version 5
a skin by bonbon

Forum Tokyo ghoul, basé sur le manga original de Sui Ishida. Avatar du même type en 200*320. Personnage de l'anime interdit à prendre, nous demandons des personnage fictifs car aucun lien avec Ken Kaneki ne sera fait. Cela se passe également à Tokyo.
Nous recherchons davantage de membres pour le groupe de la CCG.
Il reste encore une place pour un top partenaire.


NOTRE PLAYLIST



1: HORIZON - MIYAVI
2: 「P ♢ S」PALE FLESH - FULL MEP
3: THE PRODIGY - THE DAY IS MY ENEMY
4: RIB - FORTY SEVEN (ヨンジュウナナ)
5: ENTROPY - [SOULS TEAM]

« animadversion » ▬ ishi. (pv)



 

Partagez|
« animadversion » ▬ ishi. (pv)
ON EST EN 2016, CA VA BOUGER CETTE ANNEE !
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
Membre de la CCG
Messages : 73
Date d'inscription : 19/09/2015
Age : 18
Localisation : 14e ▬ Nerima.

Informations
arrondissement: 14e.
Groupe: CCG.
Rang: inspecteur ▬ 1ère classe.




« animadversion » ▬ ishi mikami.
« J'ai tous mes doigts, prends ma main mais ne serre pas
Pour toutes les fois où le grand roi s'est joué de sa reine »

Il était l'heure. Maintenant le monde des humains et des goules risquait de basculer, et la fin de cette discussion pourrait créer comme détruire.
Un vent frais d'après midi soufflait sur un hiver trop clément, et balayait la lente lumière chaude du soleil froid. Les bourgeons des arbres au dessus de sa tête commençaient dores et déjà à naître, alors qu'ils devraient être gelés dans l’œuf à cette époque de l'année. Tant de fois Hibiki avait espéré pouvoir changer les choses, et que les hommes comme les goules vivent ensemble. Des deux, elle ne se demandait même plus lesquels elle préférait ; le temps l'avait poussée à délaisser ces bouts de chair informe qu'on broie après les avoir vidés de leur intelligence bas de gamme. La nature était différente, les hommes n'étaient plus nature, ils étaient déchets ; les goules en revanche étaient des prédateurs, des animaux plus humains encore que les humains eux-mêmes. Les branches fines et nues, cassantes, s'entrechoquaient dans un petit bruit creux tandis que ses longs cheveux noirs volaient dans la brise fraîche. Utiliser, briser, abandonner, tel un cercle vicieux qu'Hibiki a appliqué à tous les humains qu'elle a croisés jusqu'ici. Cela pourrait-il changer un jour ?

C'est il y a quelques semaines, quelques mois maintenant, qu'elle avait vu cette goule pour la dernière fois. Ces sous-sols imbibés de sang et de cadavres, des marres de tripes, des gémissements d'horreur résonnant à travers une salle trop peu éclairée que du rouge qui l'occupait.
« Je désire changer le fonctionnement du monde actuel et j'aimerais que tu m'y aides. Je n'ai pas le temps de m'expliquer mais n'aimerais-tu pas vivre dans un monde où tu pourrais te lier d'amitié avec une goule sans risquer de te faire tuer ? Retrouves moi dans le 12 ème arrondissement, je t'en parlerais plus al.. »
Puis, il y a quelques jours, il y eut un papier dans sa boîte aux lettres. Une simple feuille un peu déchirée indiquant un lieu, une date, et une heure. Le nom d'Ishi était mentionné à la fin. L'Inspectrice ne chercha pas plus ample information, et fit tout de suite le lien avec lui : le lieu de rendez-vous était dans Minato.
Il était quinze heures six, nous étions samedi. Hibiki comptait seconde par seconde, minute par minute, le temps qu'il restait avant d'entamer enfin cette discussion. C'est à six minutes de retard sur l'heure prévue que sa bouche se déforma dans un petit sourire, et que ses plaies cicatrisées lancèrent dans son corps comme un élan nostalgique.

« Tu es en retard, Ishi.. »

_________________

HOMO HOMINI LUPUS EST ▬ live and die alone.
january is the color of her skin, february are her lips so inviting, silk hair as short as her fuse ; she's been damaged, she's been misused. - miw, wasp
fait chier en #800000.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Goule ▬ Kamakiri
Messages : 196
Date d'inscription : 25/05/2015

Informations
arrondissement: 12ème
Groupe: .Kamakiri
Rang: S




Ploc, ploc, ploc...

Le son de mes pas dans l'eau résonnait dans les ténèbres des sous-terrains tandis que j'avançais dans un léger fils d'eau usagé si commun dans les égouts de la ville. L'humidité et les ténèbres ne me dérangeait nullement, bien au contraire, je me sentais en harmonie avec cet environnement dont j'étais le prédateur absolue même pour les Ghouls qui s'y tapissaient dans les ombres. L'odeur de cette jeune femme me revînt en mémoire alors que j'approchais de la sortie dont la lumière du soleil émanait, aveuglante.
Levant ma main au-dessus de mes yeux, je les plissais légèrement le temps de m'habituer à cet éclat qui m'était étranger depuis plusieurs jours. Finalement, je m'y habituais et je baissais ma main pour observer les environs sous mon masque écarlate : Des arbres m'encerclaient tandis que leurs branches craquaient sous les légères brises d'hiver.
Inspirant doucement, je bondis parmi ces arbres en reniflant l'air des alentours de mon odorat de ghoul. De nombreuses odeurs vinrent à moi, des congénères mais essentiellement des Humains ainsi que l'atroce odeur de leur nourriture. Me déposant sur une branche, je baissais les yeux sur une enfant qui s'amusait près d'une barrière au-dessus d'un cours d'eau.

Elle était mignonne et amusante, me disais-je tandis que je la regardais de mon perchoir. Ses parents n'étaient visiblement par là pour la surveiller, à quoi pensaient-ils donc ? C'est vrai que de nombreux Humains ne croyaient en sécurité contrairement à ceux qui menaient une vie de ghoul.
Je soupirais et je m’apprêtais à reprendre mon chemin quand un son métallique attira mon attention. Cela se passa si rapidement que j'eu presque du mal à comprendre ce qui se passait sous mes branches : La fillette s'était appuyé sur la barrière qui n'avait pas supporté son poids avec la rouille et le froid de l'hiver qui l'avait fragilisé.

"-Merde !"

Hurlant, la gamine chuta dans l'eau sans pouvoir s'accrocher à quelque chose, sans même que ses parents ne puissent lui venir en aide. Ce n'est que lorsqu'elle frôla la rivière glaciale qu'une bukaku vînt l'encercler puis la tirer vers la terre ferme sans ménagement tandis qu'une mère s'approchait avant de s'arrêter à la vue de mon kagune.
Avant qu'elle ne crie et n'attire du monde, je disparaissais derrière les arbres en filant loin de cette scène désagréable. Pourquoi l'avais-je aidé ? Je venais de prendre un risque qui n'était pas vraiment nécessaire en vue de ma situation. Mais dans ma fuite, je m'étais enfin repéré et l'odeur familière de la fille me parvînt aux narines.

« Tu es en retard, Ishi.. »

Tombant des branchages, mes yeux se posèrent sur Hibiki qui souriait dans ma direction comme si elle était contente de me voir. M'appréciait-elle ? En sachant ce que j'ai fait et qui j'étais ? Elle serait la première humaine dans ce cas-ci. Son odeur était alléchante, je n'avais pas mangé d'Humain depuis si longtemps...Non, je ne le ferais plus.

"-J'ai fait un détour. Comment vas-tu, Hibiki ? J'espère que tes blessures ne te font plus trop souffrir."

Je m'avançais vers elle doucement avant de plier mes genoux pour me mettre à sa hauteur tandis que mes yeux, à la pupille écarlate, ne la quittaient pas un instant. Je ne sentais pas la présence d'autres Colombes dans les environs, était-elle donc réellement venue seule ?
Ma main se déposa sur mon masque que je relevais lentement sur mes cheveux en dévoilant mon visage. En signe de confiance autant pour elle qu'en mes capacités, je n'avais pas envie de me cacher sans cesse derrière ce masque. Glissant ma main ensuite dans ma poche, je tirais une cigarette que je coinçais entre mes lèvres avant de l'allumer avec un briquer taché de sang.

"-Je ne pensais pas que tu viendrais, sincèrement ou du moins pas seul. Es-tu bien consciente des risques que tu prends en me parlant et en sachant de quoi je vais te parler ?"

Je rangeais le briquer dans ma poche, je ne portais qu'un sarouel tandis que mes pieds nus étaient sales à force de courir dans les environs, je ne portais pas de haut car celui-ci était depuis longtemps parti en lambeau à force de déchaîner mon kagune contre mes proies. Le vent était froid, me picotait ma peau mais il ne me dérangeait pas, il m'avait même manqué.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Membre de la CCG
Messages : 73
Date d'inscription : 19/09/2015
Age : 18
Localisation : 14e ▬ Nerima.

Informations
arrondissement: 14e.
Groupe: CCG.
Rang: inspecteur ▬ 1ère classe.




Le vent frais qui souffla dans sa figure ne lui porta pas l'odeur du sang, mais celle humide et sale d'un chien mouillé. Avait-il passé tant de temps dans les sous-terrains, et dans quel but ? L'odeur fût plus présente quand il avança vers elle, et s'inclina à sa hauteur. D'un rapide coup d’œil, elle aperçut ses pieds aussi nus que son torse, et reconnut le visage qu'elle avait vu ce jour-là sous le masque qui l'encombrait. « Tu n'est pas obligé de me rappeler que je suis petite, tu sais. » Elle accompagna son ton cynique d'un sourire tordu. Du haut de ses 1m75, taille plutôt avantageuse pour une femme japonaise, elle n'était pas pour autant aussi grande qu'Ishi malgré ses talons. Cependant, elle était bien moins résistante que lui qui semblait pleinement remis du combat, tandis qu'elle luttait encore contre des courbatures importantes. « Pour les blessures, on fait au mieux. Tout est guéri, en théorie. » Elle grimaça ; « en théorie » était en effet le mot à choisir en ce moment.

D'apparence calme, Hibiki bouillonnait comme un typhon prêt à s'abattre. La hâte brûlait jusque dans ses os encore endoloris, elle sentait son sang pulser plus vite que jamais dans ses veines. Elle mourrait d'envie d'entamer la fameuse conversation qu'elle attendait depuis si longtemps, et ne savait trop si Ishi voulait réellement de ses nouvelles ou simplement la faire languir. Elle observa la cigarette entre ses lèvres prendre doucement feu, comme son esprit était en train de le faire. Elle n'avait pas envie de fumer, pas cette fois ; elle voulait juste aborder le sujet pour lequel elle était venue ici sans plus d'éléments parasites, mais ne le montrerai que s'il le lui demandait. Elle guettait chaque nouvelle phrase avec impatience, accrochée aux lèvres sous ses yeux qui tenaient la colonne de papier brûlante comme ses sens partaient en lambeaux à force de s'impatienter. La phrase qu'elle écouta ne la satisfit pas, mais elle l'occuperait du moins quelques instants avant que son cerveau ne recommence à bouillir. « Cette discussion ne concerne que nous pour le moment, alors je n'en ai pas vu l'utilité. Je pense que rien n'est sans risque dans la vie, la situation méritait bien que j'en prenne quelques uns.. » Tous les risques ne sont cependant pas gratuits à prendre, et elle se mettait effectivement en danger en étant ici avec une goule. En lui ayant laissé la vie sauve et en voulant entretenir cette discussion, Hibiki estimait qu'il avait rempli sa part du contrat et méritait une pseudo confiance dans ce genre de situation. « Ne nous encombrons pas de familiarités, et commençons. C'est dangereux autant pour toi que pour moi d'être ici et maintenant ensemble. » Son regard rouge et avide se perdit dans son envie et sa hâte. L'air ambiant n'eût soudain plus la même odeur froide, mais un parfum agréable l'emplissait. Enfin, ils touchaient au but.

_________________

HOMO HOMINI LUPUS EST ▬ live and die alone.
january is the color of her skin, february are her lips so inviting, silk hair as short as her fuse ; she's been damaged, she's been misused. - miw, wasp
fait chier en #800000.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Goule ▬ Kamakiri
Messages : 196
Date d'inscription : 25/05/2015

Informations
arrondissement: 12ème
Groupe: .Kamakiri
Rang: S




L'observant en écoutant sa réponse, je finissais par soupirer avant d'écraser ma cigarette entre mes doigts qui dégagèrent une odeur de chair brûlé pendant quelques secondes avant de se régénérer rapidement. Le vent souffla en emportant quelques rares feuilles qui restaient sur le sol tandis que nous étions seul, en face à face. Elle semblait impatiente de savoir ce dont j'avais envie de lui parler, au point l'avoir laissé vivante ce jour là, peut-être devrais-je en ce cas y aller directement.

"-Je désire détruire cette ville."

Mes paroles étaient simples, elles n'avaient pas besoins d'être plus détaillé que cela pour l'heure. A mes yeux, le monde était une véritable mascarade, une erreur que personne n'osait rectifier et dont cette fille était un exemple parmi des milliers d'autres. Je n'avais aucun amour pour les Humains, ni pour les Ghouls car les deux m'avaient pris des êtres chers, les deux n'étaient que des monstres.
Passant ma main sur mon cou que je penchais jusqu'à en faire craquer des cervicales, mes yeux prirent une teinte écarlate et sombre sans que je m'en rende réellement compte, cela m'arrivait de plus en plus à vrai dire comme si mon véritable moi désirait se montrer à tous.

"-Le CCG est une entrave pour créer un monde plus juste entre Ghoul et Humain, le CCG mais également les organisations de mes congénères qui n'aident qu'à rendre de plus en plus difficile le changement. Les deux doivent être anéanti pour que sur leurs cendres, un nouvel ordre naît."

M'asseyant finalement en ne la quittant pas des yeux, je croisais mes bras sur mon torse en écoutant sa réaction tandis qu'un corbeau croassait dans les banches d'un arbre qui nous entourait, comme un spectateur captivait par la scène qu'il voyait sous son perchoir. Dire que je parlais de cela avec une Humaine, c'était amusant.
Nous étions deux espèces différentes, la proie ainsi que son prédateur. C'est comme si un Lion parlait avec une gazelle, sa vie ne tenait qu'à mes seuls désirs à présent et pourtant je n'avais pas envie de lui retirer celle-ci, pour l'heure. Je n'aurais jamais pensé que j'aurais eu la chance de gagner l'aide d'une colombe dans mes plans, je devais tout faire pour gagner son soutient.

"-Cela ressemble sûrement à une bête utopie mais je ne le conçois pas ainsi. Il y aura des morts par dizaines, voir centaines ainsi que des amis, des familles. Mais sans sacrifice, sans un coup violent, rien ne changera. Un monde où les Ghouls ainsi que les Humains pourront vivre ensemble est plus que possible, cela existe déjà avec les Ghouls mercenaires, tuant en échange d'argent pour des Humains et se nourrissant des victimes qu'on leur a demandé d'abattre. En réfléchissant, un monde sans ces chasses serait possible. Ne penses-tu pas ?"

Nous étions ainsi ensemble, dans un lieu perdu de Tokyo tandis que tous vivaient leur vie paisible sans se douter une seule seconde qu'une Colombe discutait pacifiquement avec une Ghoul. Mais pour cette fois, je n'avais pas les dès en mains, c'était bien elle.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Membre de la CCG
Messages : 73
Date d'inscription : 19/09/2015
Age : 18
Localisation : 14e ▬ Nerima.

Informations
arrondissement: 14e.
Groupe: CCG.
Rang: inspecteur ▬ 1ère classe.




L'objectivité et l'ambition d'Ishi la laissèrent bouche bée, malgré qu'elle n'exprima son étonnement que d'un léger haussement de sourcils. Détruire Tokyo, réellement ? La solution semblait légèrement expéditive ; c'est vrai que détruire plutôt que modifier rendait la solution beaucoup plus simple. Mais par où commencer, et comment s'y prendre ? Faire régner la terreur et le chaos dans les ruines et les cadavres était vraiment la solution ? La réponse d'Ishi semblait un peu trop évasive. « La détruire reviendrait à éliminer toute solution.. » Définitivement, cette idée lui restait en travers de la gorge. L'élimination d'humains ou de ' mauvaises ' goules ne l'importait que trop peu, mais il fallait conserver les bons éléments.

Soudain, le kakugan du jeune homme en face de l'Inspectrice se montra. Elle ouvrit grand les yeux, aux pupilles aussi rouges que celles d'Ishi, en contemplant ces choses que jamais elle n'avait vues d'aussi près. Sa seconde pensée fût de les surveiller au cas où son instinct reprendrait le dessus ; il ne semblait cependant que très peu concerné par cette apparition indépendante de sa volonté. Sa façon de penser lui plaisait, même s'il impliquait dans son raisonnement le concept de purge, peut être surtout à cause de ce point. « Comment pourrions-nous éliminer toutes ces organisations ? Même Osamaru ne sera pas impassible devant de tels actes. En laissant Kyoukou et le CCG s'entretuer on pourrait s'en débarrasser, mais nous laisserions ainsi le champ libre à Kamakiri. » Hibiki restait soucieuse, une main sur le menton et le regard songeur. Éliminer toutes ces organisations reviendrait à causer un massacre, mais peut être que celui-ci était nécessaire au renouveau attendu par Ishi. S'il voulait également éliminer le ccg, l'éliminerait-il elle aussi ? Elle se mit à guetter du coin de l’œil le kakugan de son compagnon, qui était cela dit toujours aussi intéressant à observer. Poser la question, même étroitement ou sur le ton de la plaisanterie, la compromettrait. Peut être attendait-il juste d'avoir assez d'influence à lui seul pour éliminer sa petite proie, et en gardant cette pensée en tête elle se devait de garder quelques distances et de considérer à nouveau la situation.

Le ccg ayant seulement de floues informations sur les goules mercenaires, Hibiki n'y avait pas songé. Seulement, celles qu'il venait de lui révéler lui permettaient désormais de se faire une opinion sur la chose. « Un monde sans chasse serait donc un monde où les goules seraient les toutous des humains ayant l'argent pour les payer. Ça sonne comme une très mauvaise idée, à mon sens. De plus, je doute que toutes soient aptes à accepter cette condition. » Elle lança un regard complice à Ishi. Lui-même ne semblait pas plus sous l'emprise de quelqu'un d'autre que sous la sienne, et la Colombe était sûre qu'il ne supporterait pas une tutelle de ce genre. « Tu m'avais parlé d'un monde ou les goules et les humains seraient amis et ne risquaient pas d'entrer en conflit en permanence. Égaliser leurs forces et leur influence serait la meilleure des solutions. Il faudrait alors harmoniser les lois humaines et celles des goules, jusqu'à les rendre parfaitement similaires et communes. » Ce genre d'acte n'était hélas pas de leur rang, il aurait fallut changer de stratégie. « Ce serait également à nos risques et périls si une deuxième société de goules se reformait dans le 24e, le jour où les humains et les goules seront main dans la main. tout le monde n'est pas prêt à adhérer à la même pensée. » Kamakiri serait bizarrement ceux qui devraient poser le moins de problèmes, puisqu'ils sont cannibales. Osamaru suit des objectifs similaires, alors ils ne devraient pas poser trop de problèmes non plus. C'est Kyoukou et le CCG qui bloqueraient sans doute l'engrenage : c'est eux qu'il fallait démanteler.

_________________

HOMO HOMINI LUPUS EST ▬ live and die alone.
january is the color of her skin, february are her lips so inviting, silk hair as short as her fuse ; she's been damaged, she's been misused. - miw, wasp
fait chier en #800000.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Goule ▬ Kamakiri
Messages : 196
Date d'inscription : 25/05/2015

Informations
arrondissement: 12ème
Groupe: .Kamakiri
Rang: S




« Un monde sans chasse serait donc un monde où les goules seraient les toutous des humains ayant l'argent pour les payer. Ça sonne comme une très mauvaise idée, à mon sens. De plus, je doute que toutes soient aptes à accepter cette condition. »

 Elle me lança un regard complice tandis que je lâchais un léger rire à la remarque, elle m'avait cerné sur un point et c'était celui-ci même : Je n'aurais jamais accepté de n'être qu'un simple jouet. Evidemment, je n'avais pas voulu dire cela mais m'en servir comme un exemple de compromis entre les deux espèces. Je l'écoutais sereinement alors que je remarquais ses coups d’œil vers moi comme si elle s'attendait à ce que je m'en débarrasse.
Cela aurait été simple mais je n'en ressentais pas l'envie, je ne la voyais pas comme un tas de chair délicieux -ce qu'elle devait être quand même- mais comme une femme qui réfléchissait, résonnait et ressentait. Comme je l'étais moi même, si ce n'est que ma seule nourriture possible était les Humains ou les miens. Ce monde était vraiment mal fait, les deux êtres doués de raisons étaient également la proie et le prédateur de l'autre.

Je me pinçais le menton lorsqu'elle termina d'exposer ses idées alors que je réfléchissais à ses paroles. J'avais bien fait de lui faire confiance, il me fallait un point de vue extérieur à moi même dont la haine me rongeait ainsi que mes ambitions. De plus, je n'étais pas des plus renseignés contrairement à la CCG dont elle faisait partie. Ses connaissances allaient m'être très précieuses, une raison de plus de la laisser vivre.
Pour pouvoir changer des lois et des modes de vies, il n'y avait pas réellement de choix. Il fallait soit être le plus puissant, soit être le plus influent et je nous voyais mal être des dirigeants à l'heure actuelle. Sans parler qu'il faudrait peu de temps au CCG pour connaître ma véritable identité.

"-Lorsque je parlais des mercenaires, je ne m'en servais que pour dire qu'un compromis était possible. Evidemment, l'idée est de créer un piédestal unique pour Humain et Ghoul où tous seraient égaux."

Soupirant doucement, je passais ma main dans mes cheveux d'un air embêté quand à l'idée de se consensus entre nos deux espèces. Des idées me venaient mais elles étaient sûrement des plus atroces pour les Humains cependant elles étaient, d'un point de vue objectif, les meilleurs. Le vent souffla légèrement, caressant mon dos nus et me démangeant les reins où je pouvais presque sentir mes poches palpitaient, comme d'autres coeurs.
J'avais aperçu les yeux curieux de l'Humaine quand les miens s'étaient dévoilés sous le véritable jour, elle semblait réellement intéressée envers les miens et même nous trouver beau, sur bien des aspects. Soudainement, l'une de mes queues jaillit de mon dos dans un nuage de cellule écarlate jusqu'à former une pointe vers la Colombe, seulement, j'avais enroulé dans celle-ci une brindille que je lui tendais en souriant en coin.

"-Les Quinques sont impressionnants mais je suppose que tu n'as rarement eu la chance de toucher un kagune sans qu'il ne cherche à te transpercer, non ?"

Je penchais mon visage sur le côté en la regardant d'un air amusé, mes yeux se plissant légèrement tandis que je lui souriais sincèrement. C'était étrange de ne pas se cacher devant un Humain, encore plus une Colombe ! Je n'avais pas ressenti un tel sentiment de plaisir depuis longtemps, me disais-je, en reprenant un air songeur. En fait, jamais.

"-Nous devons mettre fin à ces organisations mais également nous y trouver des alliés comme je l'ai fait avec toi, Hibiki. L'organisation pacifiste des miens pourraient s'avérer des plus utiles mais les deux autres...Nous pourrions nous servir de la Kamakiri mais ses ghouls sont folles, moi même qui en était, je ne peux te dire comment elles réagiraient."

Mon kagune remuait légèrement dans les airs comme si il avait sa propre vie, comme la queue d'un animal, tandis que son apparence faisait penser sans hésiter à une patte d'insecte ou d'arachnide mais sans les poils. Mes yeux se déposèrent à nouveau sur l'Inspectrice tandis que je sortais de mes songes pour entendre son avis sur la question.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Membre de la CCG
Messages : 73
Date d'inscription : 19/09/2015
Age : 18
Localisation : 14e ▬ Nerima.

Informations
arrondissement: 14e.
Groupe: CCG.
Rang: inspecteur ▬ 1ère classe.




► v flower - 5th

Un piédestal entre humains et goules.. C'est effectivement la solution qui semblait la plus logique, mais la question restait cependant en suspens. Il faudrait un moyen d'allier goules et humains dans une même optique sans trop de casse, mais laquelle et à quel prix ? Les deux alliés ne pouvaient pas se permettre de faire un carnage pour cette paix, ils n'en avaient ni les moyens physiques ni l'envie, ce n'était pas leur but premier. De plus, les soulèvements étaient à craindre dans les deux populations. Tous les humains et toutes les goules n'étaient pas comme Hibiki et Ishi, et les lier tous entre eux de la manière dont ils l'avaient fait semblait quasiment impossible. La Colombe posa de nouveau son regard sur son prédateur. Cette entente n'était peut être que factice, et peut être que c'était une mauvaise idée. Hibiki voulait cette révolution et cette paix entre les peuples, surtout si elle n'était pas seule à partager ces idéaux, et y laisserai sa vie s'il le fallait mais pas maintenant.

Son sang ne fit qu'un tour quand le kagune rougeâtre d'Ishi jaillit de son dos dans un bruit de chair déchirées. Son échine frissonna d'un mélange de peur et d'adrénaline, puis de peur à nouveau quand elle réalisa qu'elle n'avait sur elle qu'une pauvre arme à balles Q dans son sac. Merde. Elle se persuada qu'elle s'était laissée prendre au piège et se prépara à son sort dans le plus grand des calmes, quand elle remarqua le sourire de la goule devant lui. La kagune était enroulé sur son extrémité autour d'une petite branche frêle, qui n'avait ni craqué ni été brisée. Ses gestes semblaient d'une extrême dextérité, et son sourire sincère. Voir un kagune de si près lui rappela des souvenirs, cette faible goule aux grandes mains de RC sur lesquelles elle avait posé la sienne ; ce fût d'ailleurs la seule et unique fois. Timidement, elle approcha sa main et effleura du bout des doigts le tentacle légèrement écailleux. « Je peux ? » Elle lança un regard curieux vers lui. A présent Hibiki avait tout d'une enfant le matin de noël, contemplant son cadeau et le manipulant avec soin. Elle chercha en premier des cicatrices de leur combat mais n'en trouva pas et en déduit alors que les cellules RC possédaient une aussi bonne régénération que la peau des goules, puis elle posa sa main dessus. Le contact était étrange, chaud comme la peau et humide comme un serpent, palpitant comme une veine géante. « Une quinque est semblable à ça, mais elle est beaucoup plus froide et moins.. vivante. C'est étrange de toucher quelque chose d'aussi similaire mais différent à la fois. » Ses yeux se baissèrent. Les quinques sont faites de goules traquées, torturées puis tuées, et Ishi ne devait pas plussoyer ce genre de choses - la Colombe non plus, c'est pour ça qu'elle traitait son arme avec un grand respect. Sachant que sa quinque était faite d'un kagune aussi écailleux que celui d'Ishi, elle ne préféra pas s'étaler plus sur le sujet. Elle passa consciencieusement son doigt le long des écailles, curieuse, puis attrapa entre son index et son pouce la maigre brindille qu'elle retira avec soin de l'étreinte du kagune. Elle garda cette petite pousse d'arbre morte dans sa main et l'observa avec air tout heureux, puis donna un sourire radieux à Ishi. Il était pourtant très rare de la percer à jour et d'obtenir une expression vraie de sa part, mais c'était à son tour d'arrêter de se cacher.

La Colombe reprit rapidement son sérieux et écouta prudemment son nouvel allié. Elle le considéra dès lors comme de son côté et ne douta plus de sa franchise, son acte la convaincu de lui faire confiance et de le suivre jusqu'au bout sans craindre de se faire tuer. « Nous avons déjà en théorie Osamaru de notre côté alors. J'ai par contre le sentiment qu'utiliser Kamakiri sera dangereux et peut être impossible s'ils refusent de se joindre à notre cause, mais je ne doute pas de leur efficacité. Le vrai problème serait de les avoir contre nous. » Hibiki glissa la petite branche dans la poche de sa veste. « Les deux problèmes restants sont le CCG et Kyoukou. Puisqu'ils sont l'un opposés à l'autre, les laisser s'éliminer de leur côté serait un point positif pour nous. Cependant, j'ai un gros doute concernant le fait que l'un comme l'autre laisseront une société pareille se former. De plus, je doute que Kamakiri n'ai de réel but à vivre pacifiquement avec les humains alors je ne vois pas comment les convaincre de nous rejoindre. » Trouver des alliés dans cette situation risquait de s'avérer aussi périlleux et compliqué que de démanteler les organisations auxquelles il fallait faire face. Le choix de s'allier au pacifistes semblait le plus logique et simple, mais cela suffirait-il ? « Convaincre le CCG d'arrêter ses actions serait impossible, et le détruire engendrerait la haine des populations qui le reformeraient aussitôt. Trouver un arrangement entre eux et Kyoukou semble tout aussi impossible. Peut être que nous pourrions trouver l'aide de Kamakiri ici.. » Osamaru ne fera le poids contre le CCG et Kyoukou qu'avec des attaquants de taille, comme les cannibales de Kamakiri. Ce n'est pas pour autant que les deux cibles se laisseraient faire, bien au contraire.. il fallait plus d'influence, plus de pouvoir et de parole.

« Je dois monter au sommet de la hiérarchie du CCG pour avoir un peu d'emprise. Si le CCG abdique, Kyoukou le fera également si leur seul but est de s'opposer à eux. » Ses lèvres s'ourlèrent doucement dans un sourire sincère. Elle pouvait réaliser ses objectifs et ainsi créer le monde dont elle avait toujours rêvé. « Nous n'avons pas nécessairement besoin d'un massacre. » Sa voix avait une pointe d'enthousiasme qu'elle même ne se connaissait pas, et dont elle s'étonna.

_________________

HOMO HOMINI LUPUS EST ▬ live and die alone.
january is the color of her skin, february are her lips so inviting, silk hair as short as her fuse ; she's been damaged, she's been misused. - miw, wasp
fait chier en #800000.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Goule ▬ Kamakiri
Messages : 196
Date d'inscription : 25/05/2015

Informations
arrondissement: 12ème
Groupe: .Kamakiri
Rang: S




« Nous n'avons pas nécessairement besoin d'un massacre. »

Cette simple phrase sonna étrangement en moi, me déstabilisant comme si on m'avait enfoncé un pique dans le coeur. Pas besoins d'un massacre ? Qu'avais-je fait jusqu'ici alors ? Ces dizaines et dizaines de ghouls que j'avais massacré dans le seul but de gagner de la puissance pour être prêt à une véritable guerre, n'avaient-elles servi à rien ? Je ne l'avais pas entendu depuis longtemps mais sa voix me murmura dans un coin de l'esprit comme un ricanement, un ricanement qui se moquait de moi, cette autre personnalité que j'avais réussi à endormir mais pas à détruire.
Mon kagune se contracta de lui même tandis que je saisissais mon visage dans ma main en grimaçant sous l'emprise de mon autre "moi" qui profitait de mon instant de faiblesse. Mais qu'avais-je fait ? Je revoyais ces visages qui me suppliaient alors que je fermais mes pensés pour les abattre froidement. Et si pendant tout ce temps je n'avais fait que ce que le Diable désirait ?

La panique m'envahissait sans que je ne la contrôle, je n'en comprenais pas même l'origine tandis que mes muscles se crispaient de plus en plus, mon coeur battait de plus en plus vite dans ma poitrine comme si il allait se rompre alors qu'un sentiment de peur absolue me saisissait entièrement, comme si j'étais pris dans un tourbillon de sentiments. Qu'est-ce qui m'arrivait ?
Sans que je m'en rende compte, mon corps poussa un gémissement entre mes lèvres tandis que mon dos se déchirait pour laisser glisser sur le sol les autres appendices écarlates et aux pointes d'un noir de jais dans l'herbe comme des racines d'un arbre démoniaque. Une étrange excroissance de RC rampait à présent sur mon dos à la façon d'une toile d'araignée, cherchant à m'emprisonner sous un exosquelette sombre alors que je me crispais sur le sol sans prendre conscience de ce qui m'entourait.

Pour une raison dont je ne pris pas conscience dans mon état, mon corps se stabilisa alors que je repensais au sourire sincère de l'inspectrice ainsi que de sa confiance. Lentement, mes idées redevinrent de plus en plus clair en revenant sur ces personnes qui m'étaient chers, que je désirais protéger autant que possible.
Ouvrant de nouveau mes yeux, j'aperçu des sillons dans le sol là où mon kagune s'était enfoncé dans mes spasmes alors que la panique me quittait pour laisser place à un sentiment de fatigue. Mon corps tremblait encore, de la sueur perlant sur ma peau pâle et fumant sous la différence de température.

"-Désolé....As-tu seulement la moindre idée de ce que j'ai fait, Inspectrice ?"

Qu'est-ce qui me prenait ? J'étais en train de me confesser à une Humaine que je ne connaissais à peine et une Colombe en plus de ça ? Le poids que je portais sur mes épaules....Je ne pouvais plus le porter de toute évidence mais avec qui le partager ? Je n'avais aucun véritable proche, aucun.

"-J'ai massacré plus des miens que je ne pourrais les compter, je les ai dévoré comme un animal dévore une carcasse...Mais je ne le faisais pas car j'avais faim. Que dois-je faire à présent alors ? Tu me dis qu'on peut faire cela sans massacre mais que puis-je faire hein ?!"

Je reposais mes yeux sur Hibiki alors que la colère prenait la place de la fatigue. Mais je me rendais compte que je n'étais pas en colère envers elle et son idée mais envers moi même, envers mon impuissance. Putain, je n'étais qu'un monstre qui n'avait vécu que dans le sang et la mort, je ne connaissais que la force pour améliorer ma vie alors que devais-je faire si je ne pouvais l'employer ?

"-Je ne suis qu'une ghoul après tout..."

Ma voix me surprit, ma bouche avait remué toute seule sans que je ne lui ordonne, ni même les larmes qui coulaient de mes yeux que j'essuyais d'un rapidement mouvement en me relevant. Je haïssais ce moment, je n'aurais peut-être jamais du quitter mon trou, finalement, la folie offrait au moins un certain repos.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Membre de la CCG
Messages : 73
Date d'inscription : 19/09/2015
Age : 18
Localisation : 14e ▬ Nerima.

Informations
arrondissement: 14e.
Groupe: CCG.
Rang: inspecteur ▬ 1ère classe.




► set it off - i'll sleep when i'm dead

Le pouvoir et la puissance rendent les gens fous.
Ishi ne pouvait pas la trahir, pas maintenant ; à moins que ses uniques plans étaient de détruire Tokyo. Sans hésiter, la Colombe se saisit de sa seule arme et la pointa sur le prédateur gémissant et agonisant tandis que son dos se brisait sous les appendices de RC qui en jaillissaient. Les balles Q ne pouvaient être aussi efficaces qu'une quinque contre une goule, mais elles ne seraient pas de trop pour autant. Les excroissances de RC s'enfoncèrent les unes après les autres dans le sol, le fracturant sans ménagement. Hibiki sentait la peur, la trahison et l'impuissance couler dans ses veines comme la rage et la violence semblaient emplir celles de la goule.  Ce n'était plus la même personne, ce n'était plus Ishi qui ici menaçait de la tuer. Elle dressa son dos, releva la tête sans le quitter des yeux, et tendit le bras à fond en ciblant sa proie, puis posa son doigt sur la détente.

La voix d'Ishi tinta de nouveau, prononçant des excuses d'une voix fatiguée pendant que des gouttes de sueur brûlaient sur sa peau nue. Le doigt de la Colombe se crispa, impossible de le presser plus sur le bout de métal arrondi sur lequel il était pourtant enfoncé. Il avait tué, pillé, massacré, mangé jusqu'à se dégouter, rien que pour acquérir la puissance nécessaire à atteindre ses buts. Ce jour là quand ils avaient combattu, ce n'était pas juste une goule cannibale consumée par sa propre personne qui se tenait devant elle, mais un être prêt à se sacrifier à sa cause pour permettre qu'elle voie le jour. Il avait été si courageux qu'Hibiki ne sût comment réagir : jamais elle n'avait été en face d'une telle situation, jamais en étant impliquée dans cette fameuse cause du moins. Son corps resta là, immobile et impassible, en attente d'un sentiment qui ne venait pas. Ils se ressemblaient, à écraser les autres pour se hisser toujours plus haut, et aujourd'hui ils ne devaient plus s'écraser mutuellement pour ça, mais continuer d'écraser le monde à leur pieds a deux.
Le revolver tomba dans un bruit sourd quand la main blanche qui le tenait se desserra de son étreinte. « Si tu n'es qu'une goule, alors je ne suis qu'une humaine. » Tous ces gens qui avaient servi ses intérêts contre leur gré alors qu'ils lui avaient donné confiance et amour, tous un à un lui revinrent à l'esprit. Chaque visage, chaque voix, chaque larme de détresse après son passage. A la différence d'Ishi, elle ne s'en voulait pas - elle n'avait jamais su ni aimer ni s'attacher. « J'ai moi aussi utilisé a vie des gens pour en arriver là, mais cette puissance qu'ils m'ont accordée ne m'est pas inutile pour autant. » Pour la première fois qu'elle se souvienne, elle eut envie de pleurer. Elle se sentait seule, avec le pouvoir extrait de ces gens qu'elle avait brisés, mais ne se permettrait pas de le regretter. Elle ravala ses sanglots sans sourciller, en même temps que sa fierté. « On obtient rien sans sacrifices, et nous avons déjà beaucoup grâce aux nôtres. Tes efforts n'ont pas été inutiles et un jour tu sauras pourquoi tu as fait tout ça, ce jour là humains et goules vivront ensemble sans risques. » La Colombe fit quelques pas en avant et réduit la distance entre elle et la goule, si bien que moins d'un mètre les séparait. Elle savait pourtant qu'il ne fallait pas s'approcher d'un prédateur, et qu'elle finirait par en payer les conséquences. Mais, dans un élan doux et maternel, elle essuya les larmes des joues d'Ishi qu'il n'avait pas réussi à estomper complètement. « Les sacrifices ne sont pas encore terminés, et pas de massacre ne veut pas dire que personne n'y succombera. Nous pourrons un jour nous vanter d'aujourd'hui comme du début d'une révolution, si nous continuons à nous sacrifier pour celle-ci. » Elle contempla ses yeux encore noircis de douleur et rougis de haine, ainsi que toutes les veines éclatées par l'apparition de cet être caché en lui. Quelle belle créature, songea-telle.

_________________

HOMO HOMINI LUPUS EST ▬ live and die alone.
january is the color of her skin, february are her lips so inviting, silk hair as short as her fuse ; she's been damaged, she's been misused. - miw, wasp
fait chier en #800000.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Goule ▬ Kamakiri
Messages : 196
Date d'inscription : 25/05/2015

Informations
arrondissement: 12ème
Groupe: .Kamakiri
Rang: S




Je sursautai légèrement quand la froide main de l'inspectrice passa près de mes yeux pour en essuyer les larmes alors que je me raccrochais à ses paroles pour ne pas succomber à nouveau à la folie. Lentement, mon souffle redevînt régulier tandis que mon kagune s'évaporait dans les airs comme si il n'avait jamais été présent. Tandis qu'elle me regardait, son comportement me déstabilisait de plus en plus. N'avait-elle pas peur ? Pourquoi ne lisais-je pas le dégoût dans son regard ?
Qui était-elle réellement au final ? Elle était Humaine comme elle l'avait dit, son odeur appétissante ne la contredisait d'ailleurs pas un seul instant plus encore lorsque sa main se fit si proche de mon nez qui remua à la proximité de cette chair alors que mes yeux glissèrent vers la main sans cacher l'envie qu'elle procurait.

"-Alors je servirais d'arme pour celle-ci. Tu n'auras qu'à me dire les cibles que j'aurais à supprimer, je serais ton quinque."

Me forçant à quitter la main des yeux, calmant ma faim grandissante, je posais mon regard dans le siens. L'allusion d'un Quinque m'amusait au fond de moi mais je ne voyais pas ce que je pouvais faire d'autre. Je n'étais pas doué pour me servir des autres, je n'étais pas bien placé dans la hiérarchie des groupes de Tokyo, ma seule carte était ma puissance.
Une puissance qui risquait de me faire perdre la raison et peut-être Hibiki pourrait-elle devenir mon garde fou ou même m'éliminer si je ne devais plus reprendre le contrôle de mon corps un jour ou l'autre. Une véritable police d'assurance que je n'avais plus depuis Rose.

"-Pourquoi n'as-tu pas peur ? Pourquoi désires-tu un monde ainsi ?"

Finalement, je m'étais décidé de lui demander directement, cela me démangeait l'esprit d'en savoir la raison. Les Colombes n'avaient été entraîné que dans le seul objectif de nous chasser, de nous exterminer mais Hibiki semblait...différente.

"-L'Homme qui était venu t'aider la dernière fois ne semblait par exemple en rien désirer cela. Il n'était qu'une colombe parmi une nuée mais tu es différente, même des Humains."

Je penchais mon visage sur le côté en l'observant de mes yeux écarlates, le vent était le seul son qui accompagnait nos voix même si de temps en temps, surgissant d'ailleurs, des klaxons faisaient échos dans la ville qui nous entouraient.
Mes pensées retournèrent à ce jour-ci où j'avais perdu le contrôle, je me souvenais encore de l’excitation que m'avait apporté ce combat avec les colombes jusqu'aux sous-terrains mais également de mon animosité envers cet inspecteur qui me regardait avec arrogance.
Son odeur n'avait rien d'alléchante mais je me serais fait un véritable plaisir de le dévorer pour sa part, contrairement à Hibiki. Je m'en voulais d'avoir manqué ma chance de le supprimer, il pourrait devenir un élément gênant dans l'avenir.


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Membre de la CCG
Messages : 73
Date d'inscription : 19/09/2015
Age : 18
Localisation : 14e ▬ Nerima.

Informations
arrondissement: 14e.
Groupe: CCG.
Rang: inspecteur ▬ 1ère classe.




Elle sentait sous sa main le calme revenir en lui, son souffle s'apaiser en même temps que son kagune réintégrait son corps dans un bruit flasque et humide, comme si l'ont enfonçait une énième fois dans une plaie ensanglantée le couteau qui n'avait pas cessé de s'y nicher. Peut être que c'était ça d'être une goule, ce n'était pas que jouir d'une nature surhumaine, mais également se heurter sur celle-ci.
Hibiki ouvrit grand les yeux. Sa quinque ? Elle repensa à tout son raisonnement sur les quinques et sur la vision que les goules devaient en avoir, et ne comprit pas. Son acte était noble, et ils formeraient probablement la meilleure des équipes, mais où diable perdait-il son honneur ? Il n'était absolument pas comme les goules mercenaires, et semblait ne pas être en mesure de leur ressembler, et il souhaitait devenir le toutou d'une membre de la CGG ? Elle songea ensuite un peu plus à sa position dans le monde des goules, Osamaru n'était pas des plus influentes à Tokyo. Peut être était-ce de là que venait son initiative.. La Colombe acquiesça donc. Elle n'avait pas de meilleure idée de toute façon.

Elle sourit doucement à sa question, et se demanda si elle devait réellement lui répondre objectivement. Il ne réagirait certainement pas bien en apprenant qu'elle aimait peut être un peu trop ceux de son espèce, jusqu'à les traiter exactement comme ses semblables et même à dépasser les bornes. « Pourquoi aurais-je peur de quelqu'un qui m'a épargnée alors que j'aurai dû mourir ? » La seconde question serait beaucoup plus dure à éviter, il semblait y tenir. Elle se devait de lui dire la vérité, du moins une partie. Hibiki prit ses distances et fit quelques pas en arrière, les mains dans le dos, et observa les arbres morts autour d'elle. Le ciel était devenu un peu plus gris que blanc, et le vent qui faisait danser ses longues boucles noires s'était rafraichi. « C'est paradoxal vu mon grade, mais j'aime les goules plus que les humains. Je trouve qu'il n'y a pas de raison que la majorité d'entre elles soit chassées avec pour but de les éliminer ; il n'y a vraiment que les humains pour faire ça. Un monde en paix serait beaucoup plus bénéfique pour tout le monde. » Son regard se baissa doucement, si bien qu'il n'en fut plus éclairé par la lumière ambiante. Difficilement, elle se rappelait de cette goule parmi les autres qui l'avait regardée mourir de peur sans rien faire de plus, alors que le sang à l'intérieur de la maison tâchait les murs et s'imbibait dans le sol. C'était la deuxième fois qu'une goule l'épargnait, et elle n'arrivait toujours pas à comprendre pourquoi. La voix d'Ishi la sortit de ses songes, et son regard s'illumina de nouveau. « Junpei ? Il est lui-même différent des autres Colombes, il est uniquement attiré par les grades et l'argent. Il n'a que faire des goules, et il n'a pas vraiment d'animosité envers elles. » Ça faisait un moment aussi qu'elle n'avait pas vu Junpei, son hospitalisation avait été courte mais elle n'avait pas eu l'occasion de travailler de nouveau avec lui pour autant. Le travail avec lui était propre et rapide mais peu amusant, et avec les nouvelles règles en vigueur les Colombes ne pouvaient plus rien faire de plus qu'arrêter et attaquer si résistance il y a. Plus chiant tu meurs..

Elle se tourna de nouveau à moitié vers Ishi, et lui adressa un regard de biais. « Et toi, pourquoi souhaites-tu cette situation ? Pourquoi n'as tu pas peur d'une Colombe de force égale à la tienne ? Je t'ai prouvé que je pouvais te tenir tête, pourtant. » Hibiki sourit doucement et reporta son regard sur le revoler à ses pieds. Le chargeur s'en était séparé, et il était vide de ses balles. Elle aurait vraiment été dans la merde si Ishi n'était pas revenu à lui-même, elle devrait penser à vérifier que ses armes soient chargées maintenant qu'elle partageait le destin d'une goule en proie à elle-même. « Je me demande comment nous allons cacher notre alliance.. ce serait bête d'être pris avant d'avoir pu faire quoi que ce soit. » Si elle comptait monter tout en haut de la hiérarchie du CCG, elle devait faire attention à ce que ses collègues ne soient pas au courant de ses plans. Elle craignait qu'on les voie, ou pire, qu'on les démasque.

_________________

HOMO HOMINI LUPUS EST ▬ live and die alone.
january is the color of her skin, february are her lips so inviting, silk hair as short as her fuse ; she's been damaged, she's been misused. - miw, wasp
fait chier en #800000.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Goule ▬ Kamakiri
Messages : 196
Date d'inscription : 25/05/2015

Informations
arrondissement: 12ème
Groupe: .Kamakiri
Rang: S




Ainsi elle acceptait que je lui serve d'arme, tel un quinque vivant. Evidemment, si elle pensait que j'obéirais comme un chien elle se trompait lourdement mais cette idée me sembla idiote en vue de son comportement, je l'imaginais mal se servir de moi ainsi. Simplement, elle était plus calme que je ne pouvais l'être et elle saurait d'avantage où je serais utile avec ma seule compétence : Le massacre.
Hibiki s'écarte de moi alors que mes yeux observaient le mouvement de ses cheveux sur ses épaules, ma question semblait la mettre mal à l'aise, étrangement. Que pouvait-elle caché ? Je me le demandais de plus en plus. Nous avions tous nos petits secrets qui nous façonnaient, je me demandais quel genre de secret pouvait dicter les actes de cette Colombe.

" -Et toi, pourquoi souhaites-tu cette situation ? Pourquoi n'as tu pas peur d'une Colombe de force égale à la tienne ? Je t'ai prouvé que je pouvais te tenir tête, pourtant."

Je croisais son regard rapidement avant de rire doucement devant son estimation de soit même alors que ses yeux glissèrent vers son arme sur le sol, lui retirant encore plus de crédibilité. Nous nous étions bien amusé dans ce centre commercial mais je me contrôlais encore mal ainsi que ma nouvelle force.
Un tel combat me manquait de plus en plus d'ailleurs, j'aimais me lâcher contre quelque chose capable de me résister, un défis digne de ce nom qui me permettait de m'améliorer et de ressentir de l'adrénaline. Il me fallait rapidement chasser une ghoul avec assez de puissance pour me satisfaire, vue que je ne pouvais m'en prendre à Hibiki à présent.

"-Penses-tu vraiment m'égaler ? Lors de notre première rencontre, je ne contrôlais pas encore mon kagune ainsi que ma force, c'est bien différent à présent que je me suis entraîné."

Je tirais ma langue entre mes dents vers elle, dans un geste malicieux avant de reprendre mon sérieux quant à la première question qu'elle m'avait posé. Glissant mon regard vers un corbeau qui s'envolait de son perchoir en croassant, je me laissais porter par le mouvement des nuages au-dessus.

"-J'en ai assez de me cacher, ma véritable nature pour donner l'apparence d'un Humain. J'aimerais cesser de porter mon masque, de pouvoir dévoiler ma véritable forme devant tout le monde sans qu'une centaine de Colombes me chassent pour m'arracher mes poches et en faire une arme."

J'affichais une moue à l'image de mon cadavre dans un laboratoire des Colombes ainsi que du quinque qui en serait le résultat même si je me laissais penser que ça serait une belle arme, espérons que son Inspecteur en sera digne. C'était ma première raison quant à mes idéaux mais également mes souvenirs d'enfances, la mort de mes parents ainsi que des scènes atroces que j'avais pu voir dans ma vie.
Une vie dans l'ombre, soit je me cachais sous les traits d'un parfait étudiant Japonais en me forçant même à avaler l'horrible nourriture des Humains avant de la vomir aussi tôt dans les W.C et mes chasses où je me laissais envahir par ma folie, ma haine ainsi que ma frustration.

"-Quant à notre alliance, le mieux serait de rester en contacte à distance. Nous n'avons pas le choix, le risque serait trop grand si on nous apercevait ensemble."

Une idée me vînt alors en tête alors que dans un geste, je faisais craquer mes cervicales.

"-Pendant ce temps, je pourrais rejoindre l'organisation pacifiste pour les convaincre et également me donner une couverture. Bientôt, les Colombes seront qui je suis alors je devrais me trouver une nouvelle identité rapidement pour que nous restions en contacte sans qu'ils me reconnaissent."

Croisant mes bras sur mon torse, je restais face à la Colombe qui était devenue comme une véritable conseillère pour moi même. Je ne m'étais encore jamais autant reposé sur une personne, j'avais pris l'habitude de travailler seul sans attendre d'aide de quelqu'un mais je me sentais en confiance avec Hibiki, son point de vue plus Humain que le miens était utile.
Mon estomac gronda alors bruyamment alors que je plissais mes yeux, géné par mon corps qui semblait désireux d'exprimer sa faim grandissante à tous.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Membre de la CCG
Messages : 73
Date d'inscription : 19/09/2015
Age : 18
Localisation : 14e ▬ Nerima.

Informations
arrondissement: 14e.
Groupe: CCG.
Rang: inspecteur ▬ 1ère classe.




Un sourire calme étira ses lèvres. « Je n'ai pas usé de toute la puissance de mon arme, et bientôt je pourrais m'en procurer une encore plus belle pour te défier ~ » La Colombe se pencha pour ramasser son arme et la ranger à sa place, après avoir soigneusement replacé le chargeur et les sécurités. Elle s'était un peu rouillée depuis son hospitalisation, ses supérieurs lui refusaient de trop dangereuses missions. Cependant Hibiki comprenait cette décision, depuis sa filature après un rang S à peine sortie de l’hôpital, elle avait été contrainte d'y retourner. Elle se voulait joueuse et taquine sur le sujet, mais elle avait en vérité réellement besoin de se dérouiller un coup.
Elle écouta patiemment son interlocuteur en le surveillant du coin de l’œil, tandis qu'elle continuait ses activités manuelles. Vivre traqué ne devait en effet pas être agréable. C'était dans ces moments là qu'Hibiki regrettait seulement à moitié d'être née dans ce monde de sous-fifres stupides, puisqu'elle n'était pas née dans celui qui était chassé sans relâche par eux. Au final, elle ne se sentait d'aucun des deux mondes plus que de l'autre, et ne trouvait pas vraiment de place adéquate pour se positionner. C'était peut être ça, la paix entre les Humains et les Goules.

Tandis qu'Ishi risquait sa vie, la Colombe risquait sa carrière et pourrait difficilement remonter aussi haut dans le pouvoir du CCG. Lui pourrait réapparaître sous une autre identité, elle ne pourrait qu'être mise à la porte sans jamais pouvoir y rentrer à nouveau. Elle se devait d'être silencieuse et parfaitement hermétique sur cette histoire, et sur tous ses déplacements. Avec Osamaru officiellement de leur côté, Hibiki et Ishi seraient beaucoup plus grands, mais il faudrait encore convaincre Kamakiri de se joindre à eux. « Après Osamaru, Kamakiri. J'aimerai t'aider, mais c'est encore une mission pour toi. Je monterai en grade au CCG pendant ce temps. » Elle se demandait encore comment faire, si elle devait s'aventurer de nouveau dans de grosses missions ou traquer la cible numéro un actuelle. « Connais-tu Blue Jackal ? » Quitte à avoir une goule sous la main, autant s'en servir pour récolter des informations. Surtout si elles permettraient indirectement de réaliser leurs objectifs.
Un grondement se fit entendre près d'elle, il fut difficile de ne pas l'entendre. Hibiki se tourna vers la goule avec des yeux ronfs, étonnée qu'un estomac puisse faire autant de bruit, puis fouilla dans sa poche. Dans sa main se trouvait des petits bonbons emballés, quelques caramels et autres sucreries, puis elle se rappela que ce n'était pas vraiment la nourriture des gens de son espèce. Troublée, elle le regarda avec une mine désolée de ne pas pouvoir l'aider, et un peu apeurée. Peut être serait-elle un bon désert, et cette idée ne lui plaisait pas tellement. « Tu devrais.. aller manger. » Sa voix état gênée et amusée à la fois. Une Inspectrice n'avait pas dû dire souvent à une goule d'aller se nourrir.

_________________

HOMO HOMINI LUPUS EST ▬ live and die alone.
january is the color of her skin, february are her lips so inviting, silk hair as short as her fuse ; she's been damaged, she's been misused. - miw, wasp
fait chier en #800000.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Goule ▬ Kamakiri
Messages : 196
Date d'inscription : 25/05/2015

Informations
arrondissement: 12ème
Groupe: .Kamakiri
Rang: S




"-Je n'ai pas usé de toute la puissance de mon arme, et bientôt je pourrais m'en procurer une encore plus belle pour te défier ~
-Avec plaisir en ce cas."

Je lui souriais à cette proposition, j'appréciais me battre presque autant que dévorer mes semblables, je pouvais dans ces moments là libérer toute ma rage, toute ma frustration et cesser de me prendre la tête sur les nombreuses questions qui me harcelaient sans cesse. Le plus difficile serait assurément de ne pas la tuer si nous devions nous défier par amusement le jour venu, ça serait navrant. Lorsqu'elle me demanda de me charger de Kamakiri, j'affichais une moue à cette idée en ne sachant réellement pas comment m'y prendre.
Kamakiri, j'y avais grandi et j'y avais œuvré pendant bien des années même si je n'étais pas monté en grade car je préférais chasser dans mon coin. A l'époque, je ne désirais pas chasser pour devenir plus puissant mais simplement pour me venger des ghouls qui m'avaient pris mes parents puis ma vie avait totalement dérapé jusqu'à aujourd'hui. Comment aurais-je pu continuer ainsi après ce que j'avais vécu ? Quant à Kamakiri, elles étaient composées de mes pires semblables qui étaient généralement atteint par la folie -comme moi- et étaient des plus instables. Sans parler du fait que je les avais trahi...Puis Rose me revînt en tête, peut-être qu'elle....

Alors que mon ventre grognait bruyamment je posais ma main dessus en grimaçant tandis qu'Hibiki me tendit sa main pleine d'atrocités humaines qui me donnèrent soudainement la nausée. Cette odeur de putréfaction et de merde de chiens que dégageaient ces choses étaient vraiment ignobles. C'était d'ailleurs là cause de touts les problèmes entre nos deux espèces, si nous pouvions manger comme eux, cela serait bien plus simple.
Reposant mes yeux sur celle-ci, je ne pouvais m'en vouloir d'y lire une légère crainte à mon sujet. Elle devait encore craindre que je ne la dévore et tandis que je regardais les traces laisser par mon kagune, je ne pouvais lui en vouloir. Mais la chair humaine ne m'intéressait plus réellement même si des fois, je me disais qu'en croquer un morceau pourrait être bien. Comme une sucrerie.

"-Tu devrais.. aller manger.
-Oui, j'ai vue une école dans les environs où je pourrais me régaler sans difficulté."

Je replaçais mon masque en m'étirant, mes vertèbres craquant les unes après les autres alors que mes bras cherchaient à atteindre le sol derrière mon dos avant que je ne me redresse en me secouant le visage pour me réveiller. L'air frais de l'hiver qui souffla doucement alors que les nuages de plus en plus sombres ne réchauffaient pas du tout l'atmosphère des lieux, je me préparais donc à m'en aller en quête de chairs.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé








Revenir en haut Aller en bas

« animadversion » ▬ ishi. (pv)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

Sujets similaires

-
» Ishi Berurēnu, Sekizai» Ishi, petite flamme» Au coeur du feu [Pv Ishi + une autre perosnne libre]» Présentation d'ishi (non terminé)» Mission Ishi Chiya (PNJ)
Page 1 sur 1
Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
-