa peau hurlait sa vraie nature, dévoilait tout son être aux yeux du monde qui s'empresserait de la déchiqueter en petits morceaux. Elle voulait retourner se terrer dans le treizième.
Mais elle avait eu un travail à accomplir. Elle avait du livrer un masque, dans ce beau quartier, une commande urgente qu'elle venait d'achever alors que personne n'était disponible pour l'apporter à l'acheteur. Un masque, pour une goule. C'était bien la preuve que même dans ce beau quartier, tout n'était pas aussi lisse qu'il ne le paraissait à première vue. Elle marchait d'un pas rapide, les talons de ses chaussures abîmées frappant contre le goudron dans un bruit régulier. Elle s'arrêta un instant, sortit de sa poche une carte sur laquelle un itinéraire était repassé au marqueur rouge. Sur cette carte, des petits dessins qu'elle avait ajoutés à l'aller, pour se repérer. Au milieu d'une rue, elle avait rapidement dessiné le lampadaire, celui qui était encore allumé alors qu'il faisait jour. Elle avait aussi dessiné le grand arbre qu'elle avait vu dans un jardin, ou encore le chien qui l'avait faite sursauter, en aboyant de l'autre côté de la grille. Gin ne pouvait pas lire le nom des rues, alors elle se débrouillait avec des dessins au stylo et son sens de l'orientation approximatif. Elle replia son plan, le fourra dans sa poche, et regarda autour d'elle cette rue qu'elle ne reconnaissait pas. Elle était passée devant le siège de la CCG à l'aller, et avait tout fait pour l'éviter au retour, quitte à emprunter des rues inconnues et à faire un long détour. Elle ne voulait pas ressentir à nouveau ce long frisson qui lui avait parcouru l'échine quand elle était passée devant le bâtiment. Ne pas être une proie, ne pas être une proie.
Trop pressée de quitter cet arrondissement, elle n'avait fait que tourner et retourner dans des rues inconnues aux noms qui ne représentaient rien pour elle, elle espérant finir par retrouver une rue qu'elle connaissait, un quartier qui lui semblerait familier, n'importe quoi. Elle tentait d'afficher un visage désinvolte, mais clairement, elle perdait pied. Elle n'arrivait pas à ce débarrasser de ce malaise, de ce sentiment de gêne qui la rongeait jusqu'au os.

Tête baissée, elle marchait aléatoirement à travers les rues, quand elle reconnu une silhouette familière. C'était bien elle, Gin n'avait aucun doute. Entre mille, elle reconnaîtrait le corps frêle de la poupée éclatée sur le sol, comme un moineau à l'air si fragile à côté de l'homme agenouillé à ses côtés. En un instant, elle la reconnait, Anna. Anna et ses yeux clairs, Anna et ses cheveux d'or. Anna, cet ange tombé du ciel, cette humaine tellement belle, tellement fragile. Anna, cette douce poupée que Gin voudrait tellement pouvoir aider, tellement pouvoir sauver. Si seulement elle était plus forte.

- Anna ? Sa voix était hésitante. Elle murmurait presque. Anna, tu... qu'est-ce que tu fais ici ?

Elle parlait plus pour elle-même, au fond, parce qu'Anna ne comprendrait sans doute pas tout ce qu'elle disait. Gin s'approcha d'Anna, précautionneusement, comme si elle avait peur qu'elle ne s'envole, ou alors qu'elle ne se brise. Elle s'agenouille auprès d'elle, à côté de l'homme, sans vraiment oser lui tendre la main, sans non plus la toucher. Il ne faudrait pas qu'elle la souille, cette créature si pure, de ses mains sales, de ses mains de goule, de ses mains tâchées de sang. Dans son regard, Gin n'exprime rien d'autre qu'une incompréhension grandissante. Anna était la chose de Mary. Anna n'avait pas le droit de fuir. Anna n'avait pas le droit d'être libre.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Citoyen
Messages : 18
Date d'inscription : 23/11/2015

Informations
arrondissement: 22e.
Groupe: Humain.
Rang:




waw. Kyou cligna des yeux sous la surprise ; ça, c’était ce qu’on appelait des excuses. Il s’était reculé sous le coup, finissant par s’asseoir par terre comme un vilain gens pas doué. Il soupire et se gratte l’arrière du crâne avant de se relever rapidement. Il la fixe, intrigué. Elle ... Elle avait peur ? La pensée le fit froncer les sourcils. Pourquoi, bon dieu, une étrangère qui -avait un magnifique accent d’ailleurs, courait dans les rues en ayant peur de tout. Est-ce qu’il était flippant ? Le brun aurait presque vérifié s’il avait un miroir. Mais il n’en avait pas. Se mordant la lèvre, il lui retendit la main, en attendant une réponse. Chose qui ne semblait pas arriver. Attirer son attention, peut-être ? Comment ? Avec une grimace ? Non. Ce n’était pas son genre. Il décida de se répéter. « ... Ca va ? » Bien sûr, si elle était une étrangère, elle ne comprendrait rien de tout ça et le brun n’était pas assez con pour ne pas le deviner. Mais c’était la seule chose qu’il pouvait faire. Il regretta un peu de ne pas avoir été attentif en cours d’anglais.

Et ainsi ; Kyou eut sa réponse. Elle voulait qu’il lui attrape la main ? Très bien ... Hein ? Deuxième surprise. Celle-ci était assez pour le faire se rouler par terre cette fois-ci. Si son corps ne s’était pas paralysé à la vision. Des morsures ? Des morsures ... Bon sang. Une gamine ? Colère. Confusion. Sa respiration s’était accélérée sur le coup, mais il se rattrape après terrible attention. Il laisse ses questions pour plus tard et décide d’attraper la main, l’aidant doucement à se relever. Il s’apprêta à ajouter quelque chose quand la voix d’un nouveau personnage lui parvint. Par réflexe, il éloigna un peu la blonde, resserrant sa prise sur la main qu’il n’avait pas lâché. Il porte son regard sur l’inconnue qui semblait connaître l’enfant. ‘Anna’ ? Etait-ce son prénom ? La rouquine semblait hésitante ... voir  même un peu trop. Quelque ne lui inspirait pas confiance.

Alors qu’il la considère ouvertement ; cheveux en bataille, vêtements trop grands ... Tout ça à Chiyoda ? Une telle gueule aurait déjà fait peur aux fils-à-papa qu’ils l’auraient déjà éloigné depuis longtemps. Elle n’était sûrement pas d’ici. Alors pourquoi ? Inconsciemment, il éloigna un peu plus la blonde. Avait-il le temps de réfléchir ? Bien sûr que non. Mais la situation ... merde. Il avait une étrangère victime de goule, sans aucun doute, vu les morsures et une rouquine suspecte qui faisait son apparition. Etait-il paranoïaque ? Non. Kyou paniquait intérieurement. Une sueur froide glissa le long de sa nuque malgré le calme dont il essayait de faire preuve. « Qui êtes-vous ? » Sa voix s’étant faite plus rauque à cause du stress, quelque chose lui rappela très vite qu’il n’aurait pas du. Il se tend, penche la tête légèrement sur le côté, regardant l’étrangère. Il lui adresse un sourire tout ce qu’il y a de plus rassurant et mime de ses lèvres un « Daijobu Anna. » qui se voulait calmant. Il se sentait mal pour une enfant qu’il ne connaissait même pas ... Si la rouquine était une ‘méchante vilaine agrougrouh’, il serait vraiment dans la merde, ceci dit.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Citoyenne
Messages : 55
Date d'inscription : 30/10/2015

Informations
arrondissement:
Groupe: .
Rang:




PATHÉTIQUE.

Anna la petite feuille esseulée, la petite perle abandonnée, la poupée brisée et que l’on manipule comme on peut souhaiter le faire, est dans une bien délicate posture. Persuadée que l’homme en face d’elle est une goule, elle a peur, elle est terrifiée par cette possibilité. Non, elle ne veut pas croiser la route de goules, pas aujourd’hui. Mary lui fait déjà suffisamment peur comme cela, inutile d’en rajouter. Elle a si peur, pourtant de se faire dévorer. Anna n’a jamais fréquenter de goules à part sa ‘propriétaire’ jusque là – ou alors elle ne sait pas – alors dans sa tête, l’association n’a pas mis très longtemps à se faire. Toutes les goules sont mauvaises, donc ?

IMBECILITES.

Mais la pauvre demoiselle, bien plus qu’en détresse, ne sait pas comment réagir autrement. L’homme lui parle, c’est indéniable, mais elle ne parvient pas à se concentrer suffisamment sur les mots employés pour les comprendre. Déjà qu’elle ne parle pas japonais correctement, si, en plus, elle panique et oublie le peu qu’elle a acquis grâce à Allen – notamment – alors s’en est fini d’elle et de ses beaux yeux verts d’eaux. Elle déglutit un peu, pensant sa retraite plus ou moins parfaite.

SOTTISES.

Lorsqu’elle sent sa main être agrippée, son sang ne fait qu’un tour. Elle est terrifiée mais ne parvient pas à crier. Il va vraiment la dévorer, alors ? Non, non elle ne veut pas, pas maintenant ! Pas avant d’avoir retrouvé ses parents et de les avoir enlacé encore une fois ! Anna aimerait appeler à l’aide, mais sa gorge est comme compressée. Ses lèvres tremblent.

REPÉRÈ.

Il y a un visage familier qui éclaire l’obscurité dans laquelle l’enfant s’isole toute seule, dans laquelle elle se croit empêtrée à vie, telle une plume victime du goudron. Mais voilà, il y a Gin. Gin et ses cheveux roux, Gin et ses yeux verts. Gin qu’Anna connait même si elle ne sait pas lui parler. Gin qu’Anna comprend tout de même, par d’autres moyens pour s’exprimer. Immédiatement, l’ange parvient à se défaire de l’emprise de l’inconnu et accourt vers Gin dans les bras de laquelle elle se jette. « Gin ! » Sa voix est brisée, par saccades. Elle traduit la frayeur qui infuse dans les entrailles d’Anna. Enfin, enfin un peu de positif dans cette journée.

INSPIRATION.

Et puis, il y a des mots, posés plus calmement, cette fois. L’homme parle, encore. Mais cette fois, Anna a l’impression de comprendre, un peu. Daijobu ? Oui, elle en comprend le sens. Un petit peu, tout du moins. Les bras toujours passés autour de la taille de la rouquine, Anna parvient tout de même à faire face à l’ombre. Elle distingue un peu mieux le visage de celui sur qui elle est tombée. Il a l’air gentil, mais Anna ne veut pas se fier à sa seule intuition. Alors, sans savoir qu’elle enlace une goule, elle essaie de formuler une phrase. « Kimi… Guru ? ». Ratée. Mais Anna fait tout de même de son mieux. Le tissu présent sur l’une de ses épaules glisse, dévoilant d’autres traces de morsures, plus récentes, cette fois. C’est ici que Mary l’a mordu la dernière fois. Ça fait encore mal.

_________________

Can somebody help me?
#996699
Avatar par Skaemp - CCCRush
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Goule ▬ Kamakiri
Messages : 352
Date d'inscription : 29/11/2015
Age : 20
Localisation : oh, jamais bien loin.

Informations
arrondissement: le treizième ✱ nakano.
Groupe: kamakiri.
Rang: SS




angel reverse

Il la dévisageait de haut en bas, alors Gin en fit de même, sourcils froncés. C'était un humain, sans aucun doute. Il sentait l'humain. Elle savait que son apparence n'était pas des plus avenantes, avec ses airs négligés, et un instant, elle fût gênée par sa dégaine. Nerveusement, elle tirait sur le bas de son t-shirt, baissant la tête, sans oser croiser le regard de l'inconnu. Sans doute dans ce quartier trop beau, trop lisse, trop propre, elle avait l'air d'une impureté, elle, gamine sauvage qui sortait des sous-terrains sombres et humides de la ville, rat qui se terrait dans les rues sombres du treizième. Il semblait méfiant, alors qu'aux yeux de Gin, il était le plus suspect. Elle connaissait Anna, sa jolie Anna, alors qu'il se tenait là, l'inconnu, enserrait sa prise sur l'ange apeuré. Il a l'air de vouloir la protéger. D'elle ?
Tous les muscles de Gin sont tendus alors qu'elle essaye d'afficher un air calme, comme une bête prête à bondir au moindre de ses mouvements. Elle était plantée là, sans savoir quoi faire. Anna avait l'air terrifiée, comme un petit lapin esseulé, une jolie chose trop fragile pour le monde. Lui, il lui serrait la main avec une détermination farouche, tentant doucement de l'éloigner d'elle. Gin tenta de se calmer, de réfléchir. Inspire, expire. Si c'était un humain, que pouvait-il bien faire avec Anna ? Un instant, le regard de la rouquine s'assombrit à l'idée qu'il s'agisse d'un inspecteur du CCG venu la sauver de Mary. Mais il n'avait rien d'un inspecteur, cet homme. Il ne portait pas de mallette, et au fond, il semblait aussi déboussolé qu'elle. Un agent entraîné saurait réagir. Les lèvres pincées, elle ne pouvait que prier pour ne pas s'être trompée, pour qu'il soit seulement un humain, pour qu'il ne lui cause aucun problème. Elle aurait voulu prendre la main d'Anna, Gin, lui demander de lui expliquer tout ce qu'il s'était passé, ce qu'il en était de Mary, ce qu'elle faisait là. Mais c'était impossible.

Puis l'ange se jeta dans ses bras. Elle est crispée, d'abord, la goule. La poupée, si fragile, elle ne veut pas l’abîmer, elle ne veut pas la briser. Parce qu'Anna, elle a déjà été trop brisée. Doucement, la rouquine ose poser une de ses mains froides comme la mort sur la tête de l'ange, caressant avec douceur ses cheveux d'or. Elle voudrait l'aider, la réconforter, la protéger, sa fragile poupée.
Elle relève la tête vers l'homme qui lui demande qui elle est. Sa voix rauque traduit son angoisse, alors que Gin reste plantée là, sans savoir que répondre pour légitimer sa présence ici, la présence d'Anna dans ses bras. Ouvrant finalement ses lèvres ourlées de rose, elle répondit simplement :

- Gin. Gin Nakagawa. Je suis... une amie d'Anna.

Une peur irrationnelle tourbillonne un instant dans ses entrailles. Son nom. Elle avait donné son nom complet. Il avait vu son visage. Il fallait absolument que cet homme ne soit rien d'autre qu'un humain, un innocent humain.

- Et vous ? Vous êtes ?

Elle avait essayé, sans succès, d'éliminer toute trace de méfiance dans sa voix. Il semble vouloir apaiser Anna, qui ose alors lui faire face. La rouquine replaça une mèche flamboyante derrière son oreille, sans pour autant quitter l'homme de ses yeux suspicieux. Pourtant, si l'ange jugeait qu'il n'était pas un danger pour elle, alors Gin s'accorderait à son jugement. Anna, elle avait le cœur encore trop pur. Elle dégageait encore cette bienveillance innocente qui donnait à Gin l'envie de la protéger envers et contre tout. Quand le tissu futile qui couvrait son corps brisé glisse, la plaie encore vive d'une morsure se dévoile à leurs yeux. Mary. Toujours Mary. Un jour, Gin, tu seras assez forte. Un jour, tu vengeras Anna. Précautionneusement, elle retire le sweat trop grand qui couvre ses épaules, pour en envelopper Anna, et couvrir sa peau de porcelaine éraflée par la cruauté de sa maîtresse. Elle brûlait de lui demander, Gin, ce qu'il en était de Mary. Parce que si elle les trouvait, ainsi, en présence de sa poupée, de son jouet, sans doute n'hésiterait-elle pas à les tuer. Gin, elle avait horriblement peur de Mary. Mais elle préférait attendre que l'ange se calme, que les battements de son coeur ralentissent, que son souffle soit moins court. Elle avait peur de la briser, Gin, si elle la bousculait ainsi.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Citoyen
Messages : 18
Date d'inscription : 23/11/2015

Informations
arrondissement: 22e.
Groupe: Humain.
Rang:




Ce n’était pas un ennemi. La réflexion le calma sur le coup et il put se détendre un peu. Un enfant ne courrait pas vers son persécuteur comme un condamné à mort ne courrait pas vers son bourreau. La rousse quoique suspecte, également, ne faisait aucun mouvement brusque et il ne détectait aucune hostilité dans sa voix, si ce n’est le même doute et ... peur( ?) que lui avait. Gin Nakagawa. Il fit bien de se remémorer le nom dans un coin de ses pensées et reprit ses esprits. Il avait vraiment paniqué sur le coup. Lui adressant un sourire assez discret mais surtout poli, il finit par s’excuser. « Kyou Takahashi. Désolé d’avoir été rude, c’est que. » Son regard se posa sur la blonde et les traces de ‘violence’ plus présentes sur son épaule, que la rousse a fait vite de cacher.

« Ce sont des morsures ? » Sa voix tremblait un peu ; à la fois d’émotion et d’inquiétude. Il n’était pas con ; Bon. Il n’était pas Sherlock, non plus, mais c’était quelque chose que quelqu’un réaliserait à des kilomètres dans une telle situation. Et il n’avait pas besoin des connaissances de son frère pour noter combien c’était dangereux. L’enfant avait quelqu’un pour s’occuper d’elle, maintenant, il pouvait juste partir. Pourtant, son corps refusait ; comme une partie de son conscient lui interdisait totalement d’abandonner une gamine, juste comme ça.

Le brun osa finalement faire quelques pas vers eux, raccourcissant la distance. Il s’arrêta toutefois à trois pas pour ne pas paraître trop collant, il faut bien. Pour la unième fois, il inspecte la blonde du regard et se surprend à sentir la colère lui monter lentement. Il serra les poings et soupira pour se re-détendre. Mais sa voix le trahit. « Une gamine qui ne parle pas japonais avec des traces de morsures, à courir seule dans les rues ... » Il planta son regard dans celui, de Gin. « Comment pourrais-je vous croire si vous me dites que vous êtes son ‘amie’ alors qu’elle se trouve dans une situation pareille, merde. » Il se mordit la lèvre se retenant d’aller plus loin dans ses propos.

Le Takahashi se rapprocha précautionneusement de la blonde et s’agenouilla à son hauteur avant de tenter de lui caresser tendrement les cheveux. Ses mouvements sont très doux et lents, allant presque à son rythme. Il s’attendait à un rejet dans les pires des cas. Finalement, il se redresse et une simple idée traversa son esprit. Il sortit son téléphone et fixa l’écran. Il pouvait appeler son frère? Lui demander de l'aide? Une partie de lui refusait, mais il n'avait pas tant le choix? « Si je vous laisse avec cet enfant, où risquiez-vous d’aller ? » Oui. D'abord, il vaudrait mieux vérifier ça.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Citoyenne
Messages : 55
Date d'inscription : 30/10/2015

Informations
arrondissement:
Groupe: .
Rang:




APAISEMENT.

Son souffle est un peu plus calme que tout à l’heure. Anna n’a, pour le moment plus peur. Tout du moins, plus autant qu’avant. Difficile de dire si ce sera temporairement ou non, mais pour l’heure, elle préfère se concentrer sur le plus important. Il y a Gin avec elle. Gin va la protéger, Anna le sait. Même si elle ne comprend pas bien quand Gin parle, la petite blonde avait très tôt comprit qu’elle ne lui ferait pas de mal. C’est ça, l’amour. Ou, plutôt, c’est ainsi que les innocents possèdent la faculté de déterminer le danger de la manière la plus étrange qui soit. L’anglaise avait comme vu à travers des mailles invisibles, elle avait su que la japonaise n’était pas un prédateur pour sa petite personne. Pas comme Mary.

TREMBLEMENTS.

Les images de Mary viennent secouer la petite poupée trop fragile. Que va-t-elle devenir ? Mary sera surement furieuse de savoir qu’elle a ‘fuit’. Mais Anna n’a pas fui, pas vraiment. Enfin, elle-même ne sait plus vraiment où elle en est. Est-ce une fuite ? Une perdition ? Difficile à dire. Anna ne sait même pas où elle se trouve exactement. Est-ce toujours Chiyoda ? Elle ne sait plus. C’est trop bizarre. Une culture tournée comme une arme contre elle, jamais elle ne l’aurait pensé un instant.

RÉMINISCENCES.

Et puis, elle se souvient qu’il ny a pas que Gin et elle, dans cette rue. Il y a cette étrange personne, aussi, qui avait attrapé son poignet juste avant et dont elle avait été effrayée. Pourtant, alors qu’elle le regarde un peu mieux, toujours collée à Gin, Anna croit percevoir chez lui la même chose que chez son amie. C’est étrange mais elle veut y croire, c’est la seule chose sur laquelle elle peut se reposer, maintenant. Alors, doucement, et sentant comme une tension malsaine montée tout autour d’elle, la britannique voudrait agir pour désamorcer cette bombe à venir.

INSTINCT.

N’écoutant que ses pulsions immatures, elle prend la main de Gin, la plus proche des siennes, puis amène cette dernière vers l’inconnu. Elle répète le processus, faisant en sorte que les mains des adultes se touchent alors. Anna ignorent beaucoup de choses, notamment que la barrière et l’espace vital n’ont pas la même signification ici que ce n’était le cas chez elle, en Angleterre. Elle n’y peut rien, c’est un oisillon perdu, après tout. Elle inspire, essayant de faire fit de la douleur dans sa nuque.

COURAGE.

Et puis, ses grands yeux verts se pointent sur l’homme. Elle hésite avant d’essayer de parler, encore. Elle sait que ce sera incorrect. Tant pis. « Na… Namae ? ». Elle voulait savoir comment il s’appelait. Elle voulait comprendre et l’entendre encore parler. Car, avec sa voix, plus profonde que celles qu’elles étaient accoutumées à entendre, il avait réussi à ‘calmer’ un peu ses craintes. Et cela intéressait l’échappée, suffisament pour qu’elle veuille mettre en avant cette curiosité malvenue dans ce monde. Elle tourne ensuite sa tête vers Gin, pour lui sourire. Elle ne veut pas créer de tensions. Pas encore.

_________________

Can somebody help me?
#996699
Avatar par Skaemp - CCCRush
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Goule ▬ Kamakiri
Messages : 352
Date d'inscription : 29/11/2015
Age : 20
Localisation : oh, jamais bien loin.

Informations
arrondissement: le treizième ✱ nakano.
Groupe: kamakiri.
Rang: SS




angel reverse

Kyou Takahashi. La rouquine hocha doucement la tête, gravant dans son esprit ce visage, ce nom. Son odeur. Sa voix. Son sourire presque froid. Et ce regard, surtout. Elle n'oublierait rien pour, plus tard, mener son enquête à son sujet, fouiner, un peu. Méfiante. Elle était trop méfiante. Là n'était pas le sujet. Là n'était pas la chose sur laquelle elle devait se focaliser pour l'instant. Il les avait remarquées, les morsures. Pas que Gin voulait véritablement les lui cacher. Mais il était mieux pour lui, mille fois mieux, qu'il ne sache rien de ce qu'il se passait ici. Qu'il retourne à une vie paisible, comme s'il n'avait rien vu. Ce lien malsain qui liait Anna et Mary, c'était une chose qu'il valait mieux ignorer, une chose inconcevable, odieuse, et tristement fréquente chez les goules. La question qui fâche franchit alors ses lèvres. Ainsi préférait-il regarder en face la cruelle réalité. La rouquine ne savait quoi répondre, finalement. Elle ne pouvait pas se permettre de déballer à un illustre inconnu tout ce qu'elle avait pu comprendre de l'histoire d'Anna. Pas grand chose, au fond. Les traces de morsure, l'odeur de Mary, enivrante, sur ses vêtements, dans ses cheveux, sur sa peau. Et cet ange qui alignait à peine deux mots de japonais. D'où venaient-elles, au fond, ces deux créatures ? D'Angleterre, il semblerait. D'après les rumeurs qui courraient sur Mary, du moins. Et comment la pauvre poupée s'était-elle retrouvée piégée comme un animal de compagnie ? Gin ne savait pas grand chose des antécédents des deux jeunes femmes, radicalement opposées. Anna, si douce et si fragile, dans les griffes de Mary, puissante et cruelle.
Gin se contenta d'hocher la tête à nouveau, en réponse à la question de Kyou. Que pouvait-elle dire de plus ? L'impliquer à ce point serait peut-être injuste, cruel. Il ne pouvait rien faire pour elle, alors était-ce utile de tout lui dire, finalement ? Elle était la plus à même d'aider Anna, de la protéger, surtout. Elle osa un instant imaginer - folle qu'elle était - qu'elle pourrait tenir tête à Mary. C'était aussi fou que ridicule. Sauf qu'elle ne pouvait pas lui dire, à cet homme, qu'elle pourrait protéger Anna parce qu'elle était une goule, qu'elle en avait mangé d'autres pour devenir plus forte, qu'elle se croyait forte alors qu'elle ne l'était pas. Lui révéler qui elle était, quelle était sa nature profonde, c'était impossible. Inconcevable. Elle ne pouvait répliquer face à ses accusations. Elle se contentait de soutenir son regard, Gin, de ses yeux verts. Elle déclara alors, la voix un peu rauque, presque tremblante, la phrase la plus suspecte qui soit, au fond. Mais elle ne s'en rendit compte que trop tard. Gin, elle ne savait pas comment appréhender les gens, finalement, comment leur parler, alors elle était toujours trop brusque, trop hésitante.

- Je... Vous n'avez pas idée de la situation dans laquelle elle se trouve. Croyez-moi, je... je pense qu'il vaut mieux que vous ne sachiez pas.

Forcément, il voudrait savoir. C'était logique, après une affirmation telle que celle déclamée par la rousse. Elle tournait autour du pot parce qu'elle n'osait pas balancer ainsi le nom de Mary qu'elle craignait tant. Elle ne saurait plus vraiment dire, Gin, si elle le trouvait suspect, encore, ou si elle se refusait simplement à l'implique dans cette réalité trop cruelle, trop vive. Il faisait preuve d'une grande douceur pourtant, avec la blonde, lui caressant doucement les cheveux pour la rassurer. Ce geste rassurait presque Gin, finalement. Sa nouvelle question, elle ne saurait y répondre. Il avait raison. Que faire d'Anna ? L'emmener avec elle, la cacher ? Elle ne pouvait pas lui imposer son rythme de vie, la vie dans le treizième, les kamakiri, la folie dévorante. Elle pourrait peut-être l'emmener au CCG ? Ils la protégeraient de Mary, eux ? Ou alors l'ambassade ? Gin tournait et retournait chaque option dans sa tête sans qu'aucune d'être elle ne soit la bonne. L'ambassade, c'était dangereux. Personne ne la protégerait de Mary là-bas. Le CCG alors ? Elle ne pourrait pas l'accompagner, mais lui le pourrait. Elle rechignait à laisser Anna seule avec lui, pourtant, c'était la solution la plus logique qui lui venait à l'esprit.

Anna interrompit le tournoiement de ses pensées, qui défilaient dans son cerveau à un rythme fou. De sa douce main, elle prit celle de Gin et l'emmena, comme on guide un enfant, vers celle de Kyou. Le contact avec sa peau chaude la fit frissonner. Sa main à elle, elle était glacée. Elle ne voulait pas brusquer Anna, et encore moins la décevoir, alors elle se força à sourire au brun. Diplomate, elle ne l'était pas. Elle était gênée par cette situation. Ils étaient là, main dans la main, sans qu'elle n'ose retirer la sienne face au regard bleu plein d'attentes d'Anna.

- Hm, je, hm... Enchantée, je suppose ? Elle voulait faire plaisir l'ange, mais elle avait, au final, l'impression de s'enfoncer plus qu'autre chose. Et, hm... Désolée d'avoir été un peu brusque, ou... Suspicieuse.

Bravo, Gin. Le malaise perçait dans sa voix. Elle avait l'impression de se forcer, pourtant, il fallait bien qu'ils arrêtent tout deux de se jeter la pierre s'ils voulaient avancer. La rouquine le réalisait doucement, le véritable ennemi ne se tenait pas devant elle. Elle retira sa main de celle de l'homme dans un geste plus sec qu'elle ne l'aurait voulu, quand la blonde lui demandait son nom. Si elle acceptait de lui faire confiance, elle devait se forcer à faire de même.
Elle ne put que répondre au sourire doux d'Anna, parce qu'elle ne savait pas quoi faire. Elle se sentait piégée dans cette situation, comme un oiseau en cage. Il n'y avait pas d'issue. Et sans doute pas la possibilité d'une fin heureuse.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé








Revenir en haut Aller en bas

Angel Reverse • pv { Anna E. Miller & Gin Nakagawa

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

Sujets similaires

-
» 05. Petit échauffement | Edena P. Miller» Blaue Angel» [Musical Halloween] premier tour [Magisterockers VS Evil & Angel]» Buffy the vampire slayer et le spin-off Angel» Anna Preston - Are you talking to me ?
Page 1 sur 1
Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
-